Au Sommet du G20, Ban Ki-moon va plaider la cause des plus vulnérables

Eradiquer l’extrême pauvreté est l’un des Objectifs du Millénaire pour le développement.

25 juin 2010 – Au Sommet des dirigeants des 20 principales puissances économiques mondiales (G20) qui se déroule ce week-end à Toronto, au Canada, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon va insister sur la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) et plaider la cause des plus vulnérables.

« Il est vrai que la crise économique et financière à travers le monde a eu un impact sur la capacité des Etats membres, et les Nations Unies dans son ensemble, à réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement », a déclaré mercredi Ban Ki-moon lors d'une conférence de presse à New York. « Mais cela ne doit pas servir d’excuse aux pays développés pour réduire leur engagement, et cela concerne aussi les pays en développement. »

« C'est le message que je vais adresser au Sommet du G20 à Toronto », a-t-il dit.

Selon lui, même si l'ordre du jour du sommet porte sur la situation financière et la manière de consolider les systèmes financiers, il y aura une opportunité de discuter des questions de développement, du changement climatique et de la santé maternelle et infantile. M. Ban s'est félicité que le gouvernement canadien ait inscrit la question de la santé maternelle et infantile à l'ordre du jour.

Dans une lettre adressée aux dirigeants du G20 et rendue publique en début de semaine, le Secrétaire général de l'ONU les appelle à davantage investir dans des politiques de lutte contre la pauvreté.

« J'encourage toutes les initiatives qui permettront de renforcer la stabilité de l'économie globale, de l'environnement et la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) », écrit-il.

En septembre 2000, les dirigeants de la planète réunis à New York ont adopté la Déclaration du millénaire dans laquelle ils ont prévu la réalisation de huit grands Objectifs du millénaire pour le développement d'ici à 2015. Il s'agit notamment de réduire de moitié l'extrême pauvreté, d'assurer une éducation primaire pour tous, de promouvoir l'égalité des sexes, de réduire la mortalité infantile, de combattre des maladies telles que le VIH/sida et le paludisme et d'assurer un environnement durable.

« Plus que jamais, les investissements en faveur des populations les plus pauvres du monde sont nécessaires pour combler les écarts dans la réalisation des objectifs de développement y compris des OMD », estime Ban Ki-moon.

Selon lui, créer plus d'emplois et réaliser les OMD relèvent de la « responsabilité » des dirigeants du G20. « Après tout, ce sont ceux qui portent le moins de responsabilité dans l'effondrement de l'économie mondiale qui ont payé le prix fort : pertes d'emplois, augmentation du coût de la vie, tensions résultant des efforts quotidiens nécessaires pour joindre les deux bouts », a-t-il écrit dans une tribune publiée cette semaine dans le journal algérien, le Quotidien d'Oran.

Jeudi, le Secrétaire général a également encouragé les dirigeants d'entreprises privées à investir davantage dans les pays en développement.

« La croissance économique globale a besoin d'investissements dans les pays en développement », a-t-il dit devant les membres du Pacte mondial réunis à New York. Le Pacte mondial est un réseau d'entreprises privées qui se sont engagées à respecter un certain nombre de principes éthiques.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Pour des investissements éthiques dans le monde en développement

Plus de vidéo »


Coup de projecteur