Le Conseil de sécurité réuni sur la question des armes légères

Hannelore Hoppe

30 avril 2008 – La menace à la paix posée par le commerce non contrôlé des armes légères « ne saurait être surestimée », a rapporté aujourd’hui le Haut Représentant adjoint pour les affaires de désarmement, Hannelore Hoppe, devant le Conseil de sécurité.

Cette dernière a souligné que les recommandations contenues dans le dernier rapport du Secrétaire général sur les armes légères, ainsi que sa proposition de rétablir le Mécanisme de coordination de l’action des Nations Unies étaient une priorité cette année (dépêche du 23.04.2008).

« Ce rapport, a-t-elle précisé, aborde les divers aspects de cette question et met l’accent sur les conséquences négatives du trafic des petites armes sur la sécurité, les droits de l’homme, le développement socioéconomique des nations, en particulier dans les zones de crise et dans les situations postconflit.

Le rapport fournit aussi une analyse des divers instruments mondiaux qui ont trait à la prolifération incontrôlée des armes légères, y compris le Programme d’action des Nations Unies ».

Hannelore Hoppe a rappelé que le rapport du Secrétaire général contient 13 recommandations, dont six qui ont trait directement au Conseil de sécurité.

Elles mettent l’accent sur le besoin d’encourager la coopération entre les Comités des sanctions, les missions de maintien de la paix, les États et les organisations régionales; de renforcer la synergie entre les embargos sur les armes et les efforts de DDR; d’encourager les États et les missions de maintien de la paix à faire usage du nouvel instrument de traçage et du système de communication policier mondial d’Interpol; et d’encourager les États à accroître leurs efforts de certification et la normalisation du système d’identification des utilisateurs finaux.


News Tracker: autres dépêches sur la question

Armes légères : Ban Ki-moon recommande davantage de coordination institutionnelle

En savoir plus





Coup de projecteur