Nigéria : 100ème jours après leur enlèvement, 219 filles sont toujours portées disparues

Auteur: 
Une vue d'un rassemblement qui s'est tenu en mai 2014 au Lagos afin de demander le retour de plus de 200 écolières nigerianes enlevées en avril par le goupe extrémiste Boko Haram

Au 100ème jour depuis l’enlèvement par Boko Haram des plus de 300 filles de Chibok, au Nigéria, l'Envoyé spécial des Nations Unies pour l'éducation mondiale, Gordon Brown, a lancé une campagne de soutient afin de démontrer la solidarité communautaire pour les filles et leurs familles, de maximiser la visibilité de la préoccupation mondiale continue pour les filles, et le soutien de tout ce qui peut être fait pour assurer leur retour en toute sécurité.

La campagne comprend des vigiles qui doivent avoir lieu dans le monde entier sous la bannière #BringBackOurGirls (ramener nos filles) pour les 219 filles enlevés sont toujours portées disparues et tenues en captivité par Boko Haram. Des photos et vidéos de ces vigiles seront ensuite recueillis et transmis au leaders communautaires et aux familles des filles à Chibok.

Pour le Fond des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) il est indispensable de maintenir le soutient à la libération des jeunes filles, dont les parents doivent vivre une situation insoutenable.

Aussi, l'enlèvement s'inscrit dans une montée de violence qui sévit dans le nord du pays depuis 2013 et qui instaure un climat de peur qui a des conséquences sur l'éducation.

Les parents ont peur d'envoyer leurs enfants à l'école, les enfants et les instituteurs ont peur de s'y rendre, et le Nigeria se retrouve aujourd'hui a être le pays avec le plus haut taux d'enfants non scolarisés. Le pays compte aujourd'hui 10 millions d'enfants non scolarisés dont plus de 60 pour cent sont dans le nord du pays.

Thèmes: