Afrique Horizon

Afrique Renouveau: 
page 24

UNIFEM
Plus de femmes élues en Afrique

Les femmes ont été les grandes gagnantes des élections parlementaires qui ont eu lieu le 5 septembre en Angola ; elles ont remporté 81 des 220 sièges du parlement. Ces élections ont été remportées haut la main par le Mouvement populaire pour la libération de l’Angola (MPLA), au pouvoir dans ce pays ravagé par la guerre depuis l’indépendance acquise en 1975.

Ce résultat place l’Angola au deuxième rang juste après le Rwanda parmi les pays africains ayant le plus grand nombre de femmes parlementaires. Lors des élections du 15-18 septembre au Rwanda, les femmes ont remporté 56 % des sièges au Parlement. Le Rwanda et l’Angola sont aujourd’hui parmi les dix premiers pays du monde en termes de représentation parlementaire des femmes.

Globalement, remarque cependant un récent rapport du Fonds de développement des Nations Unies pour la femme (UNIFEM), les femmes restent très sous-représentées dans les allées du pouvoir. A l’échelle mondiale, moins d’un parlementaire sur cinq est une femme. Bien que leur nombre augmente, l’étude intitulée Le Progrès des femmes à travers le monde 2008-2009, estime qu’au rythme actuel les femmes n’atteindront la parité dans les assemblées législatives de la planète qu’en 2045.

Le rapport note qu’en raison de la présence limitée des femmes dans les instances de décision, il est difficile de combattre la discrimination sexuelle dans la répartition des ressources nationales et dans la vie économique et sociale. Les femmes gagnent toujours en moyenne 17 % de moins que les hommes, fournissent la plus grande partie du travail non rémunéré accompli au sein de la famille et consacrent annuellement à la collecte et au transport d’eau 40 milliards d’heures – chiffre exorbitant, car l’investissement dans les infrastructures qui leur seraient particulièrement utiles ne se voit accorder qu’une très faible priorité. “Une discrimination de cette ampleur après des décennies d’engagements aux niveau national et international, déclare le rapport, est symptomatique d’une crise de responsabilité.”

Résoudre cette crise exigera des mesures législatives, des réformes des secteurs public et privé tenant compte des inégalités entre hommes et femmes ainsi que des efforts pour combattre le sexisme et la discrimination dans le domaine social et la vie culturelle. L’étude montre que les quotas et l’établissement de bases de référence pour mesurer les progrès de l’autonomisation des femmes ont contribué à accroître la participation des femmes à la vie politique, ainsi qu’à améliorer globalement la gouvernance.


MEDIATION DE L’ONU
Le Nigeria cède une péninsule contestée au Cameroun

M. Ban Ki-moon, Secrétaire général de l’ONU, s’est félicité du transfert de la souveraineté de la péninsule de Bakassi du Nigeria au Cameroun le 14 août, qui a mis fin à un litige de plusieurs décennies entre les deux pays voisins d’Afrique de l’Ouest. L’accord, a déclaré M. Ban dans une déclaration lue lors de la cérémonie de cession, constitue “un témoignage de la détermination et de la bonne volonté des deux pays”. Leur succès, a-t-il ajouté “est un modèle à suivre ailleurs dans le monde pour un règlement négocié des conflits frontaliers”.

Les revendications concernant cette péninsule riche en ressources pétrolières remontaient à l’époque coloniale et avaient amené les deux pays à deux doigts d’une guerre en 1981. En 2002, la Cour internationale de Justice avait tranché le litige en faveur du Cameroun. Mais ce verdict avait été peu apprécié au Nigeria et parmi certains des habitants de la péninsule qui se revendiquent d’origine nigériane. M. Ban a félicité les deux parties pour leur “patience et leur persévérance” qui ont permis de régler avec l’aide des médiateurs de l’ONU les derniers détails de cette cession.

Nominations

Ms. Navanethem PillayPhoto: UN Photo / Jean-Marc Ferre

L’Assemblé générale des Nations Unies a confirmé la nomination de Mme Navanethem Pillay (Afrique du Sud) (ci-contre à gauche) au poste de Haut commissaire des Nations Unies pour les droits de l’homme. Mme Pillay, qui est entrée en fonction le 1er septembre, est la première Africaine à être nommée à ce poste. Après avoir été la première femme à ouvrir un cabinet d’avocat dans sa province du Natal en 1967, Mme Pillay a enseigné à l’Université du KwaZulu-Natal et été nommée vice-présidente de l’Université de Durban Westville. Elle a également été juge, présidé le Tribunal pénal international pour le Rwanda et siégé à la Cour pénale internationale de 2003 à 2008.

Mr. Festus MogaePhoto: UN Photo / Michelle Poire

M. Festus Mogae (ci-contre à droite), président du Botswana de 1998 à 2008, a été nommé Représentant spécial pour les changements climatiques par le Secrétaire général de l’ONU, fonction à laquelle accède également M. Srgjan Karim (ex-république yougoslave de Macédoine), président sortant de l’Assemblée générale des Nations Unies. Ils se joindront aux trois Représentants spéciaux pour les changements climatiques nommés en mai 2007 : Dr. Gro Harlem Brundtland, ex-premier ministre Norvégien, M. Ricardo Lagos Escobar, ex-président du Chili, et M. Han Seung-soo, ex-ministre des affaires étrangères de la République de Corée.

Ms. Angela KanePhoto: UN Photo / Eskinder Debebe

Le Secrétaire général de l’ONU a nommé Mme Angela Kane (Allemagne) (ci-contre à gauche) Secrétaire générale adjointe à la gestion. Mme Kane était depuis 2005 Sous-Secrétaire générale aux affaires politiques. Elle remplace Mme Bárcena Ibarra (Mexique), qui a été nommée Secrétaire générale de la Commission économique pour l’Amérique latine et les Caraïbes.

L’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, organisme spécialisé de l’ONU, a nommé M. Francis Gurry (Australie) au poste de Directeur général. M. Gurry avait débuté sa carrière dans cet organisme en 1985 comme consultant et occupé ensuite divers postes dans l’organisation, dernièrement comme vice-directeur général. Il remplace M. Kamil Idris (Soudan).