ONUDC : L'Afghanistan plus gros producteur de haschich au monde

Antonio Maria Costa.

31 mars 2010 – L'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a publié mercredi un rapport sur le cannabis en Afghanistan qui révèle que le pays, déjà premier producteur d'opium au monde, est aussi leader dans la production de haschich, la résine de cannabis.

« Même si d'autres pays ont des cultures plus étendues, le rendement étonnant des récoltes afghanes, soit 145 kilos par hectare de haschich contre 40 pour le Maroc par exemple, en font le premier producteur au monde, avec entre 1.500 et 3.000 tonnes produites par an », a précisé le directeur exécutif de l'ONUDC, Antonio Maria Costa.

Le rapport, basé sur des données recueillies dans 1.634 villages de 20 provinces, montre que le cannabis est cultivé à grande échelle dans la moitié des 34 provinces afghanes.

« Ces cinq dernières années, la production de cannabis est descendue du nord au sud de l'Afghanistan. Comme l'opium, la culture du cannabis est maintenant concentrée dans les régions instables », a déclaré M. Costa.

Le revenu moyen tiré du cannabis est de 3.900 dollars par hectare cultivé, soit 300 dollars de plus que le rendement de l'opium. Il est en outre moins cher à cultiver, plus facile à récolter et à transformer.

Le rapport révèle néanmoins que la culture de l'opium continue d'être préférée à celle du cannabis en Afghanistan car le cannabis se conserve moins longtemps et se récolte en été, lorsque moins d'eau est disponible pour l'irrigation.

Même si le cannabis est consommé à l'intérieur du pays, les principaux flux commerciaux suivent les routes du trafic de l'opium, particulièrement dans les provinces de Balkh, Uruzgan et Kandahar.

En 2008, une saisie massive de cannabis, plus de 245.000 kilogrammes, a eu lieu à Kandahar. « Toutes les drogues en Afghanistan, que ce soit l'opium ou le cannabis, sont taxées par ceux qui contrôlent les territoires, fournissant ainsi des revenus supplémentaires aux insurgés », a rappelé Antonio Maria Costa.

« Le problème de drogue de l'Afghanistan est plus complexe encore que le commerce de l'opium », a-t-il aussi souligné. « Mais le remède reste le même. En améliorant la sécurité et le développement dans les régions du pays productrices de drogues, nous pouvons porter un coup d'arrêt au plus gros fournisseur mondial en haschich et en héroïne ».


News Tracker: autres dépêches sur la question

Afghanistan : La production d’opium pourrait baisser en 2010

En savoir plus






Coup de projecteur