Première réunion du Fonds des Nations Unies pour la démocratie

6 mars 2006 – Le Secrétaire général a salué la première réunion du Conseil consultatif du Fonds des Nations Unies pour la démocratie (FNUD) qui s'est tenue aujourd'hui à New York, afin de procéder à l'examen de ses mécanismes de fonctionnement et ses programmes.

« Les décisions du Conseil permettront au Fonds de devenir opérationnel », affirme un message du Secrétaire général transmis aujourd'hui par son porte-parole.

Créé par le Secrétaire général en juillet 2005, le FNUD apportera « un soutien à des projets visant à consolider et renforcer les institutions démocratiques », par exemple en contribuant à la rédaction de constitutions et au développement de médias pluralistes.

Sa création avait été appuyée par les chefs d'Etat et de gouvernement, réunis au sommet mondial de septembre 2005, qui avaient réaffirmé que « la démocratie est une valeur universelle et qu'il n'en existe pas un modèle unique ».

Le FNUD a déjà reçu des promesses de dons à hauteur de 41 millions de dollars, de 17 pays en provenance de diverses régions du monde.

Le Secrétaire général considère le FNUD comme « un mécanisme novateur et flexible pour permettre à l'ONU de faire avancer la démocratie », souligne le message.

Le Fonds servira a financer « des projets visant à renforcer la société civile, l'état de droit, la participation populaire et visant à garantir le respect de l'exercice des droits démocratiques », souligne Kofi Annan, qui précise qu'il s'agira tout particulièrement de créer un environnement nécessaire au bon fonctionnement des institutions démocratiques.

Au niveau national, cela signifiera notamment le renforcement des parlements, des conseils locaux et provinciaux, du système judiciaire, des commissions nationales des droits de l'homme, et du bureau de l'ombudsman.

Le Conseil consultatif du FNUD est composé de 17 membres, dont l'Australie, la France, l'Allemagne, l'Inde, le Qatar et les Etats-Unis, en tant que principaux contributeurs, et du Bénin, du Chili, de la Hongrie, de l'Indonésie et de l'Afrique du Sud afin d'assurer une répartition géographique équitable.

Il comporte aussi des membres de la société civile.

Voir la page du Fonds des Nations Unies pour les partenariats internationaux.

Aucun résultat
Aucun résultat