Journée mondiale de la femme : l'ONU appelle à « investir dans les femmes et les filles »

8 mars 2008 – A l'occasion de la Journée internationale de la femme célébrée aujourd'hui, le Secrétaire général a souligné que dans de nombreux pays, les budgets insuffisants qui sont mis à disposition sont révélateurs d'un « manque de volonté politique » et entravent les efforts mis en oeuvre pour promouvoir l'égalité des sexes et l'émancipation des femmes.

« C'est pourquoi le thème choisi pour cette Journée internationale de la femme est `Investir dans les femmes et les filles´ », a déclaré Ban Ki-moon dans un message publié à l'occasion de cette célébration.

« Comme une longue expérience nous l'a démontré de façon indiscutable, investir en faveur des femmes et des filles a un effet multiplicateur sur la productivité, l'efficacité et la croissance économique durable », a souligné le Secrétaire général, qui a également rappelé les effets positifs d'une telle stratégie sur l'éducation et la santé.

Les Objectifs du Millénaire pour le développement, dont la date-butoir est 2015, comprend en troisième position la promotion de l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes. Le cinquième objectif concerne, lui, l'amélioration de la santé maternelle.

De nombreux progrès ont été enregistrés, de la microfinance aux initiatives favorisant l'égalité entre les sexes lancés par plus de 50 pays lors de l'élaboration de leurs budgets nationaux.

« Mais nous devons faire davantage », a insisté Ban Ki-moon, en mentionnant la création de mécanismes de suivi des investissements en faveur des femmes.

Il a rappelé son souhait de « mieux rapporter les ressources aux besoins » à l'ONU, notamment avec la mise en place, dans le futur, d' « une seule entité dynamique et renforcée chargée de l'égalité des sexes », susceptible, selon lui, d'attirer davantage de financements et d'obtenir de meilleurs résultats.

Pour Thoraya Ahmed Obaid, la Directrice-exécutive du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA), il est également “rentable”, pour les pays d'investir davantage dans les femmes, car un tel investissement bénéficie aussi aux familles, aux communautés et aux nations.

« Quand une femme dispose de ressources, elle est encline à les dépenser dans l'éducation et la santé de leurs enfants, qui ont par la suite de meilleures opportunités dans la vie et sur le marché du travail », a expliqué Thoraya Obaid dans un communiqué publié aujourd'hui à New York. « Dans chaque région, une augmentation de la participation et des revenus des femmes entraîne une diminution de la pauvreté et une croissance économique accélérée », a-t-elle affirmé.

De son côté, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a souligné l'importance d'investir dans la santé maternelle, qui concerne non seulement les femmes enceintes et les mères, mais également les enfants.

« Des constatations de l'Organisation mondiale de la santé indiquent que le risque de mourir avant l'âge de deux ans est plus élevé pour un enfant qui a perdu sa mère que pour celui dont la mère a survécu », a déclaré Ann M. Venemann, la directrice exécutive de l'UNICEF, dans un communiqué publié hier New York.

L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) a rappelé l'importance, au sein des communautés, des femmes, dont le potentiel est malheureusement souvent bridé par des normes sociales et culturelles.

Pour changer cela, a recommandé Margaret Chan, la directrice générale de l'agence, il faut d'abord protéger et promouvoir la santé des femmes et des filles, afin d'améliorer leurs conditions de vie et de leur permettre de jouer pleinement leur rôle dans leurs familles, leurs communautés et dans l'ensemble de la société.

L'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a, de son côté, célébré la Journée avec le lancement de l'action mondiale « Les femmes font l'info 2008 », une opération destiné à promouvoir l'égalité des sexes dans les médias. L'agence de l'ONU souhaite attirer l'attention des dirigeants des médias sur les capacités professionnelles des femmes journalistes afin d'augmenter leurs opportunités de carrière dans les rédactions et instaurer l'égalité des sexes.

En savoir plus