22/1/2014
Conseil économique et social
ECOSOC/6590
ONG/782

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Comité des organisations non gouvernementales             

Session ordinaire de 2014                                  

2e & 3e séances – matin & après-midi                        


LE COMITÉ DES ONG RECOMMANDE À L’ECOSOC D’OCTROYER LE STATUT CONSULTATIF SPÉCIAL À 76 ONG

ET REPORTE L’EXAMEN DE 21 AUTRES CANDIDATURES


Au deuxième jour de sa session annuelle, le Comité des ONG a recommandé au Conseil économique et social (ECOSOC) d’octroyer le statut consultatif spécial à 76 ONG et a reporté l’examen de 21 autres candidatures. 


Les membres du Comité ont dialogué avec les représentants d’Africa Speaks (Afrique du Sud), New York State Bar Association (États-Unis), General Forum of the Arabic and African Non-Governemental Organizations (Libye), The Palestinian Return Centre Ltd (Royaume-Uni) et The Kinsey Institute for Research in Sex, Gender and Reproduction, Inc (États-Unis).


Le Comité des ONG peut recommander trois statuts: le statut consultatif général, le statut consultatif spécial et l’inscription sur la Liste.


Le statut consultatif général concerne les ONG qui poursuivent des activités couvrant la plupart des domaines d’action de l’ECOSOC.  Ces ONG sont autorisées à soumettre au Conseil des communications écrites et des pétitions, et à proposer l’inscription de points à l’ordre du jour du Conseil et de ses organes subsidiaires.


Le statut consultatif spécial concerne, quant à lui, des ONG internationalement reconnues pour leur compétence particulière dans certains domaines d’activité du Conseil.  Elles peuvent également soumettre des communications écrites et des pétitions.


L’inscription sur la Liste concerne les ONG qui contribuent de temps à autre aux travaux du Conseil.  Elles ne peuvent soumettre au Conseil que des communications écrites.


Pour en savoir plus sur le Comité et ses décisions, veuillez consulter le site Internet www.un.org/esa/coordination/ngo.


Le Comité des ONG reprendra ses travaux demain jeudi 23 janvier à partir de 10 heures. 



EXAMEN DES NOUVELLES DEMANDES


Octroi du statut consultatif spécial aux 76 ONG suivantes:


-         Fundacion Migrantes y Refugiados sin Fronteras(Argentine)

-         Future Hope International (Ghana)

-         Gabasawa Women and Children Empowerment Initiative (Nigéria)

-         Global Civil Initiatives, Inc. (Kirghizistan)

-         High Security Newplate Limited (Trinité et Tobago)

-         House of Jacobs International (Nigéria)

-         Humanitarian Organization for Migration Economics (Singapour)

-         Huqooq-ul-Ebad Development Foundation (Pakistan)

-         Integrity and Transparency Promotion Initiative(Nigéria)

-         International Society for Small and Medium Enterprises (Inde)

-         Jesus Weeps Over Africa (République démocratique du Congo)

-         Jossour Forum des Femmes Marocaines (Maroc)

-         Kalyani (Inde)

-         Khuwendo Kor (Pakistan)

-         Krishi Gyan (Inde)

-         La Brique (Togo)

-         Malaysian Relief Agency Foundation (Malaisie)

-         Mankind Welfare Organization (Pakistan)

-         MARUAH (Working Group for an ASEAN Human Rights Mechanism, Singapore)(Singapour)

-         Nation Builders Organisation (Malaisie)

-         Nazra for Feminist Studies (Égypte)

-         Neighbour Organization Nepal (Népal)

-         North Indian Educational Trust (Inde)

-         Pakistan Institute of Legislative Development And Transparency (PILDAT) (Pakistan)

-         Participatory Rural Development Society (PRDS) (Pakistan)

-         Réseau national des ONGs des droits de l’homme (République Démocratique du Congo)

-         Roundtable on Sustainable Palm Oil (Suisse)

-         Sindhica Reforms Society (Sindhica) (Pakistan)

-         Social Development & Management Society (Inde)

-         Solidarité pour le développement communautaire(République Démocratique du Congo)

-         Special Abilities Development Association (SADA) (Pakistan)

-         Stat-View Association (Guinée)

-         Sree Saraswathi Thyagaraja College (Inde)

-         The Entrepreneurship Development Foundation for Women and Youth(Iran)

-         Tomorrow’s Women Development Organisation (Nigéria)

-         Union of Legal Entities "Eurasian Economic Club of Scientists" Association" (Kazakhstan)

-         VoluntaryAid Association (Inde)

-         WarWidows Association (Inde)

-         Womenand Development Association in Alexandria (Égypte)

-         WomenEmpowerment and Human Resource Development Centre of India (Inde)

-         WomenUnited for Economic Empowerment (Nigéria)

-         ACTIVE - Sobriety, Friendship and Peace (Suède)

-         All-Russian public organization "Russian Public Intstitute of Electoral Law"(Fédération de Russie)

-          Alut- The Israeli Society for Autistic Children(Israël)

-          American College of Sports Medicine (États-Unis) 

-          ANO "Organization" "Vector of Friendship" (Fédération de Russie)

-          Association Diogenis, Drug Policy Dialogue in South East Europe (Grèce)

-          Association générale des intervenants retraités pour des actions bénévoles de coopération et de développement (France)

-          Association of NGOs of Aotearoa Incorporated (Nouvelle-Zélande)

-          Boardof Certified Safety Professionals(États-Unis)

-          CaucasusEnvironmental NGO Network (Géorgie)

-          Centre de Formation et de Recherche pour le Développement (CFRD) (Bénin)

-          Co-Habiter (Suisse)

-          CommunityAlliances for Drug Free Youth (États-Unis)

-          DisisleriMensuplari Esleri Dayanisma Dernegi (Turkey)

-          Drepavie (France)

-          Ellen Johnson Sirleaf Market Women’s Fund (États-Unis)

-          EquallyAbleFoundation (États-Unis)

-          EUROMIL EV (Belgique)

-          EveryChild (Royaume-Uni)

-          EwiiaapaaypBand of Kumeyaay Indians (États-Unis)

-          FéderationEuropéenne de la Manutention (Belgique)

-          Fondation d’Auteuil (France)

-          FundaciónAlia2 (Espagne) 

-          Genderat Work (Canada)

-          INSHED - International Network for Standardization of Higher Education Degrees (Suisse)

-          International Center of the Roerichs(Fédération de Russie)

-          Interregionalnon-governmental organization "Centre for Support of Indigenous Peoples of the North (CSIPN)" (Fédération de Russie)

-          iuventume.V.(Allemagne)

-          Jana’sCampaign, Inc. (États-Unis)

-          Love for Israel Relief Fund ""- The Fund for Advancing Social Projects (RA) (Israël- États-Unis)

-          Mar Adentro de México A.C.(Mexique) 

-          National Congress of Australia’s First Peoples Limited (Australie)

-          AfricaSpeaks (Afrique du Sud)

-          The Kinsey Institute for Research in Sex, Gender and Reproduction, Inc (États-Unis)

-          ONG Kala Geneve International (Suisse)


Report de 21 nouvelles demandes dans l’attente des réponses aux questions des membres du Comité


La décisionsur la demande de l’ONG Generation Initiative for Women and Youth Network (Nigéria) a été reportée après une question du représentant du Maroc sur la façon dont l’organisation promeut les droits sexuels et reproductifs.  Pour sa part, HAQ: Centre for Child Rights (Inde) devra donner des informations sur ses activités au cours des trois dernières années, comme l’a demandé le représentant de l’Inde.  Son homologue du Pakistan a posé une question sur les projets qui ont absorbé les dépenses d’International Green Economy Association (États-Unis).


Pour l’organisation Kelab Belia Subang Jaya (Malaisie), la représentante de Cuba a souhaité avoir des précisions sur ses points de contact en Amérique latine.  L’ONG Labour, Health and Human Rights Development Centre (Nigéria) devra quant à elle fournir plus de renseignements sur les projets qu’elle mène, à la demande de la représentante du Nicaragua.


Quelle est l’ampleur du programme de National Women’s Welfare Society Darwha, Distt. Yavatmal (Inde), a demandé le représentant de l’Inde qui a aussi voulu savoir si l’organisation reçoit des fonds du Gouvernement indien.  Le représentant indien a également demandé des précisions à Shah Maqeem Trust (Pakistan) sur la viabilité de ses ressources, étant donné que son financement ne provient que de sources étrangères.


À The Bahrain Young Ladies Association (Bahreïn), le représentant du Maroc a demandé comment elle compte financer ses projets avec un budget déficitaire?  Le financement du secteur privé va-t-il faire que l’ONG va perde son indépendance?  La représentante de Cuba a voulu savoir comment l’ONG finance son déficit budgétaire.  Chez The Bible Hill Youth Club (Inde), le représentant de l’Inde a constaté un décalage entre l’année de la création (1986) et la date d’enregistrement (1996). 


La représentante du Nicaragua a souhaité des précisions sur le budget de Women Right and Development Centre (Nigéria).  Son homologue du Maroc a demandé à Youth Network on HIV/AIDS in Nigeria (Nigéria) si sa requête était présentée à titre individuel ou au nom de la liste des ONG mentionnées dans son dossier.  En ce qui concerne African Hope Committee Inc. (États-Unis), la représentante de Cuba a voulu avoir une liste de pays où l’organisation mène des projets, dans la région des Caraïbes et de l’Amérique latine. 


AsiaJournalist Association (République de Corée) devra répondre à la question de la représentante de Cuba qui a voulu savoir dans quels pays se trouvent ses autres centres régionaux.  Cell of Alternative Youth Activities (Grèce) est aussi invitée à répondre à la question de la représentante de Cuba sur l’identité de ses partenaires.  La représentante du Nicaragua a demandé à Global Initiative for Economic, Social and Cultural Rights (États-Unis) si elle compte lancer des projets en Amérique latine.  Son homologue de la Fédération de Russie a voulu savoir de Gold Mercury International Limited (Royaume Uni) avec quelles ressources elle finance ses projets.


La représentante de Cubaademandé de quelles organisations internationales et de quels gouvernementsIDPC Consortium (Royaume Uni) reçoit de l’argent.  Son homologue de l’Inde a fait observer que l’ONG a été créée en 2011 tout en participant à des réunions organisées par l’ONU à partir de 2009.  Le représentant du Maroc a invité International Gender Policy Network (République tchèque) à clarifier son statut: national ou international.  Celle de Cuba a demandé comment New York State Bar Association (États-Unis) compte contribuer au travail de l’ECOSOC.


À l’issue du dialogue avec les représentants d’ONG requérantes, en fin de journée, l’examen des demandes a été reporté pour New York State Bar Association (États-Unis), General Forum of the Arabic and African Non-Governmental Organizations (Libye) et The Palestinian Return Centre Ltd (Royaume-Uni).


Dialogue avec les représentants d’ONG


L’ONG Africa Speaks (Afrique du Sud) a expliqué qu’elle a été créée en 2008, après les attaques xénophobes contre des immigrants en Afrique du Sud.  Nous avons, depuis, élargi notre champ d’action à la paix et au développement, a-t-elle précisé, ajoutant qu’elle compte désormais 10 bureaux dans le continent africain et bénéficie du soutien de l’Union africaine.  À La représentante du Nicaragua, l’ONG a répondu que ses revenus proviennent des membres de la diaspora.  Mais elle peut aussi compter, pour ses dépenses, sur les contributions de ses membres, au niveau local.  À l’issue de ce dialogue, l’ONG a obtenu son statut consultatif spécial.


Sa consoeur New York State Bar Association (États-Unis), qui compte 77 000 membres et qui existe depuis plus de 200 ans, a affirmé qu’elle a pu influencer la législation de l’État de New York.  Ses membres conseillent des clients dans tous les pays du monde, sur des questions comme la lutte contre la corruption ou les taxes transfrontalières.  L’ONG fait aussi des recommandations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC).  L’ONG a demandé un délai de quelques jours pour pouvoir répondre à la question de la représentante de Cuba qui s’interrogeait sur les études ou les projets éventuels relatifs à Cuba.


L’ONG General Forum of the Arabic and African Non-Governmental Organizations, dont le siège est en Libye, a indiqué qu’elle a commencé ses activités en 2002.  Composée de 120 organisations, elle a un statut d’observateur à la Commission africaine des droits de l’homme.  Elle a pour objet de maintenir des liens entre les organisations africaines et arabes, en créant des réseaux de communication.  Elle encourage aussi les émigrés africains à contribuer au développement de leur continent et reçoit une aide financière du Gouvernement libyen pour les projets menés avec lui.  Chaque organisation membre doit s’acquitter d’une contribution symbolique de 500 dollars, a précisé l’ONG avant que le représentant du Maroc ne salue ses efforts en faveur des expatriés et des émigrés africains.  Constatant que les ressources sont données en devises mauritaniennes, il a demandé à l’ONG de certifier par écrit qu’elle est bien enregistrée en Libye.


L’ONG The Kinsey Institute for Research in Sex, Gender and Reproduction, Inc (États-Unis) a indiqué qu’elle est un institut de recherche de l’Université publique de l’Indiana.  Elle aide les agences des Nations Unies et les autres ONG à prendre des décisions informées en matière d’éducation et de santé.  Aucune question n’a été posée à cette ONG qui a ensuite obtenu son statut consultatif spécial.


Sa consoeur The Palestinian Return Centre Ltd (Royaume-Uni), créée en 1966, s’occupe de questions relatives aux réfugiés et en particulier des 3 millions de réfugiés palestiniens éparpillés dans le monde.  L’ONG fournit des programmes de formation aux jeunes des camps de réfugiés, des programmes établis par des universités britanniques.  L’ONG travaille aussi avec l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA).  Elle a nié tout lien avec le Hamas, en répondant à une question d’Israël.  Nous ne défendons aucune position sur les Accords d’Oslo et le règlement de la question de Palestine, a affirmé l’ONG dont, a-t-elle insisté, le rôle n’est pas de reconnaître ou non un État.  Le représentant israélien lui demandait si elle respectait la souveraineté et l’intégrité territoriale de l’État d’Israël.  Son homologue du Maroc a tenu à préciser que sa délégation n’a posé aucune question à cette ONG lors des consultations informelles, contrairement à ce qui figure au dossier. 


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel