UNESCO : La Bibliothèque numérique mondiale est lancée

21 avril 2009 – L'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) et 32 institutions partenaires ont lancé mardi la Bibliothèque numérique mondiale, un site internet proposant un éventail unique de matériels culturels provenant de bibliothèques et d'archives de nombreux endroits dans le monde.

Le site (www.wdl.org offre manuscrits, cartes, livres rares, films, enregistrements sonores, illustrations et photographies, l'accès à ces ressources étant libre et gratuit, indique l'UNESCO.

Le lancement s'est déroulé au siège de l'agence à Paris lors d'une réception organisée par Koïchiro Matsuura, directeur général de l'UNESCO, et James H. Billington, directeur de la Bibliothèque du Congrès (Etats-Unis). Les directeurs d'autres institutions partenaires ont participé à la présentation du projet aux ambassadeurs, ministres, délégués et invités, à l'occasion du Conseil exécutif de l'Organisation.

James H. Billington a proposé en 2005 à l'UNESCO la création de cette Bibliothèque numérique mondiale (BNM), en soulignant qu'un tel projet pourrait avoir « un effet salutaire en réunissant des gens et en célébrant le caractère unique des différentes cultures à travers un projet global ».

Outre la promotion de la compréhension internationale, le projet vise à augmenter la quantité et la diversité des contenus culturels sur internet, à fournir des matériels aux éducateurs, aux élèves et au grand public, mais aussi à réduire la fracture numérique au sein et entre les pays, en renforçant les capacités dans les pays partenaires.

La BNM offrira des fonctions de recherche et de navigation en sept langues (anglais, arabe, chinois, espagnol, français, portugais et russe) et proposera des contenus dans plus de quarante langues. Navigation et recherche de données encourageront une exploration du site qui traverse époques et cultures. Les descriptions de chaque élément, ainsi que les vidéos de conservateurs commentant une sélection de pièces, fourniront le contexte aux utilisateurs, éveilleront la curiosité et encourageront les étudiants mais aussi le grand public à en apprendre plus sur le patrimoine culturel de tous les pays.

La BNM a été développée par une équipe de la Bibliothèque du Congrès. Une aide technique a été fournie par la Bibliotheca Alexandrina (Alexandrie, Egypte). Parmi les institutions ayant contribué à la BNM, on compte des bibliothèques nationales et des institutions culturelles ou éducatives d'Afrique du Sud, d'Arabie saoudite, du Brésil, de Chine, d'Egypte, des Etats-Unis, de France, d'Iraq, d'Israël, du Japon, du Mali, du Maroc, du Mexique, d'Ouganda, des Pays-Bas, du Qatar, du Royaume-Uni, de la Fédération de Russie, de Serbie, de Slovaquie et de Suède.

Parmi les trésors figurant dans la BNM, on trouve des manuscrits scientifiques arabes provenant de la Bibliothèque nationale et des Archives d'Egypte ; d'anciennes photographies d'Amérique latine fournies par la Bibliothèque nationale brésilienne ; le Hyakumanto darani, un parchemin datant de l'an 764 détenu par la Bibliothèque du Parlement japonais ; la fameuse Bible du diable, du XIIIème Siècle qui se trouve à la Bibliothèque royale de Stockholm ; des calligraphies arabes, persanes et turques provenant de la Bibliothèque du Congrès.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Sommet du G20 : L'UNESCO appelle à investir dans l'éducation

En savoir plus


Aucun résultat
Aucun résultat