La Conférence de la FAO élit le Français Guyau à la présidence du Conseil de la FAO

24 novembre 2009 – La Conférence de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) qui vient de s'achever a élu le Français Luc Guyau à la présidence indépendante du Conseil de la FAO, organe exécutif intérimaire comprenant 49 Etats membres.

Ancien président de la Fédération nationale des syndicats d'exploitants agricoles (FNSEA), M. Guyau est président des Chambres d'agriculture françaises et vice-président du Conseil économique social et environnemental.

En sa qualité de Président indépendant du Conseil de la FAO, M. Guyau aura notamment la responsabilité de superviser les progrès enregistrés par le programme de réforme et de renouveau de la FAO. Il succède à l'Iranien Mohammed Saeid Noori-Naeini.

Par ailleurs, la Conférence a approuvé une augmentation de 7,6% du budget régulier de la FAO pour l'exercice biennal 2010-2011, qui s'établit ainsi à 1,5 milliard dollars. Ce budget permettra de mettre en oeuvre le nouveau programme de travail basé sur des résultats ainsi que le plan d'action immédiat pour le renouveau de la FAO.

Les représentants des 192 membres de la FAO, réunis dans le cadre de la Conférence (assemblée générale de l'Organisation qui se tient tous les deux ans), ont également approuvé dimanche l'élargissement et le renforcement du Comité de la sécurité alimentaire mondiale le transformant ainsi en une plateforme internationale de premier plan et comprenant un large éventail de partenaires pour débattre, coordonner et faire converger les politiques en vue d'éliminer la faim dans le monde.

Le Sommet mondial sur la sécurité alimentaire, qui s'est tenu à Rome la semaine dernière, a convenu que le Comité de la sécurité alimentaire mondiale doit être un élément central du Partenariat mondial pour l'agriculture, la sécurité alimentaire et la nutrition. Il restait à obtenir l'approbation de la Conférence pour que le Conseil dans sa nouvelle forme devienne opérationnel. C'est chose faite à présent.

Ainsi, le Comité de la sécurité alimentaire mondiale sera étoffé pour comprendre, outre tous les Etats membres de la FAO et de l'ONU, des représentants d'organisations internationales, d'organisations non gouvernementales, du secteur privé et de la société civile.

Le Comité sera secondé par un réseau international d'experts de haut niveau dont les avis renforceront la légitimité scientifique de ses délibérations et feront en sorte que ses décisions soient fondées sur les preuves disponibles les plus tangibles.

Les pays sont encouragés à renforcer le poids politique du Comité de la sécurité alimentaire mondiale en s'assurant qu'ils y sont représentés au plus haut niveau possible.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Sommet de la FAO : Priorité à l'agriculture pour éliminer la faim

En savoir plus






Coup de projecteur