Énergie : bientôt la lumière au bout du tunnel ?

Les initiatives se multiplient autour du secteur énergétique africain
Afrique Renouveau: 
page 20
Câbles électriques à Johannesbourg en Afrique du Sud. Photo: StormStudio/Alamy

À Apapa, le cœur industriel de Lagos, la mégapole du Nigéria avec ses 17 millions d’habitants, on vit au rythme du ronronnement des générateurs électriques. Ce sont eux qui alimentent les grandes usines et les systèmes de climatisation, dans un pays où les températures dépassent fréquemment les 30 °C.

Comme partout ailleurs dans le pays, les coupures d’électricité sont quotidiennes. Le service assuré par la Power Holding Company of Nigeria (PHCN), la compagnie nationale d’électricité, est peu fiable. La moitié de la population (qui s’élève à 170 millions d’habitants) n’a pas accès à l’électricité. Une ancienne ministre de l’Énergie a un jour déclaré : « Nous devons, ensemble, exorciser l’esprit malin responsable de ces ténèbres. » Pour la plupart des Nigérians, les bougies sont indispensables.

Mais pour Kandeh Yumkella, Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour l’énergie durable, la précarité du secteur énergétique nigérian n’est pas irrémédiable. Selon l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), le pays possède une réserve de gaz de 5 000 milliards de mètres cubes – la 9e au monde – et une réserve de pétrole de 37 milliards de barils. Autrement dit, le pays dispose du potentiel nécessaire pour satisfaire les besoins en électricité de l’Afrique toute entière. Outre le pétrole et le gaz, le pays possède du charbon et peut recourir à l’énergie éolienne, thermique et solaire.

L’électricité, moteur de l’industrialisation

La situation énergétique du Libéria ressemble fort à celle du Nigéria. Les infrastructures énergétiques du pays ont été détruites par les combattants rebelles en 1990, et il a fallu attendre 2006 pour que l’éclairage public soit rétabli. Avec l’aide financière du gouvernement des États-Unis et de l’Union européenne, le Libéria a pu acquérir une centrale pour alimenter les principaux hôpitaux et l’éclairage public. « Nous pouvons enfin nous réjouir d’apercevoir la lumière au bout du tunnel », a lancé la Présidente Ellen Johnson-Sirleaf lors d’une grande cérémonie organisée en juillet 2006 pour célébrer le retour de l’éclairage public.

M. Yumkella et d’autres experts notent que l’électricité facilite l’industrialisation. L’Afrique du Sud, la nation la plus industrialisée du continent, produit 44 175 mégawatts pour une population de 51 millions d’habitants. Le Nigéria, la nation la plus peuplée du continent, produit environ 3 200 mégawatts. L’industrie ne peut pas être compétitive sur le marché international si l’énergie constitue une part importante des coûts de production, ajoute M. Yumkella. « Cela signifie que l’on peut vous acheter des matières premières, les expédier vers l’Asie ou l’Europe, les raffiner et vous revendre les produits transformés. »

La Banque mondiale estime elle aussi qu’une production énergétique fiable est essentielle à l’industrialisation. C’est aussi un outil de lutte contre la pauvreté. Avec une production électrique stable, les hôpitaux fonctionnent efficacement, la population cuisine au gaz plutôt qu’au bois ou au charbon, qui polluent l’environnement, les étudiants peuvent accéder à Internet et participer aux flux mondiaux d’information, les trains fonctionnent correctement, l’approvisionnement en eau est plus fiable et la bureaucratie plus efficace.

L’Afrique en insécurité énergétique

La production cumulée de 48 pays d’Afrique subsaharienne ne dépasse pas les 68 000 mégawatts, soit l’équivalent de l’électricité produite par l’Espagne. Sur ce total, l’Afrique du Sud produit à elle seule plus de 44 000 mégawatts. Sans elle, la production électrique d’Afrique subsaharienne s’élève donc à 24 000 mégawatts, un chiffre largement inférieur aux 40 000 mégawatts dont dispose la ville de New York. « Cette production d’électricité insuffisante s’accompagne d’un taux d’électrification tout aussi faible. Moins du quart de la population d’Afrique subsaharienne a accès à l’électricité », estime la Banque mondiale. Pour M. Yumbella « l’Afrique est le continent présentant le niveau d’insécurité énergétique le plus élevé ».

Pourtant, toujours selon la Banque mondiale, plus de 90 % de l’énergie hydroélectrique du continent est inexploitée. Le Soudan détient des réserves de gaz de 6,4 milliards de barils, l’Angola en possède 9 milliards, et plusieurs autres pays disposent de gisements plus modestes.

Alors comment expliquer le déficit ? Pour M. Yumkella, « auparavant, nous ne considérions pas l’énergie comme un instrument de lutte contre la pauvreté. » Pendant longtemps, ajoute-t-il, les États africains ont monopolisé le secteur énergétique et l’ont mal géré.

Un marché de l’énergie

D’autre part, des pays très éloignés des centres de demande possèdent d’énormes ressources énergétiques inexploitées. C’est notamment le cas de la République démocratique du Congo et de l’Éthiopie, qui présentent un formidable potentiel hydroélectrique mais se trouvent « loin des principaux centres économiques d’Afrique australe, de l’Ouest et du Nord », souligne la Banque mondiale. En outre, les économies de ces pays ne sont pas suffisamment solides pour investir des milliards de dollars dans une production hydroélectrique destinée à leur seule consommation. « Certains pays africains ont de l’eau, comme c’est le cas de la Guinée. D’autres possèdent du gaz [Nigéria, Angola]... Il faut faire le lien entre les zones de haute production et les régions où la production est faible mais la demande élevée », analyse M. Yumkella.

Pour résoudre un tel problème, les dirigeants africains préconisent une stratégie électrique régionale intégrée, en vertu de laquelle les pays bénéficiant de meilleures économies d’échelle en matière de ressources énergétiques pourraient envisager d’investir dans le secteur afin de revendre de l’énergie aux autres. Pour les pays dépensant des sommes colossales dans le gazole ou l’huile combustible nécessaire aux centrales électriques, il serait plus avantageux d’acheter de l’énergie hydroélectrique à un pays voisin. C’est dans cette optique que le Programme de développement des infrastructures en Afrique (PIDA), une initiative de l’Union africaine, soutient un projet de 22 milliards de dollars visant à développer un réseau électrique panafricain d’ici à 2020.

La stratégie éthiopienne

L’Éthiopie aspire à devenir une superpuissance énergétique et prépare actuellement un plan directeur de 25 ans visant à produire 60 000 mégawatts d’énergie hydroélectrique, géothermique, éolienne et solaire, ce qui équivaut presque à la production actuelle de l’Afrique subsaharienne. Les travaux du grand barrage de la Renaissance, le plus grand jamais construit sur le continent, devraient être terminés d’ici les trois prochaines années, et l’infrastructure devrait pouvoir produire 6 000 mégawatts. La société américano-islandaise Reykjavik Geothermal a quant à elle prévu d’investir 4 milliards de dollars dans la construction d’une centrale géothermique d’une capacité de 1 000 mégawatts. Le pays possède le parc éolien le plus vaste d’Afrique, qui fournit actuellement 120 mégawatts.

L’ambitieux plan énergétique éthiopien fait office d’aimant pour attirer les pays voisins. Djibouti, le Kenya, le Soudan, le Soudan du Sud, le Rwanda, la Tanzanie et même le Yémen, un pays non africain, ont signé des accords de fourniture d’énergie avec l’Éthiopie. Parallèlement, la Banque mondiale et la Banque africaine de développement (BAD) financent actuellement une ligne de transport d’électricité d’une capacité de 2 000 mégawatts entre l’Éthiopie et le Kenya. L’Éthiopie considère « l’énergie comme un produit d’exportation au même titre que l’or », indique Donald Kaberuka, le président de la BAD.

Avec le soutien de la Banque mondiale, le Rwanda a achevé son Programme de déploiement de l’électricité en 2012, qui lui a permis de raccorder un million de foyers au réseau électrique national. Pour la Banque mondiale, les réformes en cours en Sierra Leone devraient ouvrir la voie à une meilleure distribution de l’électricité pour les six millions d’habitants du pays. Selon Global Information Service, un organisme qui contrôle l’évolution du transport d’énergie, l’Afrique du Sud est aujourd’hui le producteur émergent le plus attractif au monde en matière d’énergie solaire, et pourrait atteindre une production de 8 500 mégawatts d’ici à 2030.

Rien n’est impossible

Le secteur privé africain n’a pas l’intention de rater le coche. Pour le Financial Times, le programme de privatisation du secteur de l’énergie du Nigéria est le plus ambitieux d’Afrique. Si tout se déroule comme prévu, cette privatisation devrait permettre de mettre un terme à la mauvaise gestion « et de fournir de l’électricité bon marché ». En juillet dernier, le président américain Barack Obama a annoncé en Afrique du Sud le lancement de l’initiative « Power Africa », visant à recueillir 16 milliards de dollars de financement public ou privé en vue de la production de 10 000 mégawatts d’électricité pour les communautés d’Afrique subsaharienne, et pour laquelle différentes sommes ont été engagées par des philanthropes africains.

Un sentiment d’urgence s’empare aujourd’hui du continent. L’Afrique peut se concentrer sur l’exploitation de sources d’énergie à faible émission de carbone. « L’Afrique doit être prête à exploiter ses actifs d’énergie renouvelable », écrit Carlos Lopes, le Secrétaire exécutif de la Commission économique pour l’Afrique (CEA). Bien que l’objectif, selon M. Yumkella, soit de se concentrer sur les énergies renouvelables à faible émission de carbone, telles que la production éolienne, solaire ou géothermique, à l’heure actuelle, « toutes les sources d’énergie sont concernées...

nous pouvons devenir un nouveau Brésil. Les Brésiliens possèdent une technologie viable pour la production d’éthanol. Ils viennent de découvrir d’énormes gisements de pétrole au large de leurs côtes, mais cela ne les empêche pas de continuer à investir des sommes considérables dans les énergies renouvelables ».

Avec toutes ces initiatives, la question est désormais de savoir quand l’Afrique pourra enfin apercevoir la lumière au bout du tunnel. Pour M. Yumkella, cela pourrait se produire d’ici une vingtaine d’années. « Rien n’est impossible ».