Afrique Horizon

Afrique Renouveau: 
page 21

Commission pour l'Afrique
Propositions pour l'ordre du jour du G-8

La Commission pour l’Afrique, établie l’an dernier par le Premier Ministre britannique Tony Blair pour galvaniser l’action des pays riches en faveur de l’Afrique, a publié son rapport final en mars. “Sur le plan de l’analyse et du diagnostic, rien à dire, estime le Président nigérian Olusegun Obasanjo. C’est l’application des recommandations qui pose problème.”

Le rapport comprend une centaine de propositions souvent avancées mais qui restent à appliquer, telles que l’annulation de la dette, le doublement de l’aide, l’élimination des subventions commerciales des pays riches et la promotion de la bonne gouvernance en Afrique. Le document souligne également la contribution des pays développés à la corruption en Afrique. La commission est composée de 17 membres, dont neuf originaires d’Afrique. Parmi eux figurent le Président tanzanien Benjamin Mkapa, le Chancelier de l’Echiquier britannique Gordon Brown et le Secrétaire exécutif de la Commission économique pour l’Afrique, M. K.Y. Amoako.

La publication du rapport survient alors que le Royaume-Uni assure la présidence du Groupe des Huit (G-8) pays industrialisés. Les propositions du rapport devraient être présentées au sommet du G-8, prévu en Ecosse en juillet. “A l’occasion de leur réunion de juillet, les dirigeants du G-8 devront aller au-delà des promesses et des expressions de bonne volonté”, affirme le Secrétaire général du Commonwealth Don McKinnon. “Ils devront, tout simplement, traduire ce rapport en faits.”

Polio
La campagne de vaccination vise les 100 millions

La première phase de l’énorme campagne d’immunisation contre la polio qui vise 100 millions d’enfants a été menée simultanément le 25 février dans 22 pays africains. Cet effort ambitieux, qui s’inscrit dans le cadre de la campagne mondiale pour l’éradication des maladies invalidantes, inclut la République démocratique du Congo, le Soudan et la Côte d’Ivoire, pays où les conflits ont désorganisé les services de santé. Une deuxième journée concertée d’immunisation nationale est prévue le 9 avril. Le coût de cette campagne en Afrique, qui devrait se poursuivre en 2006, est estimé à 275 millions de dollars.

La campagne, lancée à l’échelle mondiale et sur 17 ans, et dont le budget est de quatre milliards de dollars, a subi un grave revers l’an dernier, lorsque les autorités politiques et les chefs religieux du Nord du Nigéria ont fait suspendre les immunisations à la suite de rumeurs faisant état de vaccins contaminés. La polio s’est ainsi propagée du Nigéria à des pays aussi éloignés que l’Arabie saoudite et le Botswana, réinfectant de nombreux pays auparavant débarrassés du fléau et nécessitant de nouveaux programmes d’immunisation.

Coopération régionale
Projets hydroélectriques pour le Congo

Fin février, la société d’électricité sud-africaine Eskom Holdings a annoncé son projet de construire une énorme centrale hydroélectrique de 50 milliards de dollars sur le fleuve Congo, en République démocratique du Congo. Une fois achevé, a déclaré le président d’Eskom, Reuel Khoza, le projet des Rapides d’Inga aura une capacité de 40 000 megawatts par an et produira suffisamment d’électricité pour alimenter l’industrialisation du continent et générer des devises par la vente d’électricité au sud de l’Europe. “L’Afrique a un besoin urgent d’énergie pour sortir ses populations de la pauvreté”, a indiqué M. Khoza aux ministres de l’environnement du monde entier réunis au Siège du Programme des Nations Unies pour l’environnement à Nairobi. L’idée est ancienne, a-t-il souligné, mais a été relancée dans le cadre du programme énergétique du Nouveau Partenariat pour le développement de l’Afrique.

Le barrage, qui est encore à l’état de projet, ne bloquera pas le cours naturel du fleuve, contrairement aux barrages traditionnels. Ce sera un aménagement plus respectueux du cadre naturel, les eaux étant détournées vers des turbines électriques pour être ensuite reversées dans le fleuve. A terme, le projet devrait accroître la capacité électrique totale de l’Afrique de 40 %. Les associations environnementales s’interrogent toutefois sur l’impact écologique du projet et soulignent que les investisseurs privés, qui devraient assurer la plus grande partie du financement, risquent de ne pas souhaiter engager des capitaux importants dans un pays encore en guerre.

NOMINATIONS

Ann VenemanPhoto : UN Photo

Ms. Ann Veneman assumera les fonctions de nouvelle Directrice générale du Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) le 1er mai. Elle a été nommée en janvier par le Secrétaire général de l’ONU, Kofi Annan, pour succéder à la Directrice générale sortante, Carol Bellamy. Mme Veneman a une vaste expérience en matière agricole et alimentaire aux Etats-Unis, ayant dirigé à différentes périodes des programmes agricoles en Californie, ayant été Sous-Secrétaire adjointe à l’agriculture pour les questions internationales et les programmes de produits de base, et Secrétaire d’Etat au Département de l’agriculture américain ces quatre dernières années.

Amina MohamedPhoto : UN Photo

Ms. Amina Mohamed est la première femme élue à la présidence du Conseil général de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), la plus haute instance exécutive de l’organisation entre les conférences ministérielles semestrielles. Elle était auparavant Représentante permanente du Kenya auprès de l’OMC, spécialiste des questions de développement liées au commerce et de l’accès aux médicaments de base. Elle a également présidé les instances de règlement de différends et d’évaluation des politiques commerciales de l’OMC, a coordonné le travail du Groupe africain à l’OMC et à la Commission des droits de l’homme et a été présidente de la Conférence sur le désarmement de l’ONU.

Luis Gomes SamboPhoto : WHO Photo

Le Conseil d’administration de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a nommé le Dr. Luis Gomes Sambo au poste de Directeur régional pour l’Afrique, pour cinq ans à compter du 1er février 2005. Il succède à ce poste au Dr. Ebrahim Malick Samba, qui a pris sa retraite. Ressortissant angolais, le Dr. Sambo a travaillé dans le domaine de la santé publique pendant plus de 25 ans, y compris en qualité de Vice-Ministre de la santé de son pays. Il a rejoint l’OMS en 1989, en qualité de représentant de l’organisation en Guinée-Bissau et de Directeur régional de la gestion des programmes pour l’Afrique.

Le Secrétaire général a nommé Mr. Pierre Schori (Suède) pour succéder à M. Albert Tévoédjré au poste de Représentant spécial pour la Côte d’Ivoire, à partir du 1er avril. M. Schorri a été Représentant permanent de son pays auprès de l’Organisation des Nations Unies de 2002 à 2004. Auparavant, il avait été Ministre de la coopération pour le développement international de son pays et membre du Parlement européen.