Afrique Numérique

Afrique Renouveau: 
page 29

Des portables plus intelligents en Afrique rurale

Imaginez-vous à Yokadouma, une communauté rurale de l’est du Cameroun. Les pannes de courant sont fréquentes et les routes impraticables. Vous disposez d’un vieux portable bon marché avec lequel vous ne pouvez que passer et recevoir des appels. Heureusement, il est désormais possible de rendre cet appareil plus « intelligent », c’est-à-dire d’envoyer et de recevoir des e-mails, de vérifier un compte Facebook et de discuter en ligne, sans même avoir accès à Internet. 

La société ForgetMeNot Africa, qui appartient à Lon-Zim et à ForgetMeNot Software, a mis au point en mars 2009 le service Message Optimizer (MO), qui permet aux opérateurs de télécommunications d’offrir à leurs clients des services de messagerie sans frais supplémentaire, ni nouvelle demande d’abonnement ou amélioration technique. Des services de discussion appréciés du public, comme MSN Messenger, Yahoo!, Windows Life and Gtalk, sont accessibles par ce service.

« Message Optimizer transforme chaque portable en un appareil informatique et appareil d’identification mobile », explique ForgetMeNot Africa. MO permet « à un nombre croissant de nos abonnés d’avoir accès à Internet sans devoir acheter de coûteux téléphones mobiles intelligents », souligne Douglas Mboweni, directeur général d’Econet Wireless Zimbabwe, réseau de téléphonie mobile.

Mais comment Message Optimizer fait-il pour transmettre des messages sans passer par Internet ou par un ordinateur ? Tout d’abord, l’abonné au portable envoie un message SMS à un code abrégé donné. Le message est reçu dans le centre de communications de l’opérateur mobile, qui le transmet aux serveurs Internet de ForgetMeNot Africa. Les serveurs traitent, acheminent et livrent le message à l’abonné, lui permettant ensuite d’y répondre. 

Les raisons du succès rapide du service MO de ForgetMeNot Africa, principalement dans les zones rurales, sont nombreuses. Le continent compte environ un milliard d’habitants, dont 72 % vivent en milieu rural, alors que seuls 11 % de la population ont accès à Internet, principalement dans les zones urbaines. 

L’utilisation du téléphone mobile connaît pourtant un essor rapide. Ainsi, le Nigéria compte environ 90 millions d’utilisateurs de téléphone mobile contre 12 millions d’internautes seulement. ForgetMeNot Africa entend conquérir cet énorme marché d’utilisateurs en proposant un service à bas prix.

La société compte pour le moment environ 48 millions d’abonnés et s’est implantée dans l’est et l’ouest du continent, ainsi qu’en Afrique australe et centrale. Elle cible également, depuis la fin de l’année 2011, les 23 millions d’Africains lusophones, à commencer par une centaine de milliers de Capverdiens, à la suite d’un accord de collaboration conclu avec T-Mais, compagnie w de téléphonie mobile du Cap Vert.

Jeremy George, chef de l’exploitation de ForgetMeNot Africa, affirme que la société « est en mesure de desservir désormais la grande majorité des habitants du continent, qu’ils parlent anglais, français ou portugais ».

Évoquant les succès obtenus à ce jour, M. George note que l’entreprise a réussi à « dégager de nouvelles recettes provenant du réseau d’abonnés existant [de téléphonie mobile], tout en offrant un service unique à ses clients ». Avec ce nouveau service, les habitants des zones rurales de l’Afrique ont toutes les raisons de brandir fièrement leurs portables bon marché.