Ban Ki-moon appelle les dirigeants du G20 à être responsables

Ban Ki-moon.

22 juin 2010 – Créer plus d'emplois et réaliser les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) relèvent de la « responsabilité » des dirigeants des 20 pays les plus industrialisés qui se réunissent la semaine prochaine à Toronto, au Canada, estime le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, dans une tribune publiée cette semaine dans le journal algérien, le Quotidien d'Oran.

« Aujourd'hui, plus que jamais, nous devons assumer nos responsabilités vis-à-vis des plus vulnérables. L'argument moral est clair », écrit le Secrétaire général de l'ONU.

« Après tout, ce sont ceux qui portent le moins de responsabilité dans l'effondrement de l'économie mondiale qui ont payé le prix fort : pertes d'emplois, augmentation du coût de la vie, tensions résultant des efforts quotidiens nécessaires pour joindre les deux bouts », ajoute-t-il en précisant que la 'vraie' reprise économique est celle « qui touche l'économie réelle ».

Selon Ban Ki-moon, les Etats ont une part de responsabilité qu'ils doivent assumer.

« Premièrement, nous devons assumer nos responsabilités en ce qui concerne la création d'emplois de qualité », a-t-il rappelé. « Il est temps de mettre l'accent sur le développement humain et les emplois décents, et en particulier d'investir intelligemment dans la création d'emplois verts. C'est très simple : il n'y aura pas de reprise économique durable sans reprise du secteur de l'emploi ».

Il pointe aussi la responsabilité de tous « face à ceux qui souffrent le plus de la crise, en particulier les femmes ». « Les dirigeants réunis au Canada sont invités à appuyer les efforts déployés à l'échelle mondiale en vue de l'adoption et du financement d'un plan d'action mondial pour la santé des mères et des enfants », insiste-t-il dans les colonnes du quotidien algérien.

Ban Ki-moon réitère son appel aux dirigeants du G20 à investir davantage dans la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD).

« Les grandes puissances économiques ont promis de doubler l'aide au développement offerte à l'Afrique et de redoubler d'efforts pour que les objectifs du Millénaire pour le développement soient atteints en 2015. Avec des fonds supplémentaires, il est possible de changer des vies et de transformer des sociétés tout entières », plaide-t-il.

Un Sommet sur les OMD est prévu en septembre 2010 à New York pour faire le point sur leur avancement. Ban Ki-moon a par ailleurs salué lundi l'intention du G20 d'inclure le développement à l'agenda d'une seconde rencontre prévue en novembre 2010 à Séoul, en République de Corée.

Actuellement ce sont les pays émergents qui tirent l'économie mondiale. « Mais c'est aussi là que l'on voit les plus grandes souffrances », déplore Ban Ki-moon.

L'ONU dénombre 34 millions de chômeurs et 215 millions de travailleurs pauvres. Pour la première fois, la faim touche plus d'un milliard de personnes dans le monde.

Le Secrétaire général estime que les Etats connaissent les mesures à prendre : « investir dans le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme; assurer la sécurité alimentaire et aider les petits agriculteurs à produire plus et à vendre plus facilement en soutenant les plans nationaux, comme la promesse en a été faite l'an dernier; veiller à ce que tous les enfants aillent à l'école primaire ».

« En période d'austérité, nous devons utiliser à bon escient les ressources limitées dont nous disposons. Responsabilité n'est pas synonyme de charité. La responsabilité est un des piliers d'un programme de reprise mondiale coordonné », insiste Ban Ki-moon dans son article. « Dans l'économie mondialisée, se montrer responsable vis-à-vis du reste du monde, c'est aussi faire un bon calcul pour chez-soi ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Ban au G20 : lutter contre la pauvreté est la clé de la reprise économique

Aucun résultat
Aucun résultat