Ban Ki-moon : Le monde a ’la responsabilité d’être à la hauteur’ en 2009

Le Secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon.

17 décembre 2008 – Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a tiré mercredi un bilan mitigé de l'action de la communauté internationale en 2008, « l'année des crises multiples », et a estimé que le monde avait "la responsabilité d’être à la hauteur" en 2009.

« Cela a été une année difficile pour nous tous. Je l'ai appelée 'l'année des multiples crises'. L'année qui vient promet ne pas être moins difficile. Nos engagements et notre bonne volonté seront testés comme jamais auparavant », a déclaré M Ban lors de sa conférence de presse de fin d'année au siège des Nations Unies à New York.

« Dans le domaine des droits de l'homme, nous parlons de la responsabilité de protéger. Dans la sphère plus large des efforts communs internationaux, nous devrions parler de la responsabilité de se montrer à la hauteur », a-t-il dit. « Quand je regarde l'année 2008, je dirais franchement que notre bilan a été mitigé ».

Le Secrétaire général s'est dit satisfait de la manière dont le monde s'est rassemblé face à la récession économique. « Toutefois, je crains que nous ne soyons qu'à la fin du début ; la crise constituera un défi pour la solidarité mondiale qui est la clé de toute solution », a-t-il estimé.

M. Ban s'est également déclaré satisfait de la capacité de la communauté internationale à faire de la lutte contre le changement climatique une priorité, de la manière dont elle a réagi face aux catastrophes naturelles au Myanmar et en Haïti. Il s'est félicité des élections démocratiques au Népal et en Sierra Leone et a jugé qu'on pouvait être prudemment optimiste sur les progrès au Libéria, au Bangladesh et en Côte d'Ivoire. Il a salué les succès d'une diplomatie discrète qui a permis de préserver l'accord de paix entre le Nord et le Sud Soudan et qui a réussi à gérer une situation explosive au Kosovo.

En revanche, il s'est dit déçu de l'attitude du gouvernement du Myanmar concernant le dialogue démocratique et la libération de prisonniers politiques, de l'incapacité de la communauté internationale à protéger des gens innocents de la violence en République démocratique du Congo (RDC) malgré la bravoure des forces de l'ONU et de la lenteur du déploiement de l'Opération hybride UA-ONU au Darfour (MINUAD).

Le Secrétaire général a souligné ses efforts personnels constants pour faire face aux multiples crises dans le monde. "Au cours des douze derniers mois, j’ai eu plus de 700 rencontres bilatérales, dont 350 réunions avec des présidents, des premiers ministres et des ministres des affaires étrangères. J’ai passé 103 jours sur la route en 2008, visitant 35 pays et parcourant plus de 400.000 kilomètres", a-t-il dit. "Ces chiffres ne veulent pas dire nécessairement des résultats. Je le sais bien sûr. Mais ils sont la mesure de notre engagement sincère à l’égard de toutes les parties concernées".

L'année 2009 sera l'année du changement climatique, a estimé le Secrétaire général. Il a salué les progrès dans les discussions sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre alors qu'un sommet est prévu dans un an à Copenhague sur la question. « Nous avons 12 mois devant nous avant Copenhague. Nous n'avons pas de temps à perdre », a-t-il dit.

Le Secrétaire général a également souhaité que 2009 soit l'année de la paix au Proche-Orient. L'Iraq, avec des élections provinciales en janvier, le Zimbabwe, où la situation humanitaire est alarmante, la Somalie, où le danger d'anarchie est toujours présent, et l'Afghanistan, où la situation humanitaire se dégrade, seront aussi, selon lui, des sujets majeurs de préoccupation pour la communauté internationale.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Ban : La Déclaration des droits de l'homme doit devenir vraiment universelle

En savoir plus





Coup de projecteur