6/5/2014
Communiqué de presse
Point de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

POINT DE PRESSE QUOTIDIEN DU BUREAU DU PORTE-PAROLE DU SECRÉTAIRE

GÉNÉRAL DE L’ONU: 6 MAI 2014


(La version française du Point de presse quotidien n’est pas

un document officiel des Nations Unies)


Ci-dessous les principaux points évoqués par Mme Vannina Maestracci, Porte-parole associée du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon:


Invité du Point de presse


Aujourd’hui, l’invité du Point de presse sera le Secrétaire général adjoint à la gestion, M. Yukio Takasu, qui présentera l’état des finances de l’Organisation.


Le Secrétaire général au Soudan du Sud


Le Secrétaire général a conclu aujourd’hui un déplacement d’une journée au Soudan du Sud, où il s’est entretenu avec le Président Salva Kiir et a eu une conversation téléphonique avec l’ancien Vice-Président, M. Riek Machar.  S’adressant aux journalistes à l’issue de son entrevue avec M. Kiir, M. Ban Ki-moon a déclaré que c’est avec un cœur lourd qu’il était à Juba, trois ans après l’espoir soulevé par la création du Soudan du Sud, le plus jeune État Membre de l’ONU.  Il a salué le Président Kiir d’avoir annoncé son intention de rencontrer, le 9 mai, à Addis-Abeba, Riek Machar.


Le Secrétaire général a ajouté que le Président Salva Kiir l’avait assuré du soutien complet de son gouvernement aux Nations Unies, notamment à la Mission déployée sur le terrain, la MINUSS, dont M. Ban a salué le courage.  En ouvrant ses portes partout dans le pays, la Mission a sauvé des dizaines de milliers de vies, a-t-il relevé.


Le Secrétaire général s’est également rendu sur le site de protection de Tomping, qui accueille actuellement près de 21 000 civils sud-soudanais.  Il a pu constater par lui-même les difficultés rencontrées par les familles de déplacés et leur a promis le soutien des Nations Unies.


Navi Pillay/Situation en Ukraine


La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Mme Navi Pillay, a exprimé aujourd’hui sa préoccupation face à la spirale de violences en Ukraine.


Elle a exhorté toutes les parties prenantes à redoubler d’efforts pour trouver une solution pacifique à la crise, particulièrement dans les villes de l’est et du sud du pays.


Les groupes d’opposition armés, a-t-elle poursuivi, doivent mettre fin à leurs actions illégales, notamment la détention de personnes et l’occupation de bâtiments publics opérées en violation des lois et de la Constitution ukrainiennes.


La Haut-Commissaire a également appelé le Gouvernement ukrainien à veiller à ce que ses opérations policières et militaires soient conduites dans le respect des normes internationales en vigueur.


Mme Pillay a estimé qu’il fallait que les autorités ouvrent des enquêtes indépendantes sur les évènements qui se sont produits dans les régions d’Odessa et de Donetsk au cours des derniers jours et ont provoqué la mort de dizaines de personnes.


Le Haut-Commissariat aux droits de l’homme a déployé en Ukraine une mission de 34 observateurs dans cinq localités différentes –Kiev, Lviv, Odessa, Donetsk and Kharkiv–.  La mission rendra publiques ses conclusions sur la situation des droits de l’homme dans le pays le 15 mai prochain. 


Nigéria


La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme a également exprimé mardi sa consternation devant la vidéo qui semble montrer le chef du groupe terroriste Boko Haram, au Nigéria, affirmant que les filles enlevées par ce groupe seraient « vendues au marché » et « mariées par la force », en les qualifiant d’« esclaves ».


Mme Pillay a rappelé aux ravisseurs que l’esclavage et l’esclavage sexuel sont strictement interdits et peuvent constituer des crimes contre l’humanité au regard du droit international.


Elle a ajouté que les filles devaient être immédiatement libérées et rendues saines et sauves à leurs familles.  La Haut-Commissaire a pris contact avec le Président du Nigéria, exhortant son gouvernement à n’épargner aucun effort pour garantir le retour de ces jeunes filles dans leurs familles et leurs communautés.


Tchad


La Secrétaire générale aux affaires humanitaires, Mme Valerie Amos, s’est rendue aujourd’hui à Gaoui, au Tchad, pour y visiter un camp de transit pour les réfugiés en provenance de la République centrafricaine (RCA).  Plus de 100 000 personnes déplacées par le conflit en RCA se trouvent actuellement au Tchad et ont besoin d’une aide d’urgence.  Mme Amos a déclaré que la majorité de ces réfugiés étaient des femmes et des enfants, et qu’un nombre d’entre eux sont sans abris et sans moyens d’alimentation.


Les agences de l’ONU et leurs partenaires humanitaires travaillent en étroite coopération avec les autorités tchadiennes pour fournir une aide, notamment alimentaire, ainsi que des vaccins aux réfugiés.


Afghanistan


La Sous-Secrétaire générale aux affaires humanitaires, Mme Kyung-wha Kang, a conclu aujourd’hui un déplacement en Afghanistan, où elle a appelé à continuer de soutenir les communautés vulnérables touchées par la guerre et les catastrophes naturelles dans ce pays.


De nombreuses régions d’Afghanistan sont exposées à des catastrophes naturelles récurrentes.  Rien qu’au cours des 10 derniers jours, la fonte des neiges, associée à de fortes précipitations, a provoqué des glissements de terrain qui ont tué des centaines de personnes, tandis que les inondations ont provoqué le déplacement de plus de 70 000 autres.


Mme Kang a déclaré qu’investir dans la prévention des risques de catastrophes doit rester une priorité et que le Gouvernement afghan doit être soutenu dans ses efforts de préparation et de réponse aux catastrophes.


République démocratique du Congo (RDC)/Minova


Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) s’est dit aujourd’hui déçu par l’arrêt rendu hier par la Cour militaire opérationnelle du Nord-Kivu à l’encontre de 39 militaires des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC), accusés notamment de viols commis à Minova en novembre 2012.


La Cour a condamné 26 militaires des FARDC, dont 2 pour viol, un pour meurtre, et le reste pour des délits mineurs tels que des pillages et des actes d’insubordination.  Quatorze officiers inculpés ont été acquittés.


Pour le Haut-Commissariat, a indiqué son Porte-parole Rupert Colville, la justice congolaise ne répond pas aux attentes des nombreuses victimes de viol qui ont participé à ce procès.  Ce verdict confirme les lacunes de l’appareil judiciaire en RDC, a-t-il estimé.


Un rapport rendu public en mai 2013 par le Bureau du HCDH et la Mission de l’Organisation des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO) avait documenté 135 cas de violences sexuelles perpétrés par des militaires congolais dans la ville de Minova et ses alentours, à mesure que les unités s’éloignaient des zones de combat.


Naufrage d’une embarcation en République démocratique du Congo (RDC)


Toujours en RDC, la MONUSCO a secouru 14 passagers des eaux du Lac Kivu, après le naufrage d’une embarcation.


Trois bateaux et deux hélicoptères de la Mission ont pris part à l’opération.  Les passagers secourus ont été évacués vers un centre médical.


Conseil de sécurité


À 15 heures aujourd’hui, le Conseil de sécurité tiendra des consultations sur la mise en œuvre de la résolution 1559, qui concerne la situation au Liban.  L’Envoyé spécial du Secrétaire général dans ce pays, M. Terje Roed-Larsen, fera un exposé aux membres du Conseil avant de s’adresser aux journalistes.


Invité du Point de presse demain


Demain, à 12 heures, le Secrétaire général adjoint et Haut-Représentant pour les pays les moins avancés (PMA), les pays en développement sans littoral et les petits États insulaires en développement (PEID), M. Gyan Chandra Acharya, donnera une conférence de presse.


*  ***  *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel