MANUTO : fin de parcours pour une mission réussie au Timor Leste

17 mai 2005 – La Mission d'appui des Nations Unies au Timor oriental, qui achève, selon le Conseil de sécurité, son mandat avec « succès » passe le relais à partir de vendredi prochain à un Bureau chargé d'appuyer les efforts institutionnels, en matière de sécurité et des droits de l'homme. Le nouveau Bureau de l'ONU au Timor sera composé de 45 conseillers civils, 40 conseillers de police, 15 conseillers militaires et 10 spécialistes des droits de l'homme.

Dernière des quatre missions que l'ONU a déployées dans le pays depuis 1999, la Mission d'appui des Nations Unies au Timor oriental (MANUTO) qui est depuis un an dans une phase de consolidation et qui s'achève vendredi 20 mai, a été un « succès », selon les membres du Conseil de sécurité qui examinaient hier le rapport de fin de mandat du Secrétaire général.

D'importants progrès ont été réalisés notamment dans le renforcement des capacités des institutions publiques, a affirmé le Sous Secrétaire général aux opérations de maintien de la paix, Hédi Annabi, qui présentait le rapport aux membres du Conseil.

Depuis un an, la MANUTO appuyait trois programmes : un programme concernant l'administration publique, le système judiciaire et la justice en matière de crimes graves, un deuxième concernant le renforcement du maintien de l'ordre et un troisième concernant le renforcement de la sécurité et de la stabilité.

Les délégations ont aussi salué les avancées enregistrées dans l'amélioration des relations entre le Timor-Leste et ses voisins, en particulier l'Indonésie, comme en attestent la visite du Président indonésien, les 8 et 9 avril, l'accord sur 94% de la frontière terrestre, signé le 8 mai, et le lancement prochain des travaux de la Commission vérité et amitié.

Le Sous-Secrétaire général a par ailleurs salué la décision du Conseil de sécurité de créer une mission de relais, le Bureau des Nations Unies au Timor-Leste (BUNUTIL), dans la mesure où l'assistance internationale sera nécessaire au-delà du 20 mai (voir notre dépêche du 28 avril 2005).

Les tâches du BUNUTIL, créé par la résolution 1599 du 28 avril 2005 pour un mandat allant jusqu'au 20 mai 2006, ont été précisées aujourd'hui par le Sous-Secrétaire général aux opérations de maintien de la paix.

Hédi Annabi a indiqué que sur les 45 conseillers civils prévus pour soutenir la mise en place des institutions publiques vitales, 19 seront affectés au secteur de la justice. Des conseillers seront également affectés à la rédaction de textes juridiques, à la formation de juristes nationaux et à une formation financière complète.

Les 40 conseillers de la police, autorisés par le Conseil, s'emploieront à renforcer la capacité des unités spécialisées, l'aptitude à diriger des membres de la police nationale dans les domaines administratif et opérationnel, et la gestion au siège de la police.

Les 15 conseillers militaires entreprendront, pour leur part, un certain nombre d'activités pour renforcer les capacités du Groupe des gardes frontières, en aidant, entre autres, le Timor-Leste à coordonner les contacts avec l'armée indonésienne.

Le Bureau disposera aussi de 10 spécialistes des droits de l'homme.

Étant donné que le Conseil n'a pas autorisé le déploiement d'une force de sécurité auxiliaire de 144 soldats, le représentant du Timor-Leste a partagé l'avis du Sous-Secrétaire général aux opérations de maintien de la paix, selon lequel le retrait des dernières unités constituées du Timor-Leste risquait d'avoir un impact négatif sur la situation générale en matière de sécurité dans le pays et peut-être aussi sur la sécurité du personnel de l'ONU.

Aucun résultat
Aucun résultat