Pillay salue l'adoption par l'Afrique d'une convention pour protéger les déplacés

Une famille de déplacés somaliens.

23 octobre 2009 – La Haut commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a chaudement salué vendredi l'adoption par les chefs d'Etat de l'Union africaine d'un nouveau traité destiné à protéger les déplacés internes en Afrique, lors d'un sommet en Ouganda.

« L'adoption de la Convention sur la protection et l'assistance des personnes déplacées internes en Afrique marque une avancée significative qui va permettre d'aider à remplir le vide dans lequel se trouvent généralement les personnes déplacés internes », a dit Mme Pillay. « C'est une très bonne chose de voir l'Afrique prendre un rôle de leader pour créer le premier instrument légalement contraignant destiné à protéger et assister les personnes déplacées internes à travers le continent ».

Des millions d'Africains – dans des pays comme le Tchad, la République démocratique du Congo, le Kenya, la Somalie et le Soudan – sont déplacés en raison de la guerre et de catastrophes naturelles. Près de la moitié des 26 millions de déplacés dans le monde sont en Afrique.

« Les gens qui fuient les persécutions ou la guerre et vont dans un autre pays entrent dans la catégorie des réfugiés et à ce titre bénéficient d'un système international de protection légale bien huilé, comprenant en particulier la Convention sur les réfugiés de 1951 », a dit Mme Pillay. « Mais, jusqu'à maintenant, les déplacés internes ont été plus ou moins exclus du système international de protection légale, même s'ils sont souvent déplacés exactement de la même manière et pour exactement les mêmes raisons que les réfugiés. Au moins en Afrique, cela ne devrait plus être le cas ».

Le nouveau cadre légal africain, qui intègre l'essentiel des Principes directifs des Nations Unies sur le déplacement interne (un ensemble de directives important mais non contraignant) est destiné à promouvoir des mesures régionales et nationales pour prévenir, atténuer, interdire et éliminer les causes profondes du déplacement interne et pour fournir des solutions durables. Il devrait contribuer à la protection et à une meilleure assistance des personnes déplacées internes en Afrique.

Le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (UNHCR) a également salué cette convention qualifiée de pionnère. Ce cadre légal codifie pour la première fois les droits des personnes déplacées dans leur propre pays, souligne l'agence des Nations Unies.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Une année difficile pour les enfants dans les conflits armés

En savoir plus