RDC : un troisième accusé devant la Cour pénale internationale

7 février 2008 – Mathieu Ngudjolo Chui, accusé de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre commis en République démocratique du Congo, a été arrêté hier par les autorités congolaises et remis à la Cour pénale internationale (CPI).

« Les autorités congolaises ont, une fois de plus, activement coopéré avec la Cour dans l'esprit du Statut, et exécuté une décision de justice en arrêtant eux-mêmes Mathieu Ngudjolo Chui et en le remettant à la CPI », a déclaré le greffier de la Cour Bruno Cathala, selon un communiqué publié aujourd'hui à La Haye.

Mathieu Ngudjolo Chui est présumé ancien dirigeant du Front des nationalistes et intégrationnistes (FNI) et colonel de l'armée nationale du gouvernement de la RDC (FARDC). Selon la Cour, il aurait joué un rôle essentiel dans la conception et la mise en oeuvre d'une attaque contre le village de Bogoro, en Ituri, autour du 24 février 2003.

La Chambre préliminaire I a estimé que cette attaque, dirigée principalement contre des civils de l'ethnie hema, avait été organisée par l'accusé avec d'autres hauts commandants militaires du FNI et de la Force de résistance patriotique en Ituri (FRPI) et qu'elle s'inscrivait dans le cadre d'une attaque systématique et généralisée qui, entre janvier et mars 2003 au moins, avait pris pour cible la population civile de certaines parties de la région.

Les actes criminels commis à Bogoro ce jour-là et les jours suivants incluent « le meurtre d'environ 200 civils, atteintes graves à l'intégrité physique de civils, arrestation, menace avec des armes et enfermement de civils dans une pièce remplie de cadavres, pillages, réduction en esclavage sexuel de plusieurs femmes et filles ».

Les neufs chefs d'accusation comprennent trois chefs de crimes contre l'humanité et six chefs de crimes de guerre.

Mathieu Ngudjolo Chui est la troisième personne détenue par la CPI, après l'arrestation de Germain Katanga le 17 octobre 2007 (dépêche du 18.10.2007) et de Thomas Lubanga Dyilo le 28 août 2006 (dépêche du 28.08.2006).

Coup de projecteur