Sahara occidental : Kofi Annan salue la libération par le Front POLISARIO des prisonniers marocains

Kofi Annan

18 août 2005 – Kofi Annan salue la décision prise aujourd'hui par le Front POLISARIO de relâcher tous les prisonniers de guerre marocains qu'il détenait encore.

Les 404 prisonniers marocains qui étaient encore détenus par le Front POLISARIO sont rapatriés aujourd'hui dans le royaume du Maroc par le Comité international de la Croix Rouge (CICR), a indiqué le porte-parole du Secrétaire général aujourd'hui à New York.

Kofi Annan exprime son appréciation à toutes les parties impliquées, notamment au CICR et au sénateur des Etats-Unis Richard Lugar.

Le Secrétaire général considère cette libération comme un pas positif. Il exprime l'espoir qu'elle permettra d'adopter de meilleures relations entre les parties et qu'elle contribuera à surmonter l'impasse politique actuelle.

Le Secrétaire général réitère son appel au Royaume du Maroc et au Front POLISARIO pour qu'ils continuent à coopérer avec le CICR afin de rendre compte des personnes qui sont encore portées disparues.

Selon les informations parues dans la presse, certains des prisonniers libérés étaient détenus depuis plus de vingt ans. Le CICR va désormais enquêter pour déterminer le sort des 250 personnes portées disparues chez les deux parties.

La Maison-Blanche a dépêché sur place le sénateur Richard Lugar, président de la commission des affaires étrangères du Sénat américain, pour superviser la remise des prisonniers au CICR dans les camps de Tindouf.

Cette libération intervient alors que Kofi Annan vient de nommer l'Italien Francesco Bastagli comme Chef de la MINURSO, en remplacement d'Alvaro de Soto (voir le communiqué de presse du 5 août 2005).

Depuis le début du conflit armé du Sahara occidental, en 1975, le Front Polisario a capturé plus de 2 000 militaires marocains. Depuis la trêve conclue en 1991 sous l'égide de l'ONU, il avait relâché la plupart d'entre eux par petits groupes.

Le Maroc et le Front POLISARIO se disputent depuis trente ans la souveraineté du Sahara occidental, ancienne colonie espagnole.

Voir notre dépêche du 18 août 2005 et le site de la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum au Sahara Occidental (MINURSO).