Afrique Horizon

Afrique Renouveau: 
page 24

GROUPE DES 20
L’Afrique obtient un siège à la table des décideurs

Soulignant ainsi la redistribution de la puissance économique mondiale, le Groupe des huit (G-8) – club des grands pays industrialisés – États-Unis, Royaume-Uni, Japon, Allemagne, France, Italie, Canada et Russie – a été officiellement remplacé fin septembre dans son rôle de principal forum économique mondial. Ce changement a été annoncé lors du sommet qui a réuni le nouveau Groupe (G-20) les 24 et 25 septembre à Pittsburgh (Etats-Unis). Créé fin 2008 en pleine crise économique mondiale, le nouveau groupe comprend les membres du G-8 auxquels se joignent la Chine, le Brésil, l’Afrique du Sud et d’autres pays en développement.

Pour l’Afrique, le Sommet de Pittsburgh “survient à une étape cruciale,” a déclaré Donald Kaberuka, le Président de la Banque africaine de développement. Les économies africaines ont été durement frappées par la récession, a-t-il noté au cours du sommet, et “il pourrait s’écouler des années avant la reprise des flux financiers vers l’Afrique.” La manière dont le G-20 répondra aux besoins des pays africains les plus pauvres constituera un test de son autorité, a-t-il conclu. “S’il y réussit, cela renforcera la légitimité de son rôle. Un échec la remettrait en question. ”


SUD-SUD
L’Afrique se tourne vers l’Amérique du Sud

Au cours du second Sommet Afrique-Amérique du Sud organisé à Isla Margarita (Venezuela) les 26 et 27 septembre, les dirigeants africains et sud-américains ont signé plusieurs nouveaux accords de coopération économique. La réunion a rassemblé des chefs d’État et des hauts fonctionnaires de 54 pays africains et 12 pays sud-américains et a visé à un élargissement de la coopération dans huit secteurs dont l’agriculture, l’exploitation minière et l’énergie, l’éducation et la culture, la paix et la sécurité. Les dirigeants présents ont également annoncé la création d’une banque du Sud dotée de 20 milliards de dollars d’origine principalement brésilienne, argentine et vénézuélienne, et dont le rôle sera de financer le commerce et les investissements réciproques croissants. Dans une déclaration qui traduisait bien la nouvelle assurance des participants au sommet, le président équatorien Rafael Correa a affirmé, “notre dépendance envers le Nord est finie.”

Cette réunion a eu lieu trois ans après le premier Sommet Afrique-Amérique du Sud organisé à Abuja (Nigéria). Les échanges du Brésil avec l’Afrique, principalement de prod­uits agricoles et d’articles manufacturés, sont passés de 5 milliards de dollars en 2002 à 26 milliards de dollars six ans plus tard. Le Brésil est aussi un important investisseur qui a placé environ 4 milliards de dollars dans le secteur agricole africain depuis 2003 et qui forme les agriculteurs africains à la production de biocarburants. L’année dernière, l’Argentine a vendu pour 3 milliards de dollars de fèves de soja, de produits laitiers et de céréales à l’Afrique, ce qui en fait le deuxième partenaire économique de l’Afrique en Amérique latine.


VIH/sida
Des vaccins aux résultats prometteurs

Des chercheurs ont annoncé en septembre qu’un vaccin expérimental avait réussi à protéger un tiers environ des participants aux tests, leur évitant de contracter le virus de l’immunodéficience humaine (VIH), cause du sida. C’est la première fois que des scientifiques mettent au point un vaccin qui empêche la contamination par le VIH mais les chercheurs pensent qu’il faudra encore des années avant que le vaccin soit suffisamment efficace pour être utilisé à grande échelle. La mise au point d’un vaccin même à efficacité limitée serait cependant une très bonne nouvelle pour l’Afrique subsaharienne ; la région compte 67 % des 33 millions de personnes qui vivent avec le VIH dans le monde.


Nominations

Mr. Ali Abdussalam TrekiPhoto: ONU / Paulo Filgueiras

M. Ali Abdussalam Treki (Libye) a été élu président de la 64e session de l’Assemblée générale des Nations Unies. M. Treki, qui est entré en fonctions le 23 septembre, était au moment de son élection ministre des Affaires de l’Union africaine de son pays. Ayant servi à trois reprises comme ambassadeur de Libye auprès de l’ONU, M. Treki a une connaissance approfondie de l’Organisation. Il a aussi joué un rôle clé au sein de l’Union africaine et servi de médiateur dans différents conflits en Afrique.

Ms. Judy Cheng-HopkinsPhoto: ONU / Mark Garten

Mme Judy Cheng-Hopkins (Malaisie), ancienne Haut-Commissaire assistant pour les réfugiés, a été nommée Sous- Secrétaire générale et chef du Bureau d’appui à la consolidation de la paix créé en 2006 pour épauler la nouvelle Commission de consolidation de la paix. Mme Cheng-Hopkins a plus de 30 ans d’expérience dans plusieurs organisations des Nations Unies où elle a travaillé sur des questions humanitaires, des problèmes inhérents à l’après-conflit, à la consolidation de la paix et au développement ; elle remplace Mme Jane Holl Lute.

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a élu Mme Irina Bokova (Bulgarie) directrice générale. Mme Bokova, première femme à être élue à ce poste, a rempli depuis octobre 1991 différentes missions pour le service diplomatique de son pays, elle a été ministre des Affaires étrangères et plus récemment Ambassadrice de Bulgarie en France. Elle succède à M. Koïchiro Matsuura du Japon.

Ms. Rashida ManjooPhoto: Société internationale pour le développement

Le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies a nommé Mme Rashida Manjoo, une avocate Sud-africaine, Rapporteur spécial des Nations Unies sur la violence contre les femmes pour un mandat de trois ans qui prendra fin en juin 2012. Mme Manjoo a auparavant occupé des postes d’enseignante et de chercheuse dans plusieurs universités aux États-Unis et en Afrique du Sud. Comme les autres rapporteurs du Conseil des droits de l’homme, elle siègera en toute indépendance à ce poste non rémunéré où elle succède à Mme Yakin Ertürk (Turquie).