28/7/2014
Conseil de sécurité
CS/11494

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Conseil de sécurité

7225e séance – matin


RÉUNI EN URGENCE, LE CONSEIL DE SÉCURITÉ APPELLE À UN CESSEZ-LE-FEU HUMANITAIRE

« IMMÉDIAT ET SANS CONDITIONS » À GAZA


Le Conseil de sécurité s’est réuni en urgence dès les premières minutes de la journée du lundi 28 juillet pour adopter une déclaration présidentielle dans laquelle les 15 membres du Conseil expriment leur grave préoccupation face à la détérioration de la situation à Gaza ainsi que leur ferme soutien à l’appel lancé par les partenaires internationaux et le Secrétaire général de l’ONU pour un cessez-le-feu humanitaire « immédiat et sans conditions ».


Par ce texte lu par le Président du Conseil, M. Eugène-Richard Gasana, du Rwanda, le Conseil de sécurité demande instamment à toutes les parties d’accepter et de respecter pleinement le cessez-le-feu jusqu’à la période de l’Aïd et au-delà.  Il « demande également aux parties de s’engager dans des efforts pour atteindre un cessez-le-feu durable et pleinement respecté sur la base de l’initiative égyptienne.  Il demande aussi instamment à tous les acteurs régionaux et internationaux de soutenir sans réserve les efforts pour favoriser un accord entre les parties.


Dans cette déclaration, les 15 membres du Conseil soulignent en outre que les infrastructures civiles et humanitaires, « y compris celles des Nations Unies », doivent être respectées et protégées.  Le Conseil reconnaît et apprécie par ailleurs le « rôle vital » joué par l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA) pour répondre aux besoins humanitaire critiques à Gaza.


Les représentants d’Israël et de l’État observateur de la Palestine ont été invités à prendre part à la réunion.


Déclaration présidentielle


Le Conseil de sécurité exprime sa grave préoccupation face à la détérioration de la situation engendrée par la crise à Gaza et face aux morts et blessés civils qui en résultent.


Le Conseil de sécurité appelle au plein respect du droit international humanitaire, y compris la protection des civils, et réitère la nécessité de prendre les mesures appropriées pour garantir la sécurité et le bien-être des civils ainsi que leur protection.


Le Conseil de sécurité exprime son ferme soutien à l’appel lancé par les partenaires internationaux et le Secrétaire général des Nations Unies pour un cessez-le-feu humanitaire immédiat et sans conditions, permettant la délivrance de l’assistance humanitaire d’urgence, et demande instamment à toutes les parties d’accepter et de respecter pleinement le cessez-le-feu jusqu’à la période de l’Aïd et au-delà.  Le Conseil de sécurité félicite le Secrétaire général des Nations Unies et le Secrétaire d’État des États-Unis John Kerry pour leurs efforts à cet égard.


Le Conseil de sécurité demande également aux parties de s’engager dans des efforts pour atteindre un cessez-le-feu durable et pleinement respecté, sur la base de l’initiative égyptienne.  À cet égard, le Conseil de sécurité accueille favorablement les efforts des partenaires internationaux et l’organisation de la réunion internationale de soutien au cessez-le-feu tenue à Paris le 26 juillet 2014 et demande instamment à tous les acteurs régionaux et internationaux de soutenir sans réserve les efforts pour favoriser un accord entre les parties.


Le Conseil de sécurité souligne que les infrastructures civiles et humanitaires, y compris celles des Nations Unies, doivent être respectées et protégées, et appelle les parties à agir en conformité avec ce principe.


Le Conseil de sécurité appelle à la pleine mise en œuvre de la résolution 1860 (2009) et souligne la nécessité d’une fourniture immédiate d’aide humanitaire à la population civile dans la bande de Gaza, y compris au moyen de contributions additionnelles d’urgence à l’UNRWA.  Le Conseil de sécurité reconnaît et apprécie le rôle vital joué par l’Agence, ainsi que par d’autres agences et organisations humanitaires des Nations Unies, pour répondre aux besoins humanitaires critiques à Gaza.


Le Conseil de sécurité demande instamment aux parties et à la communauté internationale de parvenir à une paix complète, fondée sur la vision d’une région où deux États démocratiques, Israël et la Palestine, vivent côte à côte en paix, dans des frontières sûres et internationalement reconnues, conformément à la résolution 1850 (2008) du Conseil de sécurité.


*  ***  *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel