6/1/2014
Communiqué de presse
Conférence de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ POUR LE MOIS DE JANVIER,

M. ZEID RA’AD ZEID AL-HUSSEIN, DE LA JORDANIE


Le Président du Conseil de sécurité pour le mois de janvier, M. Zeid Ra’ad Zeid Al-Hussein, de la Jordanie, a présenté à la presse, cet après-midi, les grandes lignes du programme mensuel de travail de cet organe, annonçant notamment la tenue, le 29 janvier, d’un débat public sur « la guerre, ses leçons et la recherche d’une paix durable », lequel, a-t-il souhaité, ne devra pas se concentrer sur des conflits en particulier.


Sur la situation en Syrie, M. Al-Hussein a dit préférer attendre les consultations prévues sur cette question le 8 janvier pour s’exprimer.  Il a néanmoins espéré que la Conférence internationale de Genève II permettra de sortir de l’impasse. 


Lors de sa conférence de presse, au Siège de l’ONU, à New York, le Représentant permanent de la Jordanie a formé le vœu de voir aboutir une invitation adressée en avril 2013 par son pays au Conseil de sécurité afin que celui-ci visite les camps de réfugiés syriens en territoire jordanien.  Il a jugé indispensable que les membres du Conseil de sécurité se rendent dans ces camps pour mesurer toute la tragédie et les conséquences humanitaires du conflit syrien.


« Je suppose que si notre invitation du mois d’avril à visiter nos camps de réfugiés syriens n’a pas eu de suite positive, c’est qu’un ou plusieurs États membres du Conseil de sécurité s’y opposent », a-t-il dit.  Le représentant a mis l’accent sur la nécessité d’une solution politique pour permettre de « sauver » 20 millions de Syriens. 


Il a ajouté que la Jordanie n’avait pas bénéficié du soutien attendu de la communauté internationale pour faire face aux besoins des refugiés syriens accueillis sur son sol. 


Outre la défense des intérêts du Groupe des États arabes, le représentant a affirmé que la présidence jordanienne du Conseil de sécurité avait également comme ambition de renforcer l’efficacité des opérations de maintien de la paix, et d’approfondir le dialogue entre le Conseil et la Commission de consolidation de la paix (CCP).


Au nombre des activités du Conseil au mois de janvier, M. Al-Hussein a cité un débat public sur le Moyen-Orient le 20 janvier, ainsi que des exposés sur la situation en République démocratique du Congo (RDC), le 13 janvier; la République centrafricaine, le 23 janvier; et la Côte d’Ivoire, le 27 janvier. 


En sa qualité d’ancien Conseiller du Secrétaire général pour les questions relatives à l’exploitation et aux abus sexuels commis par des membres des missions de maintien de la paix des Nations Unies, l’Ambassadeur de la Jordanie a déclaré qu’il accorderait une attention particulière à cette question.


Au cours de ce mois, le Conseil de sécurité devra également se prononcer sur le renouvellement des mandats du Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en République centrafricaine (BINUCA), de la Force des Nations Unies chargée du maintien de la paix à Chypre (UNFICYP) et du Comité des sanctions de la RDC (Comité 1553).


Par ailleurs, interrogé sur l’intention annoncée par l’ancien Président de la Slovénie (2007-2012), M. Danilo Türk, de briguer en 2017 la succession de M. Ban Ki-moon à la tête de l’Organisation, M. Al-Hussein a estimé, à titre personnel, que celui-ci, qu’il a côtoyé dans le cadre de sa mission de maintien de la paix en ex-Yougoslavie, était « très impressionnant ».  


Aux côtés de la Jordanie, quatre autres États membres élus rejoignent le Conseil de sécurité au 1er janvier 2014: le Chili, la Lituanie, le Nigéria et le Tchad, lesquels succèdent à l’Azerbaïdjan, au Guatemala, au Maroc, au Pakistan et au Togo.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel