Afrique du Sud : pour les plus pauvres, le dur défi de l’accès au logement

Resident of Soweto’s Motsoaledi shantytown, standing by her vintage wood-burning stove
Photo: Afrique Renouveau / Ernest Harsch

SOWETO : Au bord d’une route cahoteuse et poussiéreuse, sur un socle en béton, se dresse un point d’eau doté d’un robinet. Au total, on en compte 48 à Motsoaledi, un bidonville de 40 000 habitants dans l’immense township de Soweto, explique Cat, un jeune guide. Pour les résidents incapable de se rendre à ces fontaines publiques, poursuit-il, “nous avons installé des conduites jusqu’à leurs maisons.”

Ce bidonville qui porte le nom d’un héros de la lutte contre l’apartheid (Elias Motsoaledi) est presque privé d’eau potable. Il est aussi sans électricité. Pourtant, de grands pylônes électriques se dressent sur toute sa périphérie. Mais ici, dans les taudis faits de bois, de carton et de tôle ondulée, on se sert de bougies pour s’éclairer. La menace d’un incendie est constante. Parfois, après les fortes pluies, des habitations entières sont inondées. Seule satisfaction : le ramassage des ordures ménagères est pris en charge par un comité de résident, note le guide.

Tout, à Motsoaledi rappelle aux habitants du quartier leurs difficiles conditions de vie. De l’autre côté de la rue Chris Hani s’élèvent des maisons en briques occupées par des habitants de Soweto un peu plus aisés. Maponya Mall, un centre commercial avec cafés et de restaurant à la mode, est situé non loin. Le contraste entre la pauvreté de Motsoaledi et la relative opulence d’autres parties de Soweto alimente le ressentiment. Fin 2009, les jeunes du bidonville sont descendus dans la rue pour exprimer leur ras-le-bol. Ils exigeaient du gouvernement qu’il améliore les conditions de vie dans leur quartier.

Récemment, les autorités semblent enfin avoir décidé de réagir. Le 23 mars dernier, Amos Masondo, le maire de la région métropolitaine de Johannesburg (qui couvre le centre de Johannesburg, Soweto et d’autres “townships” de la périphérie), a présidé au lancement des travaux de construction de 2750 nouveaux logements. Ces habitations subventionnées seront attribuées à des résidents de Motsoaledi. À terme, le projet est de transformer Motsoaledi en un quartier “normal” doté de nouvelles rues, d’un système d’assainissement, d’un réseau d’adduction d’eau et d’un réseau électrique, entre autres. Pour l’heure, “nous attendons les maisons” soupire une résidente âgée, assise dans sa minuscule cabane.

Les retards de la politique du logement

De nombreux Sud-Africains pauvres attendent également un logement. Bien que le ministère des Établissements humains rapporte que le gouvernement a construit quelques 2,7 millions de logements à prix modéré depuis 15 ans, on estime qu’il faudrait encore 2 millions de logements. Avec une moyenne de six personnes par famille, cela représente environ 12 millions de personnes ayant un besoin de logement urgent. Certains d’entre eux vivent dans les lotissements établis des “townships”. Mais ces logements ne respectent pas les normes minimales. Et le plus grand nombre habite dans les 2700 zones d’habitat précaire qui parsèment le pays.

Quand Nelson Mandela est devenu le premier président démocratiquement élu d’Afrique du Sud en 1994, il avait promis que le logement pour tous constituait une “promesse inviolable”. La construction de nouveaux logements a initialement bénéficié d’un fort élan sous l’égide du large Programme de reconstruction et de développement (RDP) lancé par le gouvernement. Bien que ce programme soit par la suite passé au second plan à mesure que le gouvernement réorientait ses priorités vers une politique destinée à stimuler les échanges extérieurs et à attirer les investissements étrangers, la construction de logements pour les plus démunis s’est poursuivie, mais à un rythme moins soutenu cependant.

Pendant ce temps, les zones urbaines d’Afrique du Sud connaissent des difficultés de plus en plus grandes. La fin de l’apartheid a vu la levée des lois restrictives relatives à la circulation des populations noires dans les villes du pays. Ce qui a mené des millions de personnes vers Johannesburg, Durban et les autres grands centres urbains à la recherche d’emplois. La croissance de la population urbaine a largement dépassé l’offre de logement.

Simultanément, le changement de politique économique du gouvernement a exposé les industries nationales à une intense compétition de produits importés, ce qui a provoqué de nombreuses pertes d’emplois. Le ralentissement de l’activité économique a affaibli la capacité des municipalités de collecter les taxes et les redevances locales, ce qui à son tour a érodé leurs moyens de fournir des services essentiels comme l’eau ou l’électricité. La corruption a également fait des ravages. Élus et fonctionnaires ont souvent été la cible de manifestants les accusant de recevoir des pots-de-vin, de pratiquer le favoritisme et de détourner des fonds.

Inégalité et colère

À travers le pays, des disparités raciales visibles ont persisté malgré la fin officielle de la ségrégation légale. Beaucoup parmi les populations blanches et un certain nombre de populations noires plus aisés ont quitté les centres-villes et vivent désormais dans des banlieues cossues, loin de la misère des “townships” et des bidonvilles.

Certes, les conditions de vie s’améliorent dans certaines “townships”, au moins parmi les résidents qui disposent de quelques avoirs ou qui gagnent assez pour être éligibles pour des prêts immobiliers. Manifestement certaines choses changent à Soweto. Beaucoup de maisons ont aujourd’hui des toits de tuiles rouges plutôt que de la tôle ondulée.

Cependant, pour les Sud-Africains les plus pauvres, même un toit de tuiles reste un rêve. Leurs attentes sont simples : logement vivables, eau potable, électricité et voirie.

Leurs frustrations se sont souvent exprimées dans la rue. Les rapports de police indiquent qu’au cours des dix dernières années l’Afrique du Sud a connu une moyenne annuelle de 8000 à 9000 marches, rassemblements et autres manifestations. Neuf fois sur dix elles sont pacifiques. Pour le reste, dans les bidonvilles et autres zones de grande pauvreté notamment, elles ont provoqué des affrontements avec la police. “Le seul moment où le gouvernement s’aperçoit de notre existence est quand nous exprimons notre colère et notre rage,” relève un manifestant.

Accélérer la construction de logements

Le gouvernement du président Jacob Zuma tente de se montrer à l’écoute et de réagir. En compagnie de quelques-uns de ses ministres, il a visité certains bidonvilles en colère. Dans un discours prononcé en février, le Président a évoqué les doléances d’une résidente d’une zone d’habitat précaire de Bekkersdal au sud-ouest de Johannesburg, qui se plaignait que sa communauté n’ait pas de services, alors qu’une banlieue de l’autre côté de la route bénéficiait de tous les équipements essentiels.

“Il y a 1,2 millions de ménages qui vivent dans les 2700 zones d’habitat précaire du pays,” a admis le président Zuma. Il a promis que d’ici à 2014, environ 400 000 ménages auraient à la fois accès à un logement et à des services essentiels comme l’eau, l’assainissement et l’électricité. Il a aussi promis des emplois, par le biais notamment d’un programme de travaux publics qui fournira 4,5 millions d’emplois temporaires.

En 2010, les crédits accordés au logement par le gouvernement s’élevaient à 10,9 milliards de Rands, plus du double des sommes allouées dans le budget il y a cinq ans. Le gouvernement n’attribue pas seulement plus d’argent pour les logements, note Tokyo Sexwale, le ministre des Établissements humains, son approche globale a également évolué. “Nous ne nous contentons plus de construire des maisons, dit-il, ça ne marche pas. Nous construisons des établissements humains… Les gens doivent avoir des dispensaires, des postes de police et des parcs pour que les enfants puissent jouer, et nous impliquons les communautés.”

M. Sexwale reconnaît qu’étant donné la dimension du problème, offrir à tous un logement décent représentera un défi. “Cela va nous prendre du temps, mais nous y arriverons.”

—Afrique Renouveau en ligne