Echouer à atteindre les Objectifs du Millénaire serait inacceptable, estime Ban

16 mars 2010 – A seulement cinq ans de la date butoir de 2015 pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a exhorté mardi les pays à adopter en septembre prochain un agenda global d'action pour accélérer l'atteinte des OMD à l'occasion du sommet de l'ONU qui se déroulera à New York.

« Le Sommet sera une opportunité pour tenir notre promesse aux milliards de personnes, oui, aux milliards de personnes pauvres et vulnérables », a déclaré Ban Ki-moon lors de la présentation mardi de son rapport intitulé Tenons la promesse au siège de l'ONU à New-York.

Le rapport identifie les succès et les enseignements tirés, met en relief les opportunités et les défis à relever mais aussi propose des recommandations spécifiques pour agir et progresser vers l'atteinte des OMD pendant les cinq années qui restent.

« Notre monde détient le savoir et les ressources pour atteindre les OMD », a affirmé M. Ban dans le rapport en se référant aux OMD ciblés par la Déclaration du Millénaire pour la réduction de la pauvreté, la faim, les maladies, la santé maternelle et la mortalité infantile d'ici 2015.

Ne pas réussir à atteindre les OMD « serait un échec moral et pratique inacceptable », a dit M. Ban dans le rapport. « Si nous échouons, les dangers du monde, instabilité, violences, épidémies, dégradation de l'environnement, explosion démographique, seront décuplés », a-t-il ajouté.

Il a pointé quelques progrès, citant notamment la réduction de la mortalité liée à la rougeole en Afrique subsaharienne entre 1999 et 2004. « Mais les efforts ont été irréguliers », a-t-il souligné.

Ce n'est parce que ces OMD sont inatteignables ou que la période est trop court pour les atteindre que l'on constate une insuffisance de progrès, a-t-il dit. C'est le manque d'engagement et de ressources, le déficit de responsabilité des dirigeants, l'insuffisance de soutien technique et de partenariats qui expliquent cette situation.

Les crises alimentaire et économique ont érodé les maigres progrès réalisés dans certains domaines. Ban Ki-moon a donc exhorté les Etats à tenir leurs promesses de financement, notamment l'engagement pris lors du Sommet du G8 à Gleneagles d'allouer 154 milliards de dollars et une promesse de fonds additionnels de 35 milliards par an entre 2005 et 2010. « Si ces promesses ne sont pas tenues, les pauvres vont souffrir et, en effet, mourir en grand nombre », affirme le rapport.

Le Secrétaire général appelle à sceller un nouveau pacte avec les gouvernements mais aussi avec toutes les parties prenantes dans les pays développés et en voie de développement, les acteurs de la société civile, les entreprises privées, les structures philanthropiques et les organisations multilatérales afin d'agir « efficacement, effectivement et collectivement ».

Le Sommet de haut niveau du mois de septembre prochain est une opportunité unique pour renforcer le partenariat global et revigorer « le sens moral de la solidarité », a dit M. Ban.

Pour cela le Secrétaire général souhaite que l'ONU généralise les projets à bas coûts et à grande efficacité, maintienne la pression sur les gouvernements pour participer activement au Sommet et renforce la sensibilisation du public afin que chacun puisse se rendre compte qu'atteindre les OMD est dans l'intérêt de tous.

« Dans six mois, la communauté internationale doit se rassembler pour agir. Tenons notre promesse et faisons des OMD une réalité pour tous », a conclu Ban Ki-moon.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Lancement d'un projet de micro-contributions pour financer le secteur de la santé