Mbeki appel les avocats africains à soutenir la lutte contre les flux financiers illicites

Photo: eyevine/Redux
Yaoundé, le 06 juin 2014 (CEA) – Les avocats africains doivent trouver un juste équilibre entre les intérêts de leurs clients et ceux de la société, surtout en ce qui concerne les flux financiers illicites en provenance de l’Afrique, a estimé l'ancien Chef de l’Etat de l'Afrique du Sud, Thabo Mbeki, en sa qualité de Président du  Groupe de Personnalités de Haut Niveau (GPHN) sur les Flux Financiers Illicites (FFI) - Groupe que soutient la Commission Economique pour l’Afrique et l’Union Africaine. Ces remarques on été faites au début des travaux de l’assemblée générale triennale de l’Union Panafricaine des Avocats (UPA) qui se tient actuellement à Yaoundé, la capitale du Cameroun.
 
S’adressant aux avocats qui tiennent leur assemblée triennale sur le thème « flux financiers illicites en provenance d’Afrique : neutralisation des fuites, gestion et rapatriement des avoirs gelés » M. Mbeki a rappelé aux avocats leur devoir dans la lutte contre ce fléau qui prive l’Afrique de ressources qui pourraient aider à financier son développement.
 
L'ancien Président sud-africain et Chef du GPHN, a été précédemment reçu en audience, au nom du Chef de l'Etat du Cameroun, par le Premier Ministre Philémon Yang qui a présidé la cérémonie d’ouverture de l'assemblée triennale UPA, en appelant aux avocats, qui y prennent part, de formuler une forte déclaration de Yaoundé contre  ces flux illicites des fonds en provenance de l'Afrique.
 
Selon des estimations, l'Afrique perd actuellement plus de  50 milliards de dollars américains chaque année suite aux flux financiers illicites –  un montant qui dépasse l'aide au développement que le continent reçoit. Dans ses observations préliminaires, le GPHN que dirige M. Mbeki a déjà noté que les flux financiers illicites en provenance d'Afrique prennent plusieurs formes : les pots de vin et d'autres formes de corruption impliquant des fonctionnaires; les activités criminelles telles que le trafic drogue ainsi que le blanchiment d'argent; ainsi que les transactions commerciales frauduleuses telles que l'évasion fiscale, la distorsion des frais de transfert d'argent et la surfacturation (en particulier par les entreprises transnationales). Le Rapport du Groupe de Personnalités de Haut Niveau qui a effectué plusieurs missions d’enquête à travers et au-delà de l'Afrique, devrait être présenté au 23e Sommet de l'UA du 20 au 27 juin 2014 à Malabo, en Guinée Equatoriale.


Publié par:

La Section des communications extérieures et des relations avec les médias 
Commission économique pour l’Afrique 
BP 3001 
Addis-Abeba (Éthiopie) 
Tél. +251 11 551 5826 
Adresse électronique : ecainfo@uneca.org 
www.uneca.org