Cent pays ont ratifié la Convention internationale contre le dopage

Un athlète chinois au Jeux olympiques de Beijing.

13 novembre 2008 – L'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a fêté à Paris la centième signature de la Convention internationale contre le dopage dans le sport, qui a été adoptée le 19 octobre 2005 et est entrée en vigueur le 1er février 2007.

Le Paraguay a été le centième signataire de la Convention. Aucune autre convention de l'UNESCO n'a été mise en œuvre aussi rapidement, a précisé l'Organisation dans un communiqué publié jeudi.

Pour marquer la centième signature, le directeur général de l'UNESCO, Koïchiro Matsuura, le directeur général de l'Agence mondiale antidopage (AMA), David Howman, et le secrétaire d'Etat espagnol au Sport, Jaime Lissavetzky, se sont réunis mercredi au siège de l'UNESCO à Paris avec les ambassadeurs de la plupart des 100 pays ayant ratifié la Convention.

En trois ans, plus de la moitié des Etats membres de l'UNESCO se sont engagés à combattre le dopage dans le sport. « Jamais auparavant, les efforts antidopage n'avaient été aussi marqués et aussi ciblés en vue de permettre aux athlètes de participer à des compétitions honnêtes et équitables », a déclaré Koïchiro Matsuura.

La Convention est conçue pour garantir une approche cohérente de la lutte antidopage et obliger les gouvernements à agir, notamment en restreignant l'accès aux substances et méthodes améliorant les performances, en réduisant leur trafic et en régulant les compléments alimentaires. « Des cas de dopage, récents et très médiatiques, et des enquêtes ont montré à quel point l'action gouvernementale peut être décisive », a souligné David Howman, avant d'ajouter : « La Convention permet aux gouvernements d'aligner leurs politiques nationales sur le Code mondial antidopage, ce qui contribue à harmoniser les règles régissant le dopage dans le sport et dans les législations. L'AMA remercie l'UNESCO de son rôle moteur dans ce processus ».

Les 29èmes Jeux olympiques à Beijing ont été les premiers depuis l'entrée en vigueur de la Convention. Durant cet événement le plus vaste programme de tests de tous les temps a été mené : 4 770 contrôles antidopage. « Le Comité international olympique est décidé à faire tout ce qu'il peut pour éliminer le dopage dans le sport », a affirmé Jacques Rogge, Président du Comité international olympique, dans sa déclaration pour l'événement. « La lutte est notre priorité n°1. Mais pour que nos efforts soient pleinement efficace, une collaboration étroite entre les organisations sportives et les gouvernements est cruciale », a-t-il poursuivi.

L'UNESCO poursuit son travail de sensibilisation du public en travaillant avec les gouvernements à des programmes d'éducation et de prévention antidopage. La Jamaïque, le Mozambique, le Mali et l'Uruguay ont été les premiers bénéficiaires d'une aide financière du Fonds de l'UNESCO pour l'élimination du dopage dans le sport. « Alors que la Convention fournit la feuille de route, le Fonds fournit les moyens de parvenir à l'objectif principal : promouvoir la lutte contre le dopage afin que les futures générations puissent profiter d'un sport libre de tout dopage et y briller », a déclaré Koïchiro Matsuura.

« L'AMA vise maintenant à faire ratifier la Convention par les 93 autres Etats membres de l'UNESCO », a affirmé John Fahey A.C., Président de l'AMA dans un message.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Des jeunes présentent des recommandations pour lutter contre le racisme dans le sport