Ban Ki-moon : Un nouveau multilatéralisme nécessaire pour affronter la crise

Ban Ki-moon à l’université de Princeton.

17 avril 2009 – Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a estimé vendredi qu'un nouveau multilatéralisme était nécessaire pour affronter la crise économique mondiale, dans un discours prononcé lors d'un colloque à l'université américaine de Princeton.

« Nous avons besoin d’une nouvelle vision, d’un nouveau paradigme, d’un nouveau multilatéralisme", a dit M. Ban lors de ce colloque. Pour lui, 2009 est une année décisive.

Ce nouveau multilatéralisme doit permettre d’assurer la stabilité économique et financière mondiale, de mener une offensive contre la pauvreté, de restaurer la paix et de la stabilité, de répondre au changement climatique, de faire avancer la santé mondiale, de lutter contre le terrorisme et de garantir le désarmement et la non-prolifératione, a ajouté le Secrétaire général.

Selon lui, les Nations Unies ont un rôle central à jouer dans ce nouveau multilatéralisme pour répondre aux défis du 21ème siècle. L'ONU est à la pointe des efforts menés pour s'assurer que des progrès sont réalisés en ce qui concerne les Objectifs du Millénaire pour le développement, pour prévenir les conflits et préserver et construire la paix, pour sceller un accord sur le changement climatique, pour garantir la santé mondiale, pour lutter contre le terrorisme, pour promouvoir le désarmement et la non-prolifération, a-t-il dit.

« Confronté à la crise sur de nombreux fronts, le monde comprend la nécessité d'une transition – vers un développement durable, vers de nouveaux niveaux de coopération, vers un nouveau multilatéralisme », a ajouté le Secrétaire général.

Il devait ensuite se rendre à Port of Spain, à Trinité-et-Tobago, où il prononcera un discours samedi devant 34 chefs d’Etat et de gouvernement participant au 5ème Sommet des Amériques, a précisé un porte-parole de l’ONU.

Il évoquera le développement durable dans un contexte de crise économique mondiale, la lutte contre le changement climatique et notamment la fonte des glaciers des Andes, la déforestation dans la région amazonienne au Brésil et la montée du niveau de la mer dans les petites îles des Caraïbes. Il insistera également sur la nécessité de protéger les peuples autochtones, a précisé le porte-parole.


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'Assemblée générale décide de tenir une conférence sur la crise économique début juin

En savoir plus





Coup de projecteur