Deux communautés de l’Est du Tchad se réconcilient avec l’aide de la MINURCAT

Des casques bleus de la MINURCAT.

17 juillet 2009 – Deux communautés d'éleveurs et d'agriculteurs dans l'Est du Tchad viennent de mettre fin à leur querelle avec le soutien des autorités locales tchadiennes et de la Mission des Nations Unies en République centrafricaine et au Tchad (MINURCAT), ce qui devrait permettre d'améliorer la situation sécuritaire le long de la frontière entre le Tchad et le Soudan.

Plus de 130 chefs de village des communautés Zaghawa et Asshongori se sont rencontrés pour mettre fin à cette longue querelle. Les deux communautés d'éleveurs et d'agriculteurs étaient souvent en désaccord sur l'utilisation de leurs terres dans la zone de Waldagalda dans le canton de Molou, explique la MINURCAT.

Au cours de la cérémonie de réconciliation, les chefs de villages Asshongori se sont plaints de l'insécurité créée par des membres de la communauté Zaghawa et des bandits non identifiés. Dans le cadre de la médiation par les autorités locales, avec l'appui de la MINURCAT, les chefs de villages Zaghawa se sont engagés à vivre pacifiquement avec les Asshongori et à mettre fin à l'insécurité causée par des délinquants.

Afin de démontrer leur bonne foi, les leaders de la communauté Zaghawa ont publiquement demandé aux membres de la communauté Asshongori, actuellement réfugiés au Soudan, de revenir et d'occuper leurs champs en toute quiétude. Les deux communautés ont indiqué que tout acte de délinquance commis par un membre des deux groupes serait sanctionné par les sages. Les communautés ont conjointement demandé au gouvernement tchadien de renforcer l'autorité de l'Etat dans la région et de résoudre les problèmes de sécurité affectant toutes les populations locales.

Une commission de réconciliation a été mise sur pied composée de membres des deux communautés et présidée par le chef du canton Molou et les sous-préfet de Farchana. La commission assurera le suivi des mécanismes de résolution des conflits. C'est la deuxième initiative du Dialogue Intercommunautaire, parrainé par la MINURCAT dans la région Assoungha, qui pourrait conduire au retour de plus de 1.000 personnes de la communauté Asshongori (30-40 villages) vivant actuellement au Soudan voisin.

Lors d'une visite de deux jours dans la région, Rima Salah de la MINURCAT, a félicité les autorités locales tchadiennes (le préfet d'Assoungha et le sous-préfet de

Farchana) pour leur participation et leur appui aux initiatives de réconciliation locale. Elle a de plus réitéré l'engagement de la MINURCAT envers les efforts de réconciliation des communautés de l'Est du Tchad.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Tchad : Départ du premier groupe de réfugiés pour une réinstallation aux Etats-Unis