Le HCR achève le rapatriement difficile de près de 120 000 réfugiés congolais

Auteur: 
Des réfugiés congolais débarquent du bateau qui les a ramenés chez eux après la traversée de la rivière Oubangui.
Des réfugiés congolais débarquent du bateau qui les a ramenés chez eux après la traversée de la rivière Oubangui.

KINSHASA, République démocratique du Congo, 5 août (HCR) – L'agence des Nations Unies pour les réfugiés a terminé avec succès le rapatriement librement consenti vers la République démocratique du Congo (RDC) de près de 120 000 réfugiés en provenance de la République du Congo voisine.

Mercredi dernier, des bateaux locaux ont embarqué les 81 derniers réfugiés congolais pour traverser la rivière Oubangui en provenance de Betou, en République du Congo, et à destination de centres d'accueil gérés par le HCR dans les villes de Siforco, Izato et Dongo, dans la province de l'Equateur.

Leur retour marque la fin de cinq années d'exil. Ils faisaient partie des quelque 160 000 personnes ayant fui vers les pays voisins – 140 000 en République du Congo et 20 000 en République centrafricaine– lorsque des affrontements ont éclaté en 2009 entre les communautés Munzaya et Enyele à propos des droits traditionnels de pêche.

Dans le cadre d'une opération de rapatriement difficile lancée par le HCR en mai 2012, 119 000 personnes au total ont été ramenées chez elles par bateau de l'autre côté de l'Oubangui, en provenance des zones isolées où elles vivaient le long d'un bras de 600 kilomètres de cette rivière qui marque la frontière entre la République du Congo et la RDC.

Le dernier groupe de réfugiés rapatriés a été accueilli la semaine dernière par les autorités congolaises et les habitants ainsi que par le HCR et ses partenaires. Dès leur arrivée, le HCR et le gouvernement leur ont fourni des documents d'identité, des informations sur l'aide à la réintégration, une sensibilisation au VIH/SIDA et une aide médicale. Le HCR a également accordé une aide en espèces aux rapatriés pour leur voyage vers leur destination finale et pour les aider à s'installer.

Une fois rentrés chez eux, les rapatriés bénéficient de programmes de réintégration qui offrent des soins de santé, une éducation, des kits pour abris, des programmes d'activités génératrices de revenus et le forage de trous de sonde pour l'eau. Des campagnes de sensibilisation sont également organisées pour promouvoir la coexistence pacifique entre communautés, notamment une station de radio communautaire dans la ville de Dongo.

Mais ces modestes programmes ne suffiront peut-être pas à assurer la stabilité de cette région. Sans l'implication plus grande des autorités locales et nationales et l'engagement des acteurs de développement, le HCR craint que cette région isolée et sous-développée demeure sujette à d'autres conflits à propos des ressources limitées.

Depuis le lancement de l'opération de rapatriement librement consenti en mai 2012, le HCR a organisé 416 convois fluviaux entre la République du Congo et la province de l'Equateur. Si 119 000 réfugiés de RDC ont opté pour le rapatriement, environ 23 000 ont choisi de rester en République du Congo. Le retour de 20 000 réfugiés de RDC vivant en RCA s'est terminé en mai dernier. En outre, 100 000 autres Congolais ont été déplacés à l'intérieur de la province de l'Equateur, mais la plupart sont rentrés chez eux en 2011 quand la situation s'est améliorée.

Plus de 430 000 citoyens de République démocratique du Congo sont toujours réfugiés dans les pays voisins, principalement en Ouganda, au Rwanda, en Tanzanie et au Burundi.

La province de l'Equateur en RDC accueille également plus de 64 000 réfugiés originaires de la République centrafricaine qui arrivent en RDC depuis décembre 2012, de nouveaux arrivants étant enregistrés chaque semaine.

Par Céline Schmitt à Kinshasa, République démocratique du Congo

Thèmes: