Dossier migrations et réfugiés #protectmigrantsrefugees

reportages

Une mère syrienne pleure avec soulagement et embrasse ses trois jeunes enfants après une traversée sur une mer agitée. Photo HCR/Ivor Prickett

L'Assemblée générale des Nations Unies accueillera le 19 septembre 2016 une réunion de haut niveau pour traiter des grands mouvements de réfugiés et de migrants, dans le but de rassembler les pays autour d’une approche plus humaine et coordonnée. La question des grands mouvements de réfugiés et de migrants est trop vaste pour un seul État à gérer lui-même. La communauté internationale doit travailler ensemble pour trouver des solutions durables.

Les organisateurs

Président de l'Assemblée générale

• Conseillère spéciale
En janvier 2016, la Secrétaire général a nommé Karen AbuZayd, Conseillère spéciale, chargée de travailler avec les entités des Nations Unies et consulter les États membres et d'autres parties prenantes avant le Sommet. Cela comprend la supervision du rapport du Secrétaire général sur les grands mouvements de réfugiés et de migrants, soumis à l'Assemblée générale mai 2016.

• Co-facilitateurs
En février 2016, le Président de l'Assemblée générale a nommé H.E. Mrs. Dina Kawar, Représentante permanente de Jordanie et David Donoghue, Représentant permanent de l'Irlande, en tant que co-facilitateurs pour mener des consultations ouvertes, transparentes et inclusives avec les États membres pour finaliser les modalités d'organisation, y compris sur un résultat possible, pour la réunion de haut niveau en septembre.

Maintenant, je suis déterminé à ce que l'Organisation des Nations Unies fasse tout son possible pour aider les enfants réfugiés syriens - et tous les réfugiés - à continuer de rêver, comme cela fut le cas pour moi, et pour les Coréens autrefois.


Le Secrétaire général Ban Ki-moon, Genève, 30 mars 2016
Vidéo du jour

L'ONU demande aux dirigeants de s'engager à nouveau à protéger les civils

Publié le 28 sept 2015

Selon l'ONU, la brutalité des conflits armés actuels et le manque de respect des règles fondamentales du droit international humanitaire menacent 150 ans de progrès et risquent de provoquer une régression à l'ère de la guerre sans limites. Avant le Sommet humanitaire mondial (23-24 mai), Hannah Tonkin du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA) décrit ce qui se passe lorsque les États ne respectent pas les règles de la guerre.

LA CRISE DEs Refugies EN BREF

Pour plus d'infographies et visite de données http://data.unhcr.org/