Iraq : l'ONU enjoint le Conseil de sécurité à ne pas céder à l'impatience

Une femme iraquienne avec une carte électorale.

16 février 2010 – Le Représentant spécial du Secrétaire général pour l'Iraq, Ad Melkert, a engagé aujourd'hui le Conseil de sécurité et la communauté internationale à ne pas céder « au scepticisme persistant et à l'impatience » à propos de l'Iraq, alors que les préparatifs des élections du 7 mars se poursuivent.

« Il y a toujours des forces qui tentent d'interférer de manière violente dans le processus de reconstruction et de réconciliation qu'une écrasante majorité de la population iraquienne souhaite voir couronné de succès », a-t-il déclaré.

« La détermination des Iraquiens à résister au retour de ces dangers du passé est réelle et solide, plus solide que les forces odieuses qui sont derrière ces attaques », a-t-il toutefois assuré, soulignant qu' « une attention et un engagement internationaux plus grands sont nécessaires ».

Al Melkert a notamment abordé la question du processus de débaassification (en référence au parti Baas de Saddam Hussein), rappelant que la Mission d'assistance des Nations Unies pour l'Iraq (MANUI) s'était constamment abstenue d'en juger les résultats. En effet, « au bout du compte, ce qui sera le plus important sera l'acceptation par la population iraquienne des résultats de l'élection ».

Les infrastructures sont en place pour permettre aux 18,9 millions d'Iraquiens de voter dans 48.000 bureaux de vote le 7 mars prochain, et l'ONU joue un rôle actif dans ces préparatifs, notamment en finançant un programme de formation pour 29.000 observateurs locaux. « L'observation du processus électoral a un rôle pivot pour garantir la crédibilité et l'évaluation de l'élection », a-t-il souligné.

Le Représentant spécial a aussi estimé qu'en matière économique, l'Iraq avait besoin de moins de projets et de plus de conseil stratégique. Le pays doit répondre aux normes mondiales de gouvernance et s'attaquer d'urgence aux inégalités sociales, a-t-il dit. De même, la transparence et la lutte contre la corruption dans l'industrie pétrolière auront un impact majeur sur l'avenir de l'économie iraquienne et la confiance des investisseurs.

Dans le cadre de son Plan national de développement, le gouvernement de l'Iraq compte sur un soutien élargi des Nations Unies et l'arrivée au pouvoir d'un nouveau gouvernement après les élections sera l'occasion pour l'ONU d'évoluer de tâches principalement humanitaires vers un rôle de conseil en matière de développement et de réforme politique, a-t-il affirmé.

En outre, Ad Melkert a estimé de la plus haute importance de cimenter la stabilité à long terme de l'Etat fédéral d'Iraq et de la région kurde. « Différents signes de bonne volonté, notamment certains arrangements de sécurité communs, semblent montrer un potentiel de progrès », a-t-il déclaré.

Une autre priorité après les élections sera de travailler à des relations de voisinage constructives entre l'Iraq et le Koweït, a-t-il enfin dit.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Iraq : Une large participation aux élections du 7 mars est essentielle, selon Ban

En savoir plus