7/1/2014
Communiqué de presse
Point de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

POINT DE PRESSE QUOTIDIEN DU BUREAU DU PORTE-PAROLE DU SECRÉTAIRE

GÉNÉRAL DE L’ONU: 7 JANVIER 2014


(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)


Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Farhan Haq, Porte-parole adjoint par intérim du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon:


Armes chimiques syriennes


La Mission conjointe de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) et l’Organisation des Nations Unies confirme qu’une quantité initiale de produits chimiques prioritaires a été déplacée de deux sites en direction du port de Lattaquié, en Syrie, pour vérification avant d’être chargés, aujourd’hui, sur un cargo danois.  Le navire a été escorté par des vaisseaux militaires fournis par le Danemark et la Norvège, ainsi que par la République arabe syrienne.  Ce déplacement a marqué le début du processus de transfert de produits chimiques de la Syrie à des sites situés hors de son territoire, en vue d’être détruits.


Le navire a maintenant quitté le port de Lattaquié pour entrer dans les eaux internationales et il restera en mer en attendant l’arrivée de nouveaux produits chimiques prioritaires au port de Lattaquié.  La sécurité maritime est assurée par des escortes navales de la Chine, du Danemark, de la Norvège et de la Fédération de Russie.


La Mission conjointe poursuit sa coordination avec les États Membres, en particulier la Syrie, pour mobiliser les ressources, afin de prendre toutes les mesures nécessaires au retrait et à l’élimination complète des armes chimiques de la Syrie.


Conférence de Genève sur la Syrie


Dans une déclarationpubliée hier, le Secrétaire général a indiqué qu’il avait adressé des invitations aux participants syriens et internationaux à la Conférence de Genève sur la Syrie.


La liste des invités a été déterminée lors de la réunion tripartite du 20 décembre dernier entre la Fédération de Russie, les États-Unis et les Nations Unies.



Le Secrétaire général considère la Conférence comme une occasion unique de mettre fin à la violence et de s’assurer que la paix soit rétablie et que la transition envisagée dans le Communiqué de Genève puisse être mise en œuvre d’une manière qui réponde pleinement aux aspirations du peuple syrien.  Il précise que la création d’un organe de transition basé sur un consentement mutuel est au cœur même de cet effort.


Iraq-Syrie


Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les refugiés (HCR) a déclaré que la frontière syro-iraquienne avait été ouverte dimanche dernier et que plus de 2 500 Syriens avaient quitté leur pays sur une barge.  Les points de passage de la frontière entre la région du Kurdistan iraquien et la Syrie avaient été fermés depuis la mi-septembre à la suite d’un exode de quelque 60 000 Syriens.  Les travailleurs humanitaires et les autorités locales ont travaillé toute la nuit de dimanche pour accueillir ce groupe de refugiés.


Les autorités de la région du Kurdistan iraquien ont indiqué au HCR qu’elles avaient adopté une approche souple.  Ainsi, les Syriens qui ne souhaitent pas rester en Iraq en tant que réfugiés sont considérés comme visiteurs pour une durée de sept jours.  Au-delà de cette période, ils devraient contacter les autorités locales pour régulariser leur situation.


Enfants syriens


Le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et le HCR, en collaboration avec leurs partenaires, ont lancé une campagne publique pour mobiliser 1 milliard de dollars afin d’éviter une génération perdue pour les enfants syriens et de les sortir de la misère, de l’isolement et du traumatisme.


Le Directeur exécutif de l’UNICEF, M. Anthony Lake, a déclaré que le moment est venu pour le monde d’intensifier son soutien aux enfants syriens et de leur donner un nouvel espoir et la confiance en l’avenir.


Plus de détails sur cette campagne, que le Secrétaire général appuie, sont disponibles en ligne.


Soudan du Sud


La Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) continue de protéger environ 62 000 civils dans ses bases, et les partenaires humanitaires y fournissent leur assistance.  Ces chiffres incluent également les 30 000 personnes refugiées dans les deux bases de la MINUSS à Juba.


La Mission signale que la situation à Juba continue d’être tendue.  Outre la protection des civils dans ses bases, les troupes de la MINUSS mènent des patrouilles de jour et de nuit à Juba.


La Mission signale également que la région demeure instable et que les combats se poursuivent à divers endroits, notamment autour de Bor et dans certaines zones de l’État de l’Unité.


Dans l’État de Jonglei, les rapports de la MINUSS font état de combats au sud de Bor et de coups de feu sporadiques dans le voisinage de son complexe.  Par ailleurs, un certain nombre d’explosions ont été entendues ce matin au sud-est de la ville.


Dans l’État de l’Unité, la Mission a effectué une patrouille dans la localité de Pariyang et elle a pu observer que la plupart des villages situés le long de la route qui relie le carrefour de Mayom à Pariyang semblaient brûlés ou pillés.  De graves pénuries alimentaires, en eau et en abris ont également été signalées à la Mission par les autorités locales.


La Représentante spéciale du Secrétaire général pour le Soudan du Sud, Mme Hilde Johnson, poursuit ses rencontres avec de hauts responsables gouvernementaux ainsi qu’avec les dirigeants de l’opposition, afin d’assurer leur pleine coopération avec la Mission et de permettre à celle-ci de s’acquitter de son mandat de protéger les civils.  Cela prévoit notamment la coopération pour assurer la livraison  par voie aérienne des fournitures qui sont essentielles pour le personnel des Nations Unies et les personnes déplacées à Bor. 


Les préparatifs se poursuivent pour le déploiement de renforts militaires et d’agents de police qui viendront appuyer le personnel de la MINUSS.


Soudan du Sud - Aide humanitaire


Le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) indique que plus de 23 000 réfugiés du Soudan du Sud ont déjà traversé la frontière vers l’Ouganda à la suite des combats qui ont éclaté il y a plus de deux semaines.  L’afflux des réfugiés atteint 2 500 personnes par jour.


Le HCR assure qu’il lutte pour fournir suffisamment d’eau et des services d’assainissement dans les centres de transit et des centres d’accueil dans la région du Nil occidental dans le nord-ouest de l’Ouganda.  Il indique que son personnel et les provisions disponibles en Ouganda deviennent insuffisants en raison de l’afflux de nouveaux réfugiés, qui s’ajoutent à ceux qui viennent de la République démocratique du Congo.


Pendant ce temps, un nombre croissant de Soudanais du Sud fuient aussi vers d’autres pays voisins.  Le HCR indique que plus de 5 300 réfugiés ont été enregistrés en Éthiopie.  Au Kenya, 300 Soudanais du Sud arrivent tous les jours dans le camp de réfugiés de Kakuma.


À l’intérieur du Soudan du Sud, le HCR continue de fournir l’aide en dépit du nombre réduit de personnel.  Hier, un avion a atterri à Juba pour transporter les articles de secours essentiels qui proviennent des stocks du HCR à Nairobi.  Ce chargement comprend 12 500 couvertures, 2 500 séries de casseroles et autres ustensiles de cuisine et quelque 4 000 bâches en plastique pour héberger 20 000 personnes déplacées à l’intérieur et autour de la capitale.


République centrafricaine


Le Programme alimentaire mondial (PAM) a repris aujourd’hui les distributions de vivres aux personnes déplacées à l’aéroport international de Bangui, en République centrafricaine.  Le Programme alimentaire mondial prévoit d’atteindre toutes les personnes déplacées dans les 10 jours.


On estime que 100 000 personnes ont cherché refuge autour de l’aéroport de Bangui.  La distribution alimentaire a été suspendue le 18 décembre dernier lorsque des hommes armés de machettes ont pris d’assaut le site de distribution et volé des stocks alimentaires.


La distribution d’aujourd’hui comprend de la nourriture, des seaux, des bâches et des récipients d’eau fournis par d’autres organisations.  Elle s’est déroulée sans incident.  Le Programme alimentaire mondial demeure profondément préoccupé par la détérioration de la sécurité dans le nord-ouest du pays et exhorte toutes les parties au conflit à assurer un accès sûr aux personnes ayant besoin d’aide.


Cambodge


Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme (HCDH) indique qu’il suit la situation au Cambodge avec une profonde préoccupation, en particulier l’usage disproportionné de la force par les responsables de la sécurité pour maîtriser les manifestations.


Le HCDH a déclaré vendredi que cinq personnes ont été tuées lorsque les forces de sécurité ont ouvert le feu, et 20 autres personnes blessées par des coups de feu et des coups de matraque.


Il appelle les autorités cambodgiennes et les forces de sécurité à exercer la plus grande retenue.


Plus de détails sont disponibles sur le site Internet du HCDH


Philippines


Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA) a indiqué qu’à la suite du passage du typhon Haiyan aux Philippines, le logement constitue une priorité urgente.  Davantage de ressources sont nécessaires pour poursuivre les activités de secours.


L’électricité n’est toujours pas rétablie dans de vastes parties des zones touchées, ce qui entrave la reprise économique.


De nombreuses écoles ont rouvert cette semaine, mais il y a des pénuries constantes.


Plus d’informations sont disponibles en ligne.


Questions posées hier


En réponse à une question posée hier par un journaliste concernant un parlementaire du Soudan du Sud, le Porte-parole adjoint a précisé que la Mission des Nations Unies au Soudan du Sud a pour mandat de protéger les civils si ces derniers sont exposés à des violences physiques et si les autorités nationales et leurs forces de sécurité, qui ont la responsabilité première de les protéger, ne sont pas en mesure ou ne veulent pas le faire.


Le mandat de protection de la Mission est basé sur le principe de non-discrimination.  Il s’applique à tous les civils, quelle que soit leur appartenance ou leur origine.


Les Nations Unies ne divulguent pas des informations spécifiques concernant les personnes ayant cherché leur protection



Conférence de presse demain


Demain à 15 heures, le Président de l’État plurinational de Bolivie, M. Evo Morales Ayma, donnera une conférence de presse après la cérémonie de passation de la présidence du Groupe des 77 de Fidji à l’État plurinational de Bolivie.


*  ***  *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel