Ahmadinejad : l'Iran défendra son droit à disposer d'un programme nucléaire

23 septembre 2008 –

Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a affirmé mardi, lors d'un discours devant l'Assemblée générale de l'ONU, que son pays défendrait son droit à disposer d'un programme nucléaire pacifique et résisterait aux intimidations de certains pays.

« Malgré le droit inaliénable de toutes les nations, dont l'Iran, à produire de l'énergie nucléaire à des fins pacifiques, et malgré la transparence de toutes les activités iraniennes et la pleine coopération de notre pays avec les inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) et la confirmation répétée par l'Agence que les activités de l'Iran sont pacifiques, quelques puissances utilisant l'intimidation cherchent à mettre des obstacles sur le chemin des activités nucléaires pacifiques de la nation iranienne en exerçant des pressions politiques et économiques contre l'Iran et en menaçant et en faisant pression sur l'AIEA », a déclaré M. Ahmadinejad.

« Ce sont les mêmes puissances qui produisent de nouvelles générations d'armes nucléaires mortelles et possèdent des stocks d'armes nucléaires qu'aucune organisation internationale ne surveille », a-t-il ajouté. « Et les tragédies d'Hiroshima et de Nagasaki ont été perpétrés par l'une d'entre elles », a dit le président iranien, en référence aux bombes nucléaires lâchées par les Etats-Unis sur les villes japonaises d'Hiroshima et de Nagasaki en 1945, à la fin de la Seconde guerre mondiale.

Mahmoud Ahmadinejad a accusé ces mêmes « puissances » à ne pas être « contre les armes mais à s'opposer au progrès des autres nations ». Elles ont « tendance à monopoliser les technologies et à utiliser ces technologies pour imposer leur volonté sur d'autres nations », a-t-il ajouté.

Mais, « le peuple iranien, avec sa confiance en Dieu, sa détermination, sa fermeté et avec le soutien de ses amis, résistera aux intimidations et a défendu et continuera à défendre ses droits ». « La nation iranienne est pour le dialogue. Mails elle n'accepte pas et n'acceptera pas des demandes illégales. Le temps est venu pour l'AIEA de présenter un rapport clair à la communauté internationale sur le contrôle du désarmement de ces puissances nucléaires et de leurs activités nucléaires », a-t-il dit. Il a jugé aussi nécessaire qu' « un comité de désarmement soit établi par des Etats indépendants pour surveiller le désarmement de ces puissances nucléaires. »


News Tracker: autres dépêches sur la question

L'AIEA fait un bilan de la dissémination nucléaire, de l'Iran à la Corée du Nord

Coup de projecteur