Afrique Horizon

CROISSANCE ÉCONOMIQUE : Relance en vue pour l’Afrique en 2010
Afrique Renouveau: 
page 24

À l’instar des Nations Unies, le Fonds monétaire international (FMI) et la Banque africaine de développement (BAD) prévoient une reprise rapide en 2010 pour les économies africaines, après la récession mondiale de 2009. Lors d’une tournée effectuée en mars dans trois pays africains, le directeur général du FMI, Dominique Strauss-Kahn, pronostiquait que la croissance atteindrait cette année 4,5% en Afrique subsaharienne. Avant lui, le Président de la BAD Donald Kaberuka, envisageait une croissance de 4,5 à 5,5% en 2010. Dans son dernier rapport Situation et perspectives de l’économie mondiale publié en janvier, l’ONU avait déjà projeté que la croissance africaine atteindrait 4,3% en 2010, en net progrès par rapport  à 2009 lorsqu’elle était restée à 1,6%.

Selon le FMI et l’ONU, la relance s’explique par les bonnes performances des grandes économies du continent (Afrique du Sud, Nigéria et Kenya) et à la reprise de l’économie mondiale. La croissance africaine placera le continent au deuxième rang derrière l’Asie. L’ONU et le FMI notent que les pays africains ont mieux résisté à la récession, en comparaison avec la plupart des autres régions du monde, en partie en raison de la prudence des politiques budgétaires mises en œuvre avant la crise par nombre de leurs gouvernements.

Cependant, regrette le rapport de l’ONU, la crise de 2009 a marqué “un coup d’arrêt regrettable aux progrès accomplis sur le plan socio-économiques et qui avaient permis de réduire la pauvreté. Cette situation aggrave le retard pris par l’Afrique dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).”

ACCORD DE COPENHAGUE
Groupe d’étude sur le financement de la lutte contre les changements climatiques

Trois mois après la Conférence internationale de Copenhague sur les changements climatiques de décembre 2009, le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a nommé un groupe d’étude chargé d’étudier les moyens de mobiliser les ressources en vue de réduire les effets des changements climatiques dans les pays en développement. Présidé par Mélès Zenawi, Premier ministre éthiopien et principal négociateur africain à la Conférence de Copenhague, et Gordon Brown, Premier ministre britannique, il examinera les sources de revenus potentielles et soumettra des recommandations à une session de négociations sur les changements climatiques qui doit se tenir du 31 mai au 11 juin à Bonn (Allemagne).

Dans le cadre de l’Accord de Copenhague, les dirigeants du monde entier ont accepté de répondre aux demandes des pays africains et des autres pays en développement qui réclament une aide pour faire face aux répercussions négatives des changements climatiques. L’accord prévoit une aide financière  de 30 milliards de dollars pour les trois années 2010-2012, avec une augmentation conditionnelle de quelque 100 milliards de dollars d’ici à 2020.

Font partie du groupe, le Premier ministre norvégien Jens Stoltenberg, Donald Kaberuka, Président de la BAD, et George Soros, président du conseil d’administration de Soros Fund Management.

Nominations

Mr. Anthony LakePhoto: havelshouseofhistory
.com

M. Anthony Lake, (États-Unis) a été nommé, par le Secrétaire général de l’ONU M. Ban Ki-moon, au poste de Directeur exécutif du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF). M. Lake est entré au Ministère des affaires étrangères des États-Unis en 1962 et a fait une longue carrière au cours de laquelle il a notamment été Conseiller à la sécurité nationale auprès du Président Clinton. Il a également fait partie du conseil d’administration du Fonds des États-Unis pour l’UNICEF qu’il a présidé de 2004 à 2007. Plus récemment, il enseignait à l’école des affaires étrangères de l’université Georgetown à Washington. Il remplace Mme Ann Veneman dont le mandat prend fin le 30 avril.

Ms. Margot WallströmPhoto: ONU / Mark Garten

Mme Margot Wallström, (Suède), a été nommée Représentante spéciale du Secrétaire général de l’ONU chargée de la lutte contre les violences sexuelles dans les conflits armés. Ancien membre du parlement suédois, Mme Wallström a été activement impliquée dans la promotion du rôle des femmes dans les questions de paix et de sécurité ; elle a également pris la tête de campagnes destinées à assurer l’application des résolutions du Conseil de sécurité condamnant la violence sexuelle à l’encontre des civils se trouvant dans des zones de conflit.

Mr. Haile Menkerios Photo: ONU / Evan Schneider

Le Secrétaire général a nommé M. Hailé Menkerios (Afrique du Sud), Représentant spécial pour le Soudan. Au moment de sa nomination M. Menkerios occupait le poste de Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, et auparavant celui de Représentant spécial adjoint en République démocratique du Congo. Avant d’entrer à l’ONU, il avait représenté l’Erythrée à divers titres dont celui d’ambassadeur en Éthiopie et de Représentant permanent auprès de l’Organisation des Nations Unies.