13/1/2014
Communiqué de presse
Conférence de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU GÉNÉRAL BABACAR GAYE, CHEF DU BUREAU INTÉGRÉ DES NATIONS UNIES

POUR LA CONSOLIDATION DE LA PAIX EN RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE (BINUCA )


Le Chef du Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en République centrafricaine (BINUCA) a déclaré aujourd’hui: « l’espoir est à portée de main, même s’il n’est pas encore entre nos mains ».


Au cours de la conférence de presse qu’il a donnée par téléphone, le général Babacar Gaye a parlé d’une situation qui reste critique, après la démission, le 10 janvier dernier, du Président de transition, M. Michel Djotodia, et de son Premier Ministre, M. Nicolas Tiangaye


Les gens peuvent se faire tuer à cause de leur appartenance religieuse, de leur tenue vestimentaire ou de leur apparence physique mais par rapport au mois de décembre, le nombre de victimes a baissé, a indiqué le général Gaye.  Aujourd’hui 20% de la population est déplacée; 100 000 personnes s’étant réfugiées dans des camps autour de l’aéroport international de Bangui et 25 000 étrangers ayant préféré rentrer chez eux. 


M. Gaye a néanmoins estimé que « l’espoir est à portée de main, même s’il n’est pas encore entre nos mains ».  Le général s’est félicité de ce que les troupes françaises aient obtenu hier une trêve entre des factions rivales dans un quartier de Bangui.  Il a salué les efforts des évêques, des imams et des pasteurs qui interviennent ensemble dans les médias pour appeler au calme et à la réconciliation, une réconciliation qui devra être la priorité du prochain gouvernement, a prévenu le Chef de la BINUCA.


L’engagement de l’armée française dans le cadre de l’opération Sangaris et l’arrivée d’un contingent rwandais à la Mission internationale de soutien à la Centrafrique sous conduite africaine (MISCA) sont de nature à garantir un niveau de sécurité qui rendra possibles des élections libres, crédibles et démocratiques, a affirmé le général Gaye.  Il a dénoncé les procès d’intention faits aux troupes tchadiennes de la MISCA qui se battent pour la sécurité de la République centrafricaine.  La population finira par réaliser qu’elle a été injuste envers ces troupes qui n’ont rien à voir avec les éléments tchadiens des Seleka.    


Le général Gaye s’est dit confiant que les élections pourront être organisées dans les délais impartis.  Le Comité technique du Comité de suivi du processus de transition devrait rencontrer demain le nouveau Président du CNT pour veiller à ce que le processus électoral soit lancé le plus rapidement possible.    


Quel rôle peut jouer M. François Bozizé, le Président destitué?  Aucun participant au Sommet extraordinaire des chefs d’État de la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), tenu le 9 janvier dernier au Tchad, n’a appuyé l’idée d’un retour au pouvoir de M. Bozizé, a tranché le général Gaye.  Quelque 135 membres du Conseil national de transition (CNT) ont assisté au Sommet mais aussi des personnalités politiques, des membres de la société civile et des représentants catholiques, protestants et musulmans


Quant à la création éventuelle d’une mission de maintien de la paix de l’ONU, le général Gaye a conseillé d’attendre le rapport que le Secrétaire général présentera à la fin de ce mois-ci au Conseil de sécurité. 


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel