L’émigration africaine: tensions et solutions

Les émigrants qui quittent leur pays pour chercher du travail ne sont actuellement pas suffisamment protégés par le droit international
Afrique Renouveau: 
page 1
African migration: from tensions to solutions
Photo: Associated Press / Jasper Juinen

Parfois, pendant de longs mois, de jeunes Africains, hommes et femmes, risquent tout, y compris leur vie, pour entreprendre un périlleux périple qui leur fait traverser des dizaines de frontières et les dangereux courants de la Méditerranée à la recherche d’une vie meilleure dans le Nord. Certains y laissent leur vie, d’autres sont renvoyés chez eux et d’autres encore, qui atteignent leur destination, comprennent que leur existence n’y sera pas forcément plus facile. Mais étant donné le manque d’emplois et les sombres perspectives auxquels ils sont confrontés dans leur pays, des millions de jeunes Africains préfèrent encore l’exode, souvent clandestin.

De tels déplacements de populations posent de sérieux problèmes à de nombreux gouvernements et à la communauté internationale. L’immigration irrégulière constitue l’une des principales préoccupations des pouvoirs publics et des citoyens des pays industrialisés : entrée illégale dans les pays de destination, mariages blancs, dépassement des séjours autorisés, interprétation abusive du droit d’asile et difficulté à renvoyer les candidats éconduits.

L’émigration est l’un des sujets de désaccord entre les pays d’origine, pauvres pour la plupart, et les pays de destination, plus riches. Jamais les régions de la planète n’ont été aussi liées les unes aux autres. L’information, les matières premières et l’argent franchissent rapidement les frontières : c’est ce qu’on appelle souvent la mondialisation. Pourtant les pays industrialisés, tout en favorisant la circulation de capitaux, de biens et de services (qu’ils fournissent pour la plupart), freinent le passage de la main-d’oeuvre, qui provient surtout des pays en développement.

An aspiring African migrant on the road in Morocco Un candidat africain à l‘émigration sur les chemins du Maroc, point de départ habituel des émigrants pour l’Europe.
Photo: Reuters / Andrea Comasi

Entre 1960 et 2000, la part des exportations de marchandises et du commerce des services a à peu près doublé, grâce à l’adoption de nouvelles politiques commerciales internationales négociées dans le cadre de l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Pourtant, pendant la même période, la proportion de migrants internationaux dans la population mondiale n’a augmenté que très légèrement, passant de 2,5 à 3 %. Cette faible progression s’explique par les restrictions de plus en plus lourdes en matière de migration officielle, qui sont également à l’origine, en partie du moins, de l’augmentation de l’immigration illégale.

En l’an 2000, il y avait environ 175 millions de migrants dans le monde. Environ 9 % d’entre eux, soit 16,3 millions, étaient des Africains, contre 12 % en 1960. Les migrants représentent de 5 à 12 % de la population de 30 pays industrialisés, d’après la Commission mondiale sur les migrations internationales.

Questions complexes

La migration s’accompagne de “nombreux défis complexes”, déclare le Secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan : questions liées aux droits de l’homme, perspectives économiques, pénurie de main d’œuvre et chômage, fuite des cerveaux, multiculturalisme et insertion sociale, et flux de réfugiés et de demandeurs d’asile. Les autorités sont également confrontées aux questions liées au respect des lois. Surtout après les attentats terroristes aux Etats-Unis en 2001, les questions concernant la sécurité des populations et des pays font aussi l’objet de nombreuses réflexions.

“Nous ne pouvons ignorer les véritables problèmes politiques que pose l’émigration, affirme M. Annan, comme nous ne pouvons non plus perdre de vue les formidables perspectives qu’offre celle-ci aux émigrants, aux pays qu’ils quittent et ceux où ils se rendent."

Notamment du fait de la pénurie de main d’œuvre dans certains secteurs d’activité, d’une économie mondiale en plein essor et de la tendance à terme au vieillissement démographique, nombre de pays industrialisés ont besoin d’immigrants. Ces pays manquent de personnel dans des domaines hautement spécialisés comme les technologies de l’information et les services de santé, ainsi que de main-d’oeuvre dans l’agriculture, le secteur manufacturier et la construction. Les autorités de ces pays ferment donc les yeux sur l’immigration irrégulière pour remplir des postes qui n’intéressent pas la main d’œuvre locale.

Il y a toutefois des limites au nombre d’immigrants que ces pays sont capables d’absorber, notamment en raison de l’augmentation du chômage sur le plan national. Un nombre croissant de pays d’accueil imposent des conditions d’admission plus sévères aux candidats à l’immigration.

Pour leur part, les pays en développement exigent une libéralisation dans ce domaine, affirmant que l’émigration est un moyen de réduire la masse des chômeurs, de générer des revenus par l’intermédiaire des rapatriements de fonds et d’importer des compétences. Ces pays s’inquiètent également du départ de leur main-d’œuvre qualifiée vers des pays plus riches – c’est-à-dire de la fuite des cerveaux. Conscients des effets préjudiciables d’une telle émigration, certains pays en développement ont adopté des mesures visant à dissuader le départ des personnes ayant des qualifications nécessaires, comme les médecins et infirmiers.

La formulation de politiques globales susceptibles de remédier à tous ces problèmes constitue un défi formidable. L’émigration se trouve aujourd’hui dans la situation où se trouvait le commerce international il y a une cinquantaine d’années, note Dhananjayan Sriskandarajah de l’Institute for Public Policy Research des Etats-Unis. A l’époque, explique-t-il, les règles actuelles régissant le commerce international semblaient inimaginables.

“Ceux qui réfléchissent actuellement à un nouveau cadre international pour l’émigration se heurtent à des défis remarquablement similaires, précise-t-il.”

Création d’emplois

La plupart des candidats à l’émigration cherchent à partir en raison des conditions difficiles qui règnent dans leur pays. Dans la plupart des pays d’émigration, les emplois sont rares ou les salaires trop faibles, ce qui amène des habitants à tenter leur chance ailleurs. Il est donc possible, en temps de paix, d’éviter l’émigration en créant des emplois sur place.

“Nous ne pouvons ignorer les véritables problèmes politiques que pose l’émigration, comme nous ne pouvons non plus perdre de vue les formidables perspectives qu’offre celle-ci aux émigrants, aux pays qu’ils quittent et ceux où ils se rendent.”

— Kofi Annan, Secrétaire général de l’ONU

“La mondialisation n’a pas réussi à générer à ce jour un nombre suffisant d’emplois décents et permanents”, affirme le Directeur général de l’OIT, Juan Somavia.

De nombreux pays africains ne sont pas parvenus à créer des emplois au cours des dernières décennies, malgré les politiques d’ajustement structurel préconisées par la Banque mondiale et le Fonds monétaire international. Le nombre d’offres d’emploi et le niveau des revenus réels ont au contraire diminué.

“Je ne veux même pas imaginer ce que nous verrons dans une vingtaine d’années s’il n’y a pas d’effort massif et concerté pour offrir du travail et de meilleures perspectives économiques en Afrique de l’Ouest, déclare le Représentant spécial de l’ONU pour l’Afrique de l’Ouest, Ahmedou Ould-Abdallah."

La Commission économique de l’ONU pour l’Afrique (CEA), qui siège à Addis-Abeba, recommande que les politiques de création d’emplois en Afrique se concentrent sur les secteurs nécessitant une main-d’œuvre importante comme l’agriculture. Dans son Rapport économique de 2005 sur l’Afrique, la CEA invite les gouvernements africains à alléger le plus possible les réglementations concernant les investissements privés, nationaux et étrangers, à offrir une infrastructure satisfaisante et à favoriser des systèmes politiques qui encouragent la participation de la majorité des citoyens.

Les politiques commerciales internationales contribuent à aggraver la situation de nombreux pays africains. C’est ainsi que la plupart des pays d’immigration protègent leurs secteurs agricoles à coups de subventions, ce qui a pour effet de garantir à leurs agriculteurs des prix supérieurs à ceux des marchés mondiaux et d’éliminer toute possibilité de concurrence de la part des agriculteurs pauvres des pays d’émigration.

Même constat d’échec pour les politiques d’investissement des pays industrialisés, qui pourraient pourtant servir à réguler les courants d’émigration."

“Le temps des analyses ou des solutions toutes faites est révolu. Il appartient aux institutions financières internationales, au système des Nations Unies tout entier et à la coopération bilatérale de mettre l’accent sur la création d’emplois, facteur essentiel de paix, de sécurité et d’unité en Afrique”, soutient pour sa part M. Somavia.

Vers des politiques plus justes

De nombreux pays en développement estiment qu’une immigration plus libérale leur permettrait de tirer avantage plus rapidement de la mondialisation. Le plus difficile restel’élaboration de politiques qui conviennent à la fois aux pays industriels et aux pays en développement et soient susceptibles de relancer la croissance économique mondiale.

“Il nous incombe à nous, Africains et Européens, de démanteler ensemble les réseaux d’immigration illégale, derrière lesquels se dissimule un trafic épouvantable et mafieux, a déclaré le Président français Jacques Chirac au Sommet France-Afrique qui s’est tenu en septembre au Mali. Ensemble, il nous faut encourager le co-développement et permettre aux Africains de bénéficier de conditions de vie et de travail décentes dans leurs propres pays."

Toutefois, la coopération internationale qui permettra de relancer les économies africaines dépendra en fin de compte du niveau de financement accordé au mécanisme de développement du continent, Le Nouveau Partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD), y compris de la hausse de l’aide financière et d’une solution durable au fardeau de la dette africaine.

Les pays africains demandent également aux Etats industriels de lever les obstacles à la libre circulation de la main d’œuvre dans le cadre des négociations de l’OMC. Avec d’autres pays en développement, les pays africains plaident pour la libéralisation de la circulation de la main d’œuvre, à l’instar de ce qui a été fait pour les échanges de biens, de services et d’informations, arguant qu’il s’agit d’un domaine où ils sont bien lotis et dont ils pourraient tirer d’importants revenus. Avec l’Inde comme chef de file, les pays en développement considèrent que la libéralisation de la main-d’œuvre est un critère de succès du cycle actuel de négociations de l’OMC, qui devrait s’achever en 2006.

Conventions internationales

La Commission mondiale sur les migrations internationales, créée en 2003 à l’initiative du Secrétaire général de l’ONU, propose pour sa part l’établissement par l’ONU d’un Mécanisme interorganisations de migrations interationales, qui réunirait plus d’une douzaine d’institutions des Nations Unies et d’ailleurs et servirait de cadre principal aux débats sur la migration.

Les émigrés qui quittent leur pays à la recherche de travail ne bénéficient pas d’une protection suffisante en droit international. Deux conventions de l’Organisation internationale du travail (OIT) sont les principaux instruments qui défendent leurs droits. Les conventions insistent sur l’équité salariale, exigeant que les migrants reçoivent des rémunérations comparables à celles perçues par les travailleurs exécutant des tâches similaires dans les pays d’accueil. Les pays d’origine et d’accueil sont également invités à conclure des accords bilatéraux destinés à protéger les droits des travailleurs étrangers.

La Convention internationale des Nations Unies sur la protection des droits de tous les travailleurs migrants et des membres de leur famille, qui est entrée en vigueur en 2003, va un peu plus loin. Elle s’applique à tous les migrants économiques, y compris les marins et les travailleurs indépendants. La convention énumère les droits et responsabilités des Etats en matière de contrôle de la circulation transfrontière des personnes et détaille les droits des travailleurs migrants.

“Il subsiste cependant des lacunes dans le droit et les normes internationales, notamment en ce qui concerne l’émigration pour raisons familiales ou économiques”, souligne Susan Martin de l’Institute of International Migration de l’Université de Georgetown (Etats-Unis). Les conventions de l’OIT sont entrées en vigueur avec un nombre relativement restreint de signataires et la convention de l’ONU n’a été ratifiée que par 27 Etats, tous des pays d’émigration.

Les conventions internationales ne sont pas perçues favorablement dans les pays d’accueil, notamment parce que leur mise en oeuvre implique des dépenses, par exemple pour offrir des services aux immigrants. Certains pays industrialisés estiment par ailleurs que ces conventions empiètent sur leurs droits de légiférer en la matière.

Africans held by Spanish immigration authorities Un groupe d’Africains détenus par des douaniers espagnols : les pays du Nord sont de plus en plus préoccupés par le flux croissant d’émigrants sans papiers.
Photo: Associated Press / Jasper Juinen

“Les Etats-Unis estiment que ces questions doivent être débattues à l’Organisation internationale sur les migrations, bien que celle-ci ne fasse pas partie du système des Nations Unies”, explique l’Ambassadeur Sichan Siv, représentant américain auprès des Nations Unies, en réponse à la proposition de la Commission mondiale sur les migrations internationales de créer un organisme international consacré à la question. Bien que la coordination internationale soit importante dans ce domaine, “il ne faudrait toutefois pas oublier qu’en fin de compte les lois et politiques relatives à la migration relèvent du droit souverain des Etats”, ajoute-t-il néanmoins.

Migration temporaire

Aux Etats-Unis, qui comptent à peu près 34 millions de travailleurs nés à l’étranger (dont 11 millions de clandestins), le Président Bush s’est prononcé pour l’adoption d’une nouvelle législation nationale qui autoriserait l’immigration temporaire de travailleurs pendant trois ans au maximum. Les candidats au séjour temporaire n’auraient toutefois pas le droit de postuler au statut de résident permanent après la date d’expiration de leur séjour. Plus d’un million d’immigrants ayant été arrêtés en 2005 seulement pour avoir tenté d’entrer aux Etats-Unis depuis le Mexique, le plan de M. Bush prévoit également une multiplication du nombre de patrouilles à la frontière entre les deux pays.

Ces propositions ont provoqué une vive controverse, certains étant hostiles à toute concession accordée aux immigrants clandestins qui vivent déjà aux Etats-Unis. De telles concessions, affirment-ils, récompenseraient “ceux qui ont enfreint la loi”. En revanche, les milieux d’affaires américains exigent de plus en plus une réforme complète des lois sur l’immigration, notamment en faveur du statut de travailleur-temporaire, de manière à ce que ceux qui sont entrés dans le pays illégalement aient des possibilités de continuer à travailler légalement.

En raison des besoins en main d’œuvre des pays développés, les conditions d’admission de certaines catégories de travailleurs, notamment les agriculteurs saisonniers, ont eu tendance à être assouplies. Le secteur agricole de l’Union européenne (UE) emploie tous les ans près de 500 000 travailleurs saisonniers originaires d’autres pays que les 15 Etats membres les plus anciens de l’UE, d’après l’Etude 2004 sur la situation économique et sociale dans le monde du Département des affaires économiques et sociales de l’ONU.

Migration en hausse

Malgré les tentatives visant à freiner la circulation transfrontière des personnes, les experts prévoient une intensification des flux migratoires. L’une des raisons est démographique, les populations des pays en développement augmentant rapidement, contrairement à celles des pays à haut revenu. Pour faire marcher leurs économies, les pays industrialisés doivent donc faire appel à une main-d’oeuvre étrangère. Le bon fonctionnement du plus important employeur d’Europe, le National Health Service de Grande-Bretagne, repose en grande partie sur le travail des immigrants infirmiers ou médecins, alors que le secteur de la haute technologie aux Etats-Unis a recours à des milliers de jeunes immigrants pour remplir ses nombreux postes vacants.

En outre, l’immigration contribue à la croissance économique. La Banque mondiale estime que si la main-d’oeuvre des pays à hauts revenus devait s’accroître de 3 %, et même si cette force de travail n’était composée que d’immigrants, le bénéfice annuel mondial serait de l’ordre de 356 milliards de dollars. “Ces profits seraient supérieurs à ceux générés par le commerce international”, note Dilip Ratha, économiste principal à la Banque mondiale.

Les avantages de l’émigration bénéficient également aux pays en développement, lesquels reçoivent, souligne-t-il, plus de 165 milliards de dollars par an sous forme de fonds envoyés par les travailleurs de l’étranger. “Ces envois de fonds contribuent à réduire la pauvreté, car ils sont directement versés aux ménages”, souligne M. Ratha. D’après des enquêtes réalisées auprès des ménages en Ouganda, les envois d’argent de l’étranger ont permis de réduire de 11 % la pauvreté.

Vaut-il mieux faciliter ou freiner la mobilité des candidats à l’émigration ? Fermer les frontières aurait de fâcheuses conséquences en matière de droits de l’homme, risquerait de ne pas être efficace et réduirait les avantages que présente la migration pour les pays de destination et d’origine, affirme M. Sriskandarajah, de l’Institute for Public Policy Research aux Etats-Unis.

Une meilleure solution, à son avis, serait d’admettre que la migration peut avoir des effets salutaires pour ceux qui se déplacent, pour les sociétés qui les accueillent et pour les sociétés qu’ils quittent.