L’Afrique et le défi des objectifs du Millénaire pour le développement – Les OMDs

Afrique Renouveau: 
page 12

Les dirigeants du monde entier réunis en septembre 2000 au Sommet du Millénaire à New York ont adopté une série d’objectifs ambitieux visant à réaliser des progrès tangibles dans la réduction de la pauvreté et l’amélioration des conditions de vie dans le monde. Ils ont souligné à cette occasion les besoins particuliers de l’Afrique, le continent le plus pauvre de la planète, qui a pris du retard dans la quasi-totalité des indicateurs de développement. Les Chefs d’Etat et de gouvernements reviendront à New York en septembre 2005 pour éva-luer ce qui doit être fait pour réaliser ces objectifs.

La communauté internationale craint de plus en plus qu’en dépit de certains progrès modestes dans un nombre de domaines limités, l’Afrique ne sera pas à même de se rapprocher des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) d’ici l’échéance de 2015, sans une mobilisation des efforts et des ressources bien plus énergique des pays du continent et de la communauté internationale. Nous offrons ci-dessous un aperçu des tendances en Afrique subsaharienne pour une série de cibles-clés, de 1990 à ce jour, et indiquons les orientations à prendre pour que le continent réalise ces objectifs.

 

1. Réduire de moitié, entre 1990 et 2015, la proportion de personnes dont le revenu est de moins d’un dollar par jour.

Alors que le taux des populations indigentes dans l’ensemble des pays en développement est tombé de 27,9 % en 1990 à 21,3 % en 2001, il a augmenté en Afrique subsaharienne. Ce phénomène a par ailleurs entraîné une augmentation du nombre d’Africains pauvres, qui est passé de 227 millions à 313 millions pendant cette période.

Chart: People living on less than $1 per day
Chart: children completeing secondary school

2. Veiller à ce que, d’ici 2015, tous les enfants, garçons et filles, partout dans le monde puissent achever leur scolarité élémentaire.

Children in an African school

Photo : © TopFoto.co.uk / UNEP

Chart: Number of girls per 100 boys in primary school

3. Promouvoir l’égalité des sexes et l’émancipation des femmes.

En Afrique subsaharienne, le taux de scolarisation élémentaire des jeunes filles s’est accru, par rapport à celui des garçons, de 83 % à 86 % entre 1990-1991 et 2001-2002; l’objectif est d’atteindre les 100 % dans l’enseignement primaire, de préférence avant la fin de 2005, et dans l’enseignement secondaire et supérieur d’ici 2015. La part des femmes dans les activités non-agricoles est passée de 32 % à 36 % entre 1990 et 2003, alors que la proportion de femmes membres des corps législatifs des pays de la région a doublé, passant de 7 % en 1990 à 14 % en 2005.

4. Réduire de deux tiers, entre 1990 et 2015, le taux de mortalité des moins de cinq ans.

Child in a shanty townPhoto : © TopFoto.co.uk / UNEP / Shadley Lombard

Chart: Under-five mortality rate

Mother and childPhoto : © Panos / Hamish Wilson

5. Réduire de trois quarts le taux de mortalité maternelle.

L’absence de données suffisantes n’a pas permis de déterminer avec précision le taux de mortalité en 1990 dans la plupart des régions. Cependant, en 2000, ce taux (exprimé en nombre de femmes décédées pendant l’accouchement pour 100 000 naissances vivantes) était de 920 en Afrique subsaharienne, soit plus de deux fois supérieur à la moyenne de 450 de l’ensemble des pays en développement.

6. Lutter contre le VIH/sida, le paludisme et autres maladies.

Bien que le nombre de cas de VIH se soit stabilisé en Afrique subsaharienne ces dernières années, il y demeure le plus élevé de la planète, sept adultes sur 100 vivant avec le virus. Le sida est également la cause principale de mort prématurée dans la région. Le paludisme constitue également un motif de préoccupation généralisé, 90 % du million de décès provoqués par le paludisme tous les ans se produisant en Afrique subsaharienne.

African womanPhoto : © Panos / Hamish Wilson

Chart: population using improved sources of drinking water

7. Assurer un environnement durable. Inverser la disparition des ressources environnementales. Réduire de moitié le nombre de personnes privées d’accès continu à l’eau potable et aux services sanitaires de base.

Woman drinking from a tap

Photo : © Panos / Hamish Wilson
 

8. Constituer un partenariat mondial pour le développement.

Cela impliquerait l’établissement d’un système commercial et financier ouvert, réglementé et non-discriminatoire, attentif aux besoins particuliers des pays les moins développés, qui traiterait à fond les questions d’endettement des pays en développement et rendrait plus accessibles les bénéfices des nouvelles
technologies.

2 African womenPhoto : © Panos / Hamish Wilson

Topics: