Afrique Livres

Afrique Renouveau: 
page 31
** Please note: books are not directly available from Africa Renewal, they must be obtained directly from the publishers **

Livre
More Than Good Intentions: How a New Economics Is Helping to Solve Global Poverty

Dean Karlan et Jacob Appel (Penguin Group, New York, États-Unis, 2011; 320 p.;
relié 26,95 $, broché 16 $, version électronique 12,99 $)

Livre

Dans ce livre, Dean Karlan et Jacob Appel cherchent à stimuler le débat sur les moyens les plus efficaces de combattre la pauvreté dans le monde, en excluant l’aide au développement et autres méthodes habituelles. En alternant anecdotes et explications accessibles au lecteur, les auteurs mettent en perspective ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. Ils aident le lecteur à suivre leur démonstration au moyen d’explications simples et concises, même lorsqu’ils se réfèrent à des notions de sciences sociales comme l’utilisation de groupes de contrôle pour mesurer les effets d’interventions particulières. Les auteurs posent la question suivante : « Pour chaque don d’un dollar, quelle amélioration peut-on obtenir ? »

Ils comparent en guise d’illustration diverses mesures d’amélioration de la fréquentation scolaire. Ils constatent que 1 000 dollars en « transferts conditionnels en espèces » (paiements directs accordés en fonction des comportements des participants) peuvent se traduire par une meilleure assiduité des élèves pendant un an. Mais le même résultat peut être obtenu avec 100 dollars en « dons d’uniformes » (par exemple, la distribution d’uniformes scolaires à tous les élèves) ou avec seulement 3,5 dollars consacré à l’administration de vermifuge aux enfants.

Le livre critique également la microfinance comme solution de remplacement à l’aide extérieure. Bien que la microfinance ait suscité beaucoup d’intérêt, les auteurs avancent qu’elle n’est pas adaptée à tout le monde et que les besoins particuliers des bénéficiaires doivent être examinés de manière approfondie avant d’accorder des prêts. Ces besoins peuvent être extrêmement complexes et impossibles à satisfaire par la simple obtention d’un prêt. À long terme, ce genre de prêts peut parfois être plus préjudiciable que bénéfique.
Selon MM. Karlan et Appel, la priorité serait d’aider les gens en améliorant leurs conditions de vie élémentaires, avec un meilleur accès aux services de santé, des investissements plus importants dans l’éducation et un meilleur suivi de l’assiduité scolaire. Le livre se conclut par la présentation de sept idées dominantes qui ont prouvé leur efficacité : micro-épargne plutôt que microcrédit, encouragements répétés à l’épargne (envoi de textos et de courriels par les banques à leurs clients) ; achat d’engrais à l’époque des moissons avant la saison suivante de façon à améliorer leur utilisation, administration de vermifuge pour améliorer la santé et l’assiduité des enfants à l’école, soutien scolaire en petits groupes, distributeurs de chlore pour l’assainissement de l’eau et comptes d’épargne bloqués pour aider les usagers à atteindre leurs objectifs et à faire de meilleurs choix. Bien que très stimulantes, les options proposées sont basées sur des micro-analyses – l’étude de petits groupes. Une macro-analyse portant sur des populations plus larges aurait renforcé la validité des recherches.

— Rebecca Moudio

Topics: