30/1/2014
Conseil économique et social
ECOSOC/6596
ONG/788

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Comité des organisations non gouvernementales             

Session ordinaire de 2014                                  

14e séance – matin                                         


LE COMITÉ DES ONG ACHÈVE SES TRAVAUX APRÈS AVOIR RECOMMANDÉ À L’ECOSOC

D’ACCORDER LE STATUT CONSULTATIF À 265 ORGANISATIONS


Le Comité des ONG, qui vient de terminer la première partie de sa session annuelle, entamée le 21 janvier dernier, a recommandé au Conseil économique et social (ECOSOC) d’accorder le statut consultatif à un total de 265 organisations, ce qui est « un record », d’après son secrétariat.  Pour la seule matinée d’aujourd’hui, il a recommandé le statut consultatif spécial pour 16 ONG et reporté sa décision sur 10 candidatures.


Ayant fait passer du statut consultatif spécial au statut consultatif général, les ONG malaisiennes « International Council on Management of Population Programmes » et « International Council on Management of Population Programmes » et l’ONG azerbaïdjanaise « International Eurasie Press Fund », le Comité est, en huit jours, venu à bout de la longue liste d’ONG qui présentaient leur demande de statut pour la première fois ou attendaient une décision depuis les précédentes sessions. 


La Présidente du Comité, Mme Gizem Sucuoğlu, de la Turquie, a précisé que, parmi les nouvelles demandes, le Comité avait recommandé le statut consultatif à 145 ONG et reporté l’examen de 75 autres.  En ce qui concerne les anciennes candidatures, le statut consultatif a été recommandé pour 120 ONG, et la décision reportée sur 99.


Aujourd’hui, le Comité a d’ailleurs radié 22 ONG de la liste des candidatures pour défaut de réponse aux questions malgré trois rappels.  Il a pris note de 279 rapports quadriennaux et retiré le statut consultatif à l’« Association algérienne d’alphabétisation » pour n’avoir pas présenté son rapport.  La décision sur l’ONG « Suzanne Mubarak Women’s International Peace Movement » qui veut devenir « End Human Trafficking Now »a été remise à plus tard; le représentant marocain s’inquiétant du certificat d’enregistrement de l’ONG en Suisse, son nouveau pays d’accueil.


Sur le plan des méthodes de travail, la Présidente du Comité a souligné les préoccupations exprimées à de multiples reprises.  Elle a proposé de discuter de ces questions à la deuxième partie de session, qui aura lieu du 19 au 28 mai.  Nous avons beaucoup avancé ces jours-ci et au mois de mai, nous devrions avoir une journée de libre pour parler des méthodes de travail. 


Le projet de rapport a été présenté par Mme Ana Peña, du Pérou.


Le Comité peut recommander trois statuts.  Le statut consultatif général est accordé aux ONG qui poursuivent des activités couvrant la plupart des domaines d’action de l’ECOSOC.  Ces ONG sont autorisées à soumettre à l’ECOSOC des communications écrites et des pétitions, et à proposer l’inscription de points à l’ordre du jour du Conseil et de ses organes subsidiaires.


Le statut consultatif spécial concerne, quant à lui, des ONG internationalement reconnues pour leur compétence particulière dans certains domaines d’activité du Conseil.  Elles peuvent également soumettre des communications écrites et des pétitions.


L’inscription sur la Liste concerne les ONG qui contribuent de temps à autre aux travaux du Conseil.  Elles ne peuvent soumettre au Conseil que des communications écrites.


Pour en savoir plus sur le Comité et ses décisions, veuillez consulter le site Internet www.un.org/esa/coordination/ngo.


Le Comité des ONG se réunira à nouveau vendredi 7 février pour adopter son rapport sur les travaux de cette première partie de session.



DEMANDE DE CHANGEMENT DE NOM DONT L’EXAMEN A ÉTÉ REPORTÉ


Le représentant du Maroc a rappelé qu’une question a été posée à Suzanne Mubarak Women’s International Peace Movement qui souhaitait devenir End Human Trafficking Now Oùest le certificat d’enregistrement en Suisse, le nouveau pays d’accueil?  Le secrétariat ayant précisé que l’ONG n’a pas encore répondu, le Comité a décidé de reporter sa décision sur la demande de changement de nom.   


RETRAIT DU STATUT CONSULTATIF


Le Comité a décidé de retirer le statut consultatif spécial à l’Association algérienne d’alphabétisation parce qu’elle n’a pas soumis de rapport quadriennal.


RADIATION DES DEMANDES D’ONG QUI N’ONT PAS RÉPONDU À TROIS RAPPELS


Le Comité a décidé de radier les demandes des 22 ONG suivantes qui n’ont pas répondu aux questions du Comité, et ce, malgré trois rappels:


-     Second Amendment Foundation (États-Unis)

-     Center for International Policy (États-Unis)

-     Peoples Development Organization (PDO) (Pakistan)

-     FLARE Freedom Legality and Rights in Europe (Italie)

-     Plus Development Foundation (Pakistan)

-     Indo-Global Social Service Society (Inde)

-     Society for Human Rights and Prisoners Aid (Pakistan)

-     Solutions for health and development (Kenya)

-     Phelps Stokes (États-Unis)

-     Global Corps of Jewish Diplomats, INC (États-Unis)

-     The National YWCA of Korea (République de Corée)

-     La Palabre-Het Palabre (Belgique)

-     The Foundation for Development Cooperation Ltd. (Australie)

-     Mindanao Land Acquisition, Housing and Development Foundation, Inc.    (Philippines)

-     Ningim Hope Alive Foundation (Nigéria)

-     Scottish Refugee Council (Royaume-Uni)

-     The Ark Foundation, Ghana (Ghana)

-     Results Educational Fund, Inc. (États-Unis)

-     NOMADEIS (France)

-     Partners in Health a Nonprofit Corporation (États-Unis)

-     Fundación Proyecto Solidario por la Infancia (Espagne)

-     Jewish National Fund (Keren Kayemeth Le Israel) Inc (États-Unis)


EXAMEN DE NOUVELLES DEMANDES DE STATUT CONSULTATIF


Octroi du statut consultatif spécial aux 16 ONG suivantes:


-     African Development Solutions (ADESO) (Kenya)

-     All-Ukrainian Association of Civil Organizations "Union of Armenians of -Ukraine" (Ukraine)

-     Association Nationale pour L'évaluation Environnmentale(République     démocratique du Congo)

-     Environment-People-Law (Ukraine)

-     Fundación Centro de Gestión Tecnológica e Informática Industrial (Costa       Rica)

-     Fundación Contemporánea(Argentine)

-     Batey Relief Alliance Inc B R A (États-Unis)

-     Cell of Alternative Youth Activities (Grèce)

-     Global Initiative for Economic, Social and Cultural Rights (États-Unis)

-     IDPC Consortium (Royaume-Uni)

-     International Gender Policy Network(République tchèque)

-     New York State Bar Association (États-Unis)

-     Russian Community of Latvia (Lettonie)

-     Singapore Council of Women's Organisations (Singapour)

-     Management Sciences for Health, Inc.(États-Unis)

-     Personhood Education(États-Unis)


Report de l’examen de nouvelles demandes


Le Comité a reporté l’examen de la demande d’APMM Company Limited (Hong Kong) après une question du représentant de la Chine sur l’origine des fonds.  Son homologue des États-Unis a demandé à ECCO2 Corp (États-Unis) des détails sur son logo et sur sa déclaration d’affiliation.  S’agissant de Survivor’s Network of those Abused by Priests (États-Unis), la représentante du Nicaragua a exigé la liste des pays où elle est présente.


En ce qui concerne Center for Health, Human Rights and Development (CEHURD) Limited by Guarantee (Ouganda), le représentant du Maroc a estimé que ses réponses n’étaient pas suffisamment élaborées, notamment sur ses activités en Afrique de l’Est.  Des questions ont aussi été posées à Fundación CADAL (Centro para la Apertura y el Desarrollo de América Latina) (Argentine), par le représentant de la Chine qui voulait des précisions sur « l’influence diabolique de l’organisation Falun Gong ».  Le représentant de la Belgique, soutenu par son homologue d’Israël, a suggéré de préciser que Falun Gong a été déclarée illégale dans plusieurs pays.  Son homologue de Cuba a estimé qu’elle ne disposait pas de suffisamment de détails sur les partenaires locaux de l’ONG à Cuba.  Quelles sont ses relations avec les autorités gouvernementales, a-t-elle aussi voulu savoir.


Pour ce qui est de Sonke Gender Justice Network (Afrique du Sud), le représentant de la Chine a noté qu’elle fait mention du « droit autonome du peuple du Tibet », alors que le droit à l’autodétermination est le droit de tous les peuples à s’opposer à l’agression et à défendre leur souveraineté nationale, ce qui, a-t-il précisé, n’a rien à voir avec le Tibet.  Il a demandé à l’organisation de corriger son erreur sans délai.  Il a ensuite demandé à The F W de Klerk Foundation Trust (Afrique du Sud) de corriger son erreur concernant Taïwan.  Cette organisation a-t-elle des activités dans l’Afrique du Nord-Est et avec quelles organisations? a demandé le représentant du Soudan qui a aussi posé des questions sur son budget.


Le Comité a aussi reporté sa décision sur la demande de Center for Constitutional Rights Inc. (États-Unis), après une question de la représentante d’Israël qui a souhaité des explications sur ses nombreux changements de statut et de nom.  La représentante de Cuba a demandé une liste des pays où Korea Differently Abled Federation (République de Corée) pense lancer des activités, tandis que son homologue d’Israël a exprimé son soutien à cette candidature.  Cette dernière a aussi demandé à Profesionales por la Ética (Espagne) dans quelle mesure elle coopère avec l’organisation catholique C-FAM.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel