Afrique Horizon

Afrique Renouveau: 
page 24

PRIX ALIMENTAIRES
Les africains les plus pauvres pénalisés par la hausse du prix des céréales

Les prix alimentaires ont augmenté rapidement en 2006 et dans certains cas à un rythme encore plus rapide en 2007, a indiqué en novembre l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Cette agence de l’ONU explique que plusieurs facteurs contribueront à une hausse des prix continue au cours des années à venir: des prix plus élevés pour les produits pétroliers, les effets du changement climatique sur l’agriculture, ainsi que l’utilisation croissante du maïs et d’autres céréales pour produire des biocarburants qui a accru la demande de céréales. Ces prix plus élevés causent déjà “de gros problèmes d’accès cette année pour les populations de certains pays d’Afrique de l’Ouest,” indique Henri Josserand, responsable du Système d’alerte rapide de la FAO.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) a aussi attiré l’attention sur l’effet de ces hausses. “Les coûts d’acquisition des aliments pour le PAM ont augmenté de 50 % rien qu’au cours des cinq dernières années” rapporte Josette Sheeran, Directrice du PAM.

Les pays qui dépendent d’importations alimentaires ont particulièrement souffert de ces prix mondiaux plus élevés.

Le gouvernement sénégalais a réagi en baissant les droits de douane sur les importations de blé, mais le prix du pain a néanmoins subi une hausse de 12 % sur la seule période d’octobre à novembre. Au Maroc, des augmentations similaires ont provoqué des manifestations contre la hausse des prix des aliments qui ont fait 50 blessés. Les meuniers du Botswana expliquent la hausse de leurs prix sur la farine de maïs et le pain par des coûts de production plus élevés dus principalement aux coûts des produits pétroliers et du blé qui sont importés.

A court terme, certains agriculteurs africains peuvent bénéficier de cette situation, note Mme Sheeran. L’augmentation de la demande a fait monter les prix des produits des autres cultures vivrières comme le manioc. Mais elle ajoute qu’une concurrence accrue risque d’entrainer l’augmentation des exportations de ces produits et de les mettre ainsi hors de portée de la bourse des populations locales les plus pauvres.

“Le prix des aliments étant à son plus haut niveau depuis des décennies, beaucoup de gens sont tout simplement exclus du marché des produits alimentaires, explique Mme Sheeran. Ces problèmes ne font pas l’objet de préoccupations suffisantes en Occident.”

Nominations

JosMs. Ellen Margrethe LøjPhoto: UN Photo / Paulo Filgueiras

Le Secrétaire général de l’ONU a nommé Mme Ellen Margrethe Løj, ex-ambassadrice du Danemark aupres de l’ONU, à la tête de la Mission des Nations Unies au Libéria. Mme Løj était à la date de sa nomination ambassadrice du Danemark en République tchèque. A l’ONU, Mme Løj avait été en 2005 vice-présidente du Comité d’organisation de la Commission de consolidation de la paix. Elle avait aussi auparavant présidé le Comité des sanctions du Conseil de sécurité sur le Libéria.

M. Alan Doss (Royaume-Uni) a été nommé Représentant spécial en République démocratique du Congo. Avant cette nomination, M. Doss avait été Représentant spécial au Libéria de 2005 à 2007. Il a également occupé les fonctions de Représentant spécial adjoint en Côte d’Ivoire et en Sierra Leone.

Mr. Ahmedou Ould-AbdallahPhoto: UN Photo / Eskinder Debebe

M. Ahmedou Ould-Abdallah (Mauritanie) a été nommé Représentant spécial du Secrétaire général en Somalie. De 2002 à 2007, M. Ould-Abdallah dirigeait le Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et il a présidé la commission mixte établie pour faire appliquer la décision de la Cour internationale de Justice sur le différent frontalier entre le Cameroun et le Nigéria. Il avait été auparavant secrétaire exécutif de La coalition mondiale pour l’Afrique, un forum intergouvernemental dédié aux questions africaines basé à Washington ainsi que Ministre des affaires étrangères de Mauritanie. Le Secrétaire général a nommé le général Lamine Cissé (Sénégal) responsable par intérim du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest.

Mr. Choi Young-jin Photo: UN Photo / Ky Chung

M. Choi Young-jin (République de Corée) est nommé Représentant spécial du Secrétaire général en Côte d’Ivoire où il remplace M. Pierre Schori (Suède). M. Choi était auparavant Représentant permanent de son pays aupres de l’ONU et Vice-ministre des affaires étrangères et du commerce. Il a aussi été Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix de l’ONU.

Mr. Ashraf Jehangir QaziPhoto: UN Photo / Devra Berkowitz

M. Ashaf Jehangir Qazi (Pakistan) a été nommé Représentant spécial au Soudan. Il était auparavant Représentant spécial de l’ONU en Iraq. Ancien ambassadeur du Pakistan aux Etats-Unis, M. Qazi a également occupé divers postes diplomatiques en Chine, au Japon, en Egypte et en Libye.

Mr. François Lonsény FallPhoto: UN Photo / Paulo Filgueiras

Le Secrétaire général de l’ONU a nommé M. François Lonsény Fall (Guinée) Représentant spécial et chef du Bureau d’appui des Nations Unies pour la consolidation de la paix en République centrafricaine. M. Fall était Représentant spécial pour la Somalie depuis 2005. Il a été premier ministre de Guinée en 2004 et Ministre des affaires étrangères et de la coopération de 2002 à 2004. M. Fall a par ailleurs été Représentant permanent de son pays auprès de l’ONU à New York.

Ms. Ngozi Okonjo-IwealaPhoto: World Bank / S. D. McCourtie

Ancienne Ministre des finances et des affaires étrangères du Nigéria, Mme Ngozi Okonjo-Iweala, a été nommée au poste de Directeur général de la Banque mondiale. A partir du 1er décembre, elle sera responsable des opérations de la Banque mondiale en Afrique, en Asie du Sud, en Europe et en Asie centrale, ainsi que du département des ressources humaines de l’organisation. Avant d’entamer sa carrière ministérielle, Mme Okonjo-Iweala avait été vice-présidente et secrétaire au sein du groupe de la Banque mondiale.