Depuis le cercle polaire, Ban lance un appel à l'action sur le changement climatique

Le Secrétaire général Ban Ki-moon et le ministre norvégien de l’environnement, Erik Solheim, tenant une pancarte "Conclure l’accord" lors d’une visite dans le cercle polaire arctique.

2 septembre 2009 – Depuis le cercle polaire arctique où la fonte des glaces s'accélère, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé le monde à prendre des mesures urgentes pour combattre le changement climatique afin de protéger la planète pour les générations futures.

« Je sens la puissance de la nature, et en même temps, un sentiment de vulnérabilité », a dit M. Ban à des journalistes lors d'une visite mardi dans l'archipel de Svalbard, en Norvège. « Il s'agit d'une ressource commune pour les êtres humains, et nous devons tout faire pour préserver cette glace arctique ».

Constatant de ses yeux les effets du changement climatique sur les icebergs et les glaciers, il a ajouté que selon les scientifiques le réchauffement climatique altère l'Arctique plus rapidement que toute autre région.

« Nous devons empêcher que cela se poursuive », a dit le Secrétaire général. “Si nous ne combattons pas le changement climatique, si nous n'arrêtons pas cette tendance, nous subirons des conséquences dévastatrices pour l'humanité ».

Il reste moins de 100 jours avant le début de la conférence sur le changement climatique à Copenhague, au Danemark, où les Etats doivent conclure des discussions sur un nouvel accord réduisant davantage les émissions de gaz à effet de serre. Le Secrétaire général doit accueillir une réunion de haut niveau à New York le 22 septembre pour s'assurer que la volonté politique des dirigeants de la planète est là.

« Nous n'avons pas de temps à perdre », a dit M. Ban. « Nous devons conclure l'accord à Copenhague en décembre, un accord qui sera étendu, équitable et équilibré, afin que les pays développés et en développement, et tous les citoyens du monde, puissent vivre d'une manière durable d'un point de vue environnemental ».

Arriver à un accord, qui entrerait en vigueur quand le Protocole de Kyoto expire en 2012, est “la responsabilité morale et politique des dirigeants du monde”, a-t-il ajouté.

Ban Ki-moon a poursuivi mercredi sa visite dans l'archipel de Svalbard. Il a notamment visité la « Chambre forte mondiale des semences », construite dans le permafrost arctique pour préserver la diversité et la variété des semences de la planète.

"Il s’agit d’une initiative très créative pour combattre l’insécurité alimentaire face au changement climatique sur le long terme", a-t-il dit. "Les semences stockées ici à Svalbard nous aiderons dans ce combat".

Ces semences viennent pratiquement de chaque pays dans le monde, a-t-il souligné. "Elles contiennent les caractéristiques essentielles dont les agriculteurs auront besoin pour garantir que les cultures soient adaptées au climat et soient même plus productives", a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général devait également participer à un séminaire public à l'Université de Svalbard.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Changement climatique : Ban au cercle polaire arctique

Aucun résultat
Aucun résultat