Afrique Horizon

Afrique Renouveau: 
page 24

SUD-SUD
L’Afrique et l’Amérique du Sud renforcent leurs relations

A la suite du premier Sommet Afrique-Amérique du Sud organisé à Abuja (Nigéria) en novembre, auquel ont participé plus de 900 délégués, dont de nombreux chefs d’Etat, l’Afrique et une douzaine de pays d’Amérique du Sud se préparent à renforcer leur coopération.

Les participants ont adopté une déclaration portant sur le renforcement des rapports commerciaux et financiers et la création d’une banque Afrique-Amérique du Sud qui financera des projets régionaux d’infrastructure. Les deux régions se sont aussi mises d’accord pour adopter des positions et des stratégies communes dans les négociations menées à l’Organisation mondiale du commerce.

Selon la Résolution d’Abuja adoptée lors du Sommet, les deux régions mettront sur pied un Forum de coopération qui se réunira tous les deux ans pour discuter des relations bilatérales.


CHANGEMENT CLIMATIQUE
La pénurie d’eau menace les agriculteurs africains

D’après le dernier Rapport sur le développement humain, le changement climatique menace d’aggraver la pénurie d’eau dans des proportions sans précédent, certaines régions de l’Afrique subsaharienne risquant de perdre 25 % de leurs récoltes d’ici à 2050 du fait du changement des conditions météorologiques liées au climat. Ce rapport, publié en novembre par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), indique que même si la coopération internationale permet de conclure un accord de réduction des émissions de carbone (CO2), de dangereux changements climatiques sont maintenant pratiquement inévitables. Les conséquences les plus graves seront subies par des pays et des populations n’ayant que peu contribué au problème. L’agriculture sera le secteur le plus touché. Les changements de précipitations pourraient accroître la malnutrition de 15 à 26 % d’ici à 2050.

Le manque d’eau provoque déjà des ravages dans certaines régions de l’Afrique, rapporte le PNUD. Dans le Nord-Est du Kenya, environ 3 millions de personnes sont à la merci d’une famine provoquée par la sécheresse ; des affrontements violents entre agriculteurs et éleveurs se multiplient et la sécheresse a fait baisser le produit intérieur brut du pays de 16 % entre 1998 et 2000.

L’auteur principal du rapport, Kevin Watkins, réclame des mesures immédiates et affirme que le monde ne manque pas “des ressources financières, de la technologie ou de l’ingéniosité nécessaires pour ramener la crise de l’eau et de l’assainissement à la place qui lui revient : dans les livres d’histoire. Cette crise est le produit de politiques et de priorités qui peuvent être changées”.


COMMERCE INTERNATIONAL
Aux Etats-Unis, une mesure favorable aux producteurs africains

Le Congrès des Etats-Unis a approuvé en décembre une série de mesures sur le commerce, dans le cadre de la Loi sur la croissance et les possibilités économiques (AGOA), qui pourrait aider à éviter la perte de milliers d’emplois sur le continent. Cette loi, adoptée en 2000, supprime les droits de douane pour de nombreux produits africains importés aux Etats-Unis. En 2006, pour compléter et étendre ces dispositions, la Chambre des Représentants a voté dans le cadre de l’AGOA une loi sur la stimulation des investissements, destinée à aider les producteurs de l’Afrique subsaharienne à faire face à la concurrence de plus en plus rude de la Chine à la suite de la suppression en 2004 des quotas sur le commerce des textiles et des vêtements. (Voir Afrique Renouveau, avril 2006).

Cette nouvelle mesure comprend la prolongation jusqu’en 2012 de la disposition concernant les tissus en provenance de pays tiers, qui devait venir à expiration en 2007. Cette prolongation permet aux fabricants de vêtements africains qui utilisent des matières premières en provenance d’autres pays de continuer à profiter d’un accès en franchise de droits sur le marché des Etats-Unis. L’ambassadeur du Kenya aux Etats-Unis, Peter Ogego, a déclaré que cette disposition allait probablement sauver dans son seul pays des milliers d’emplois. Le Kenya a créé 30 000 emplois dans l’industrie textile depuis l’entrée en vigueur de l’AGOA et si cette disposition n’avait pas été prorogée, le pays aurait perdu son statut commercial préférentiel, étant donné qu’il ne produit pas ses propres tissus. Ce délai “nous donnera assez de temps pour développer dans notre pays un secteur cotonnier”, a déclaré M. Ogego.

Les Etats-Unis réforment actuellement leur système de dispositions commerciales préférentielles pour l’Afrique subsaharienne. Les importations de textiles et de vêtements en provenance d’Afrique avaient connu une croissance importante à la suite de l’adoption de l’AGOA, mais elles ont subi une baisse de 30 % après la levée des quotas sur le commerce des textiles à la suite d’un accord international conclu fin 2004.

Nominations

Dr. Margaret ChanPhoto: UN Photo / Eskinder Debebe

Le Docteur Margaret Chan de Hong-Kong a été nommée Directeur général de l’Organisation mondiale de la santé par l’Assemblée mondiale de la santé, l’instance qui gouverne l’organisation au nom des 193 pays qui en font partie. Le Docteur Chan avait précédemment occupé le poste de Directeur général adjoint pour les maladies contagieuses et celui de Représentante du Directeur général pour la grippe pandémique. Elle a aussi été Directrice des services de santé de Hong-Kong où elle a mené la lutte contre la grippe aviaire H5N1 et le Syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS). Elle occupera son nouveau poste jusqu’en juin 2012. Mme Chan est la première personne de nationalité chinoise à diriger une agence des Nations Unies.

Hamadoun TourePhoto: ITU / J.M. Ferre

L’Union internationale des télécommunications (UIT) a élu en novembre au poste de Secrétaire général un citoyen malien, M. Hamadoun Touré. M. Touré qui était auparavant Directeur du Bureau de développement des télécommunications de l’UIT, occupera ce poste pendant quatre ans. M. Touré a plus de 20 ans d’expérience dans le domaine des télécommunications et a occupé des postes de direction dans de grandes entreprises comme INTELSAT et ICO Global Communications après avoir commencé sa carrière en 1979 à l’Office des postes et télécommunications du Mali (OPT).