3/6/2014
Communiqué de presse
Conférence de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ POUR LE MOIS DE JUIN, M. VITALY CHURKIN, DE LA FÉDÉRATION DE RUSSIE


Le Représentant permanent de la Fédération de Russie et Président du Conseil de sécurité pour le mois de juin a présenté, cet après-midi à la presse, le programme de travail mensuel du Conseil, qui sera marqué par une réunion avec les membres du Conseil de paix et de sécurité de l’Union africaine.


Axée sur les nombreuses crises et les opérations de maintien de la paix en Afrique, la réunion annuelle avec l’Union africaine, qui ne figure pas sur le programme de travail officiel, aura lieu le 6 juin, a annoncé M. Vitaly Churkin.


Le Conseil de sécurité tiendra deux débats, dont un, le 5 juin, sur les Tribunaux pénaux internationaux pour l’ex-Yougoslavie et pour le Rwanda, et l’autre, le 25 juin, sur la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA), un pays où des problèmes aigus vont se poser en termes de sécurité et de lutte contre le trafic de drogues, après le retrait des troupes de la coalition prévu à la fin de cette année.


Entre-temps, le 11 juin, en présence du Secrétaire général, le Conseil tiendra un débat ouvert à toutes les délégations sur les nouvelles tendances des opérations de maintien de la paix, en particulier l’utilisation des nouvelles technologies.


Concernant la situation au Moyen-Orient, qui fera l’objet de consultations, M. Churkin a indiqué que l’accent sera mis sur le processus de paix israélo-palestinien, la situation au Yémen qui connaît une aggravation de la menace terroriste, et sur le Golan, où la Force chargée d’observer le désengagement (FNUOD) subit une forte pression à cause de la situation en Syrie.


M. Churkin a réitéré que la solution au conflit syrien ne peut être que politique et a souhaité que le Secrétaire général de l’ONU trouve rapidement le remplaçant de l’Envoyé spécial des Nations Unies et de la Ligue des États arabes, M. Lakhdar Ibrahimi, démissionnaire.  Il a souligné que le mandat du l’Envoyé spécial consiste surtout à « préparer le terrain des négociations ».  Pour sa part, a affirmé le Président du Conseil de sécurité, la Fédération de Russie poursuit ses efforts pour aboutir à la paix en Syrie.


S’agissant de l’Afrique, le Conseil examinera, le 9 juin, la situation en Libye qui se détériore rapidement et où quelque 1 000 combattants sont revenus de Syrie, « une situation complexe et préoccupante ».  Dès le 4 juin, le Conseil s’attardera sur la situation humanitaire « très inquiétante » en Somalie, et au cours de ce mois, sur la crise au Soudan du Sud et ses négociations avec le Soudan. 


Le 17 juin, le Conseil discutera du renvoi de la situation au Soudan à la Cour pénale internationale (CPI).  Le Conseil examinera aussi, au cours de ce mois « la situation instable et complexe » dans la région du Sahel, en particulier au Mali, et en République centrafricaine.


Le Conseil a prévu l’adoption de résolutions, entre autres, sur l’Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire (ONUCI), la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA), la Force des Nations Unies chargée d’observer le désengagement (FNUOD) et les sanctions contre Al-Qaida et les Taliban, a déclaré le Représentant permanent de la Fédération de Russie.


À la demande de la presse, M. Churkin est revenu sur les consultations tenues hier sur « la très grave situation dans le sud et l’est de l’Ukraine », lesquelles consultations avaient pour base un projet de résolution « succinct et apolitique » présenté par la Fédération de Russie.


Le texte, a expliqué le nouveau Président du Conseil, vise la cessation de la violence, la création de couloirs humanitaires et la liberté de mouvement de la population.  M. Churkin s’est dit inquiet que les violences aient lieu dans des zones fortement peuplées et a vigoureusement mis en garde contre une escalade qui serait « catastrophique ».  Il a dit attendre avec intérêt le rapport du Haut-Commissaire adjoint aux droits de l’homme, M. Ivan Šimonović, qui aurait recueilli des informations sur le « massacre d’Odessa », à savoir l’incendie de la Maison des syndicats, le 2 mai, qui a fait 38 morts parmi les prorusses.


Demain, 4 juin, le Conseil entendra la Chef de la Mission conjointe ONU-OIAC pour l’élimination des armes chimiques en Syrie, Mme Sigrid Kaag.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel