Lesotho : survivre à l’ombre du géant sud-africain

En temps de crise, la forte dépendance économique du Lesotho vis-à-vis de l’Afrique du Sud pose problème
Maseru
Afrique Renouveau: 
page 9
Counting votes after the 2006 election in the Democratic Republic of the CongoUne manufacture de vêtements à Maseru, la capitale du Lesotho. La faible demande mondiale a contraint certaines entreprises à fermer boutique. Les changements annoncés d’une loi américaine inquiètent encore plus.
Photo : Panos / Robin Hammond

Dans les montagnes paisibles du Lesotho, petit royaume enclavé au cœur de l’Afrique du Sud, l’humeur est à la morosité. Longtemps, le pays a pu profiter de son extrême dépendance vis-à-vis du grand voisin. Mais les choses sont en train de changer. Et pas pour le meilleur. Les difficultés économiques que connaît l’Afrique du Sud ralentissent l’économie du Lesotho et désormais, le gouvernement peine à équilibrer son budget.

Même pour le visiteur de passage, la présence sud-africaine est partout visible. Des milliers de Basothos (ressortissants du Lesotho) travaillent chez le grand voisin. C’est aussi chez lui que le royaume s’approvisionne en eau et électricité. Enfin l’Afrique du Sud partage généreusement avec le Lesotho les revenus d’une union douanière qui contribue de manière significative au budget du minuscule État. A quoi il faut ajouter l’omniprésence des sociétés sud-africaines dans d’autres secteurs, notamment le commerce de détail, les assurances et la banque.

Mais cette ultra-dépendance, jusque là bénéfique, s’avère de moins en moins profitable. En dépit de modestes gains engrangés ces dernières années, le Lesotho reste l’un des pays les plus pauvres du monde. Le budget 2011-2012 aura été « le plus difficile que le gouvernement ait jamais adopté », reconnaît le ministre des Finances, Timothy Thahane. En cause : le ralentissement de la croissance économique, la hausse du taux de chômage et la baisse des revenus des travailleurs migrants qui perdent leurs emplois en Afrique du Sud. Le Lesotho est également confronté à la baisse de la production agricole et de l'espérance de vie, ainsi qu’à des taux élevés d'infection au VIH.

Comme si cela ne suffisait pas, la morosité de la situation économique de l’Afrique du Sud a contraint le Lesotho à repenser la gestion de son économie. Le pays a connu une baisse de 30 % des revenus domestiques et un déficit budgétaire monstrueux de 15 % au cours de l’exercice 2011-2012. Désormais, le gouvernement songe à solliciter des prêts auprès d’institutions financières internationales. Il espère aussi obtenir le soutien des bailleurs de fonds étrangers.

Transferts en baisse

Une chute drastique, l’an dernier, de sa quote-part au sein de l’Union douanière d'Afrique australe (SACU) a porté le coup le plus dur au budget. La SACU, l’union douanière la plus vieille du monde (elle a récemment célébré son centenaire), maintient le libre échange entre les pays membres (Afrique du Sud, Botswana, Lesotho, Swaziland et Namibie) et applique un tarif extérieur commun aux États non-membres. Les revenus sont gérés par l’Afrique du Sud suivant une formule convenue. Depuis 1969, la SACU assure plus de la moitié des revenus budgétaires du Lesotho.

« Nous étions très conscients de ce que 60 % environ du budget de l’État est financé par la SACU, » déclarait début 2011 le gouverneur de la Banque centrale du Lesotho, Retselisitsoe Matlanyane, à un magazine local. Avec la récente crise financière mondiale, les échanges entre les membres de la SACU ont considérablement diminué, réduisant de moitié les recettes douanières du Lesotho.

La diminution des envois de fonds des travailleurs migrants en Afrique du Sud est un autre coup dur, le Lesotho étant fortement dépendant de ces revenus extérieurs. Le rapport 2011 de la Banque Mondiale sur les migrations et les rapatriements de fonds indique qu’environ 457 500 Basothos vivaient à l’étranger en 2010, pour une population totale de 2,1 millions. La Banque estime aussi que les envois de fonds ont contribué à hauteur de 525 millions de dollars en 2010, soit 30 % du PIB du pays.

Malgré la hausse des cours mondiaux des minéraux, l’Afrique du Sud traverse une petite récession ces dernières années. Cette situation a eu un impact majeur sur le Lesotho dont les sociétés ont été contraintes de licencier, notamment dans le secteur minier, des milliers d'employés, parmi lesquels des migrants Basothos, réduisant ainsi les envois d’argent que ces derniers effectuent chez eux.

Le secteur du textile a également été affecté. La faible demande de vêtements aux États-Unis a réduit les recettes et contribué à creuser le déficit budgétaire. Dans le cadre de l’African Growth and Opportunity Act (AGOA), une loi américaine, le Lesotho est devenu l’un des plus grands exportateurs de textiles d’Afrique au Sud du Sahara. L’AGOA permet aux pays africains éligibles de vendre leurs textiles aux États-Unis en bénéficiant d’avantages tarifaires uniques. Mais la surévaluation du rand sud-africain – auquel la monnaie nationale, le loti, est arrimée – a affecté la compétitivité du deuxième plus grand employeur du Lesotho.

De plus, les autorités s’inquiètent du sort de l’industrie textile si une clause figurant dans l’AGOA n’est pas renouvelée après son expiration en septembre 2012. Cette clause permet aux pays éligibles à l’AGOA, notamment le Lesotho et le Kenya, de s’approvisionner en tissus auprès de pays tiers tels que la Chine sans perdre les avantages qu’offre l’AGOA.

« Notre principal défi sera l’expiration de l’AGOA. Le secteur textile emploie 45 000 personnes dans le pays », explique le gouverneur de la Banque centrale. Les recettes d’exportation du textile constituent 20 % du PIB du Lesotho. Certaines sociétés de fabrication de vêtements ont déjà fermé à cause de la faiblesse de la demande.

La situation dans le secteur agricole est tout aussi déprimante. Trois Basothos sur quatre vivent de l’agriculture de subsistance. Mais la contribution de la production céréalière au PIB est passée de 4,8 % en 2000 à 1,8 % à peine en 2010, ajoute M. Thahane. Les Nations Unies tirent la sonnette d’alarme. La production agricole est en baisse et pourrait s’interrompre dans la majeure partie du pays si des mesures ne sont pas prises pour contrecarrer l’érosion et la dégradation des sols et remédier au déclin de leur fertilité.

In Africa's newest — and one of its poorest — nations, one out of seven women dies from pregnancy-related causes.Construction d’un tunnel hydraulique entre le Lesotho et l’Afrique du Sud. L’exportation de l’eau est l’une des sources de devises les plus importantes pour le Royaume.
Photo : Alamy Images / qaphotos.com

Or blanc et diamant

En dépit des difficultés économiques, le Lesotho se porte moins mal que d’autres pays de la sous-région, tels que le Swaziland et le Zimbabwe. Et l’espoir d’inverser la tendance existe, si les politiques actuelles visant à donner à l’économie une nouvelle orientation s’avèrent efficaces.

Lors de la présentation du budget, le ministre des Finances a annoncé de nouvelles mesures visant à relancer l’agriculture, à diversifier les exportations et les marchés et à attirer les investisseurs en assouplissant les lois en matière d’investissements étrangers. Néanmoins, ces politiques ne peuvent être efficaces que si les économies des principaux partenaires du pays, notamment les États-Unis, l’Union européenne et l’Afrique du Sud, réussissent leur redressement.

L’eau, déclarent affectueusement les Basothos, c’est « l’or blanc » du Lesotho. Les revenus provenant de la vente de l’eau dans le cadre du Lesotho Highlands Water Project devraient augmenter avec la construction du barrage de Metolong.

Dans le cadre du projet relatif à l’eau, mis sur pied en partenariat avec l’Afrique du Sud, le Lesotho exporte l’eau vers sa province voisine du Gauteng à travers une série de barrages et tunnels creusés dans les montagnes. Le Gauteng, plaque tournante de l’économie sud-africaine, dispose de très peu d’eau et doit faire appel au Lesotho pour étancher sa soif. Ce projet de plusieurs milliards de dollars génère aussi suffisamment d’énergie hydroélectrique pour répondre à environ 90 % des besoins énergétiques du Lesotho.

Le Lesotho peut aussi compter sur les bénéfices des exportations minières, dans un contexte marqué par la flambée des cours mondiaux des métaux précieux. Les revenus issus des diamants, certes encore négligeables, sont en hausse. Le gouvernement envisage de générer davantage de revenus en taillant et en polissant les diamants sur place.

Bonne nouvelle, on annonce une petite augmentation des revenus de la SACU en 2012. Toutefois, la portée de cette embellie dépendra essentiellement de la nouvelle formule de partage des revenus actuellement à l'étude. Les législateurs américains ont également présenté un projet de loi visant à prolonger l’AGOA. Si ce projet est voté, le Lesotho pourra compter sur un flux de revenus constant de ses exportations textiles vers les États-Unis, à condition cependant que l’économie américaine poursuive son redressement.

Le Lesotho cherche également à attirer les investisseurs étrangers. Selon l’édition 2011 du rapport Doing Business de la Banque mondiale qui évalue le climat des affaires dans les pays, le Lesotho est classé 138ème sur 183 pays en lice. S’il assouplit les restrictions commerciales, le gouvernement pourrait aisément attirer des investisseurs dans les secteurs de l’exploitation minière, du textile et du détail.

Toutefois, des défis majeurs s’annoncent. Il y a notamment la probabilité d’une autre récession mondiale qui pourrait compromettre les programmes économiques pourtant bien conçus du Lesotho. Pour l’instant cependant, le minuscule royaume montagneux a compris les dangers de son ultra-dépendance vis-à-vis du grand voisin sud-africain.

ONU et Lesotho : partenaires pour le développement

Sans surprise, en 2015, le Lesotho n’atteindra pas les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD). Ces huit objectifs fixés en 2000 par les dirigeants du monde visent notamment à réduire la pauvreté et la faim, à assurer un meilleur accès aux soins de santé, à l’eau et à l’éducation, à promouvoir l’égalité des chances pour les femmes et protéger l’environnement.

À trois ans de l’échéance, la copie du Lesotho est loin d’être satisfaisante. Le pays devrait atteindre deux des huit objectifs (éducation et droits des femmes), enregistrer de lents progrès dans trois autres (VIH/SIDA, l’environnement et les partenariats internationaux) et échouer sur trois tableaux (réduction de la pauvreté, santé maternelle et santé infantile).

La lutte contre le VIH/SIDA et la réduction de la pauvreté figurent en tête des priorités, estime la coordonnatrice résidente de l'ONU au Lesotho, Ahunna Eziakonwa-Onochie. « Puisque la catégorie la plus exposée [au VIH/SIDA] constitue aussi la majeure partie de la population active, il est très difficile d’imaginer une marche vers le développement dans un contexte où de nouvelles infections persistent, » relève-t-elle d’un ton préoccupé. Ses préoccupations sont justifiées. Un quart de la population du pays vit avec le VIH. Le Lesotho a le troisième taux d’infection le plus élevé en Afrique subsaharienne.

Cependant, Mme Eziakonwa-Onochie cite le Lesotho comme un modèle dans certains domaines clés : des taux d’alphabétisation élevés, une forte main d’oeuvre et des subventions aux agriculteurs afin de stimuler la production. Pourtant la dépendance économique du Lesotho vis-à-vis de ses riches voisins le rend vulnérable aux chocs extérieurs et l’empêche de profiter d’opportunités commerciales au niveau mondial.

« Le gouvernement entend opérer des réformes économiques mais il lui manque les moyens, » analyse-t-elle. Le budget national ne suffit pas pour financer des secteurs clés et les bailleurs de fonds rechignent à délier les cordons de la bourse.

En plus d'apporter un soutien financier et technique à des projets de lutte contre le VIH/SIDA, les Nations Unies sont également très présents dans les efforts du gouvernement en vue de relancer l’agriculture. L’ONU offre son expertise en matière électorale. Ce fut le cas récemment lors de l’adoption d’une loi qui a réformé le système électoral. Plus d’une dizaine d’organismes du système des Nations Unies sont présents au Lesotho. Ils assistent le gouvernement dans des domaines tels que la promotion de la bonne gouvernance, la réduction de la pauvreté, la protection de l’environnement et la réalisation des OMD.