Centrafrique : le PAM s'inquiète d'une crise alimentaire régionale due à l'exode

Des réfugiés de la République centrafricaine ayant fui au Cameroun.

25 février 2014 – Alors que des milliers de personnes continuent de fuir la violence en République centrafricaine, le Programme alimentaire mondial (PAM) a exprimé mardi sa préoccupation concernant les conséquences de cet exode vers les pays voisins, où plus de 150.000 personnes ont un besoin urgent d'assistance humanitaire.

« Nous faisons face à une crise régionale qui va bien au-delà des frontières de la Centrafrique. Ces personnes, qui ont souvent tout perdu, ont été victimes ou témoins d'indicibles violences et n'ont eu d'autre choix que de partir », a indiqué la Directrice régionale du PAM pour l'Afrique de l'Ouest, Denise Brown.

« Il y a un besoin d'assistance en particulier alimentaire et nutritionnelle à la fois en Centrafrique et dans les pays voisins. Ces personnes en ont besoin maintenant et ne devraient pas avoir à attendre », a-t-elle ajouté.

Plus de 70.000 personnes ont fui la République centrafricaine pour le Tchad, 62.000 sont en République démocratique du Congo (RDC), 28.000 sont arrivées au Cameroun dans les dernières semaines, et 12.000 en République du Congo.

Depuis décembre 2013, le mouvement de population depuis la République centrafricaine s'est intensifié en direction de régions fragiles et en insécurité alimentaire. L'arrivée de milliers de personnes ajoute aux difficultés auxquelles sont confrontées les populations locales. Parmi ces déplacés figurent un grand nombre de Tchadiens, dont la plupart ne sont jamais allés dans leur pays d'origine ou depuis si longtemps qu'ils ne bénéficient plus de réseaux d'entraide.

Le PAM s'inquiète de ne pas pouvoir répondre aux besoins de ces populations extrêmement vulnérables faute de fonds suffisants. Plusieurs pays limitrophes accueillent déjà un grand nombre de réfugiés de différents pays et les ressources disponibles deviennent limitées. En RDC les stocks de céréales destinées aux réfugiés centrafricains sont quasiment épuisés et de nouvelles contributions sont nécessaires rapidement.

Au Tchad, 39.000 personnes dans le Sud du pays, ont déjà reçu une assistance alimentaire. Dans les six prochains mois, le PAM prévoit d'assister 150.000 personnes, 50.000 en denrées alimentaires et 100.000 sous forme de bons d'achats pour un montant total de 16,3 millions de dollars.

Au Cameroun, le PAM apporte une assistance alimentaire à 27.000 nouveaux réfugiés et estime que ce chiffre pourrait passer à 43.000. L'opération d'urgence nécessite 1,5 millions de dollars pour une première période de trois mois.

En RDC, le PAM apporte déjà une assistance aux réfugiés de la République centrafricaine ainsi qu'à des centaines de milliers de déplacés internes. Une grave pénurie de fonds a conduit le PAM à revoir son programme pour n'assister que les personnes les plus vulnérables. Pour répondre aux besoins des réfugiés centrafricains, le PAM affirme avoir besoin de 6 millions de dollars pour poursuivre son assistance dans les six prochains mois.

En République du Congo, 1,7 million de dollars sont nécessaires pour assister 12.000 réfugiés pendant six mois.

Thèmes: