Afrique Horizon

Afrique Renouveau: 
page 24

L’Afrique et l’Asie
Resserrement des liens régionaux

Les dirigeants de plus d’une centaine de pays africains et asiatiques se sont engagés à resserrer leurs liens à l’occasion du Sommet Asie-Afrique qui s’est tenu en avril à Djakarta (Indonésie) et ont souligné que la situation actuelle sur le plan international et les conditions sur les deux continents «exigeaient que l’on recherche activement des positions communes et une action collective visant à assurer un partage juste des bénéfices de la mondialisation».

Les responsables politiques ont adopté à cette occasion le Nouveau Partenariat stratégique Asie-Afrique, un vaste document progressiste qui préconise une intégration économique et sociale plus étroite des deux continents. Représentant les deux tiers de l’humanité, les dirigeants des pays participants se sont aussi engagés à œuvrer pour la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).

Le Secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, les a invités à se «montrer aussi novateurs et perspicaces que vos ancêtres» en appuyant son projet de réforme de l’ONU, esquissé dans son rapport Dans une liberté plus grande. Le projet invite la communauté internationale à s’engager davantage pour relever les nombreux défis en matière de développement.

Le Sommet a par ailleurs commémoré la première Conférence Asie-Afrique qui s’est tenue en 1955 à Bandung, à une centaine de kilomètres de Djakarta. Les responsables politiques de l’époque avaient manifesté leur solidarité dans la lutte contre le colonialisme et pour le développement économique. La Déclaration historique de Bandung, adoptée à cette occasion, avait ouvert la voie à la création ultérieure du Mouvement non aligné.


Paludisme
12 milliards de dollars par an

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) estime que le paludisme coûte environ 12 milliards de dollars par an à l’Afrique et entrave les efforts de développement du continent. «Le paludisme compte parmi les maladies les plus redoutables du continent», a affirmé le directeur régional de l’OMS pour l’Afrique australe, Antoine Kaboré, lors d’une manifestation qui a marqué la Journée de l’Afrique contre le paludisme, qui s’est tenue en avril à Lusaka (Zambie).

Il a précisé qu’environ 80% du million de décès provoqués tous les ans dans le monde par cette maladie se produisent en Afrique. «Le fardeau qu’il impose aux systèmes de santé, l’absentéisme scolaire et la diminution ou la perte de productivité qui en résultent concourent à faire du paludisme un facteur important de ralentissement de la croissance économique dans les pays touchés par l’endémie», a-t-il déclaré.

Cette année, la Journée de l’Afrique contre le paludisme se situait à mi-parcours entre l’an 2000, année où s’est déroulé le Sommet africain sur le paludisme à Abuja (Nigéria), et 2010, échéance au terme de laquelle les 44 Chefs d’Etat présents au sommet se sont engagés à réduire de moitié le fardeau de cette maladie qui tue plus de 800 000 Africains par an.

“La Journée de l’Afrique contre le paludisme rappelle aux dirigeants le fardeau que cette maladie impose au continent et les engagements qu’ils ont pris à ce sujet au Sommet d’Abuja”, affirme l’OMS. Parmi les objectifs fixés à mi-parcours figure la couverture d’au moins 60 % des besoins des groupes vulnérables par l’application simultanée de moyens de prévention et de contrôle.

Même si la plupart des pays n’atteindront pas les objectifs à mi-parcours d’Abuja, certains progrès ont été enregistrés. C’est ainsi que 21 pays ont mis au point une thérapie à base d’artémisinine, plante chinoise réputée être le meilleur traitement disponible à l’heure actuelle. Par ailleurs, une vingtaine de pays ont baissé leurs droits de douane sur les moustiquaires et les insecticides pour lutter contre les moustiques qui transmettent le paludisme.

NOMINATIONS

Mr. Ibrahim Agboola GambariPhoto: UN Photo

Mr. Ibrahim Agboola Gambari (Nigéria) a été nommé par le Secrétaire général de l’ONU nouveau Secrétaire général adjoint de l’Organisation aux affaires politiques. M. Gambari remplace à ce poste M. Kieran Prendergast à partir du 1er juillet 2005, devenant ainsi le premier Africain à occuper ce poste de haute responsabilité. M. Gambari, qui était Secrétaire général adjoint de l’ONU et Conseiller spécial pour l’Afrique au moment de sa nomination, a servi précédemment comme Représentant spécial du Secrétaire général en Angola. Ancien Ministre des affaires extérieures du Nigéria et Directeur général de l’Institut nigérian des affaires internationales, M. Gambari a également été Représentant permanent de son pays à l’ONU.

Mr. Kemal DervisPhoto: UNDP Photo

Mr. Kemal Dervis, ancien Ministre des finances de la Turquie et haut fonctionnaire de la Banque mondiale, a été nommé par le Secrétaire général de l’ONU Administrateur du Programme de l’ONU pour le développement pour une période de quatre ans. Il succède à M. Mark Malloch Brown, qui a été récemment nommé Chef de Cabinet du Secrétaire général. M. Dervis a servi deux ans comme Ministre des finances de son pays, tout en occupant le poste de Ministre des affaires économiques et du Trésor. Il est également membre du Parlement turc et de la Commission mixte des Parlements européen et turc.

Mr. Paul WolfowitzPhoto: World Bank Photo

Mr. Paul Wolfowitz a pris les fonctions de Président du Groupe de la Banque mondiale le 1er juin 2005, après avoir été nommé à ce poste par le Conseil d’administration de la Banque. en mars. Précédemment, M. Wolfowitz a servi comme Secrétaire d’Etat adjoint à la défense des Etats-Unis, après avoir été respectivement Sous-Secrétaire d’Etat à la défence pour les affaires politiques et Ambassadeur de son pays en Indonésie. Il a également été pendant sept ans Doyen et Professeur de relations internationales à l’Ecole Paul H. Nitze d’études internationales avancées à l’Université John Hopkins.

L’ancien Commissaire au commerce de l’Union européenne Pascal Lamy a été sélectionné nouveau Directeur général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Il succèdera au chef actuel de l’OMC, M. Supachai Panitchpakdi, dont le mandat expire le 31 août. M. Lamy a débuté sa carrière dans les services financiers de l’administration française. De 1984 à 1994, il a été Chef de Cabinet du Président de la Commission européenne (CE). Par la suite, M. Lamy a rejoint le Crédit lyonnais, dont il est devenu le Directeur général en 1999, la même année où il est devenu Commissaire au commerce de l’OMC.

António Manuel de Oliveira GuterresPhoto: UN Photo

L’Assemblée générale de l’ONU a nommé l’ancien Premier Ministre du Portugal António Manuel de Oliveira Guterres nouveau Haut Commissaire de l’ONU pour les réfugiés, suivant la recommandation du Secrétaire général de l’ONU. Son mandat de trois ans a pris effet le 15 juin 2005. M. Guterres est actuellement Président de l’Internationale socialiste, poste qu’il occupe depuis 1999. Il a été membre du Parlement portugais de 1976 à 1983 et de 1985 à 1995, ainsi que membre fondateur du Conseil portugais aux réfugiés. Depuis 2001, il est également Conseiller du Conseil d’administration de la deuxième plus grande banque du Portugal, la Caixa Geral de Depositos.