10/1/2014
Conseil de sécurité
CS/11245

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Conseil de sécurité

7093e séance – après-midi


LE CONSEIL DE SÉCURITÉ CONDAMNE LES ATTAQUES PERPÉTRÉES PAR

UN GROUPE AFFILIÉ À AL-QAIDA CONTRE LE PEUPLE IRAQUIEN


Le Conseil de sécurité a déploré très vivement, cet après-midi, les récents évènements survenus dans les villes de Ramadi et de Fallouja dans la province d’Anbar en Iraq.  Il a condamné les attaques perpétrées par l’État islamique en Iraq et au Levant (EIIL), groupe affilié à Al-Qaida, contre le peuple iraquien pour tenter de déstabiliser le pays et la région et a réaffirmé que les auteurs, organisateurs et commanditaires d’actes terroristes doivent être traduits en justice.


Dans une déclaration présidentielle lue par son Président pour le mois de janvier, l’Ambassadeur Zeid Ra’ad Zeid Al-Hussein, de la Jordanie, le Conseil exhorte le peuple iraquien, notamment les tribus, les autorités locales et les forces de sécurité iraquiennes dans la province d’Anbar, de poursuivre, d’élargir et de renforcer leur coopération en matière de lutte contre la violence et la terreur.  Il exprime aussi son ferme appui aux efforts que continue de déployer le Gouvernement iraquien pour aider à assurer les besoins en matière de sécurité de la population iraquienne tout entière.


La poursuite du dialogue national et la préservation de l’unité du pays, le déroulement du processus politique sans exclusive, la tenue d’élections libres et régulières en avril 2014 et le droit de manifester pacifiquement, comme le garantit la Constitution iraquienne, revêtent une importance cruciale, souligne le Conseil.


Par ailleurs, le Conseil de sécurité réaffirme que l’EIIL est assujetti à l’embargo sur les armes et au gel d’avoirs imposés par ses résolutions 1267 (1999) et 2083 (2012) et insiste sur l’importance de la mise en œuvre rapide et effective de ces mesures. 


Enfin, le Conseil réaffirme son soutien en faveur de l’indépendance, de la souveraineté, de l’unité et de l’intégrité territoriale de l’Iraq et déclare à nouveau qu’aucun acte terroriste ne doit infléchir la poursuite de la paix, de la démocratie et de la reconstruction en Iraq, qui jouit du soutien du peuple et du Gouvernement iraquiens ainsi que de la communauté internationale.


S’exprimant après l’adoption de cette déclaration présidentielle, le délégué de l’Iraq, M. Mohamed Ali Alhakim, a remercié le Conseil de sécurité pour le soutien qu’il apporte aux forces de sécurité et au peuple iraquiens, qui ont fait preuve d’unité et de courage pour protéger les villes de Ramadi et Fallouja dans la province d’Anbar contre les attaques des terroristes.  Il a souligné que le terrorisme était un fléau international qui devrait être combattu par la communauté internationale tout entière.  La défaite d’Al-Qaida et du groupe terroriste « État islamique en Iraq et au Levant (EIIL) » traduit le début de leur défaite dans toute la région, a-t-il estimé.   


LA SITUATION CONCERNANT L’IRAQ


Déclaration présidentielle


Le Conseil de sécurité déplore très vivement les récents événements survenus dans les villes de Ramadi et de Fallouja dans la province d’Anbar en Iraq.  Il condamne les attaques perpétrées par l’État islamique en Iraq et au Levant (EIIL), groupe affilié à Al-Qaida, contre le peuple iraquien pour tenter de déstabiliser le pays et la région.  Il reconnaît que les forces de sécurité iraquiennes, la police locale et les tribus de la province d’Anbar font preuve d’un immense courage dans le combat qu’ils mènent pour infliger une défaite à l’EIIL dans leurs villes.


Le Conseil exhorte le peuple iraquien, notamment les tribus, les autorités locales et les forces de sécurité iraquiennes dans la province d’Anbar, de poursuivre, d’élargir et de renforcer leur coopération en matière de lutte contre la violence et la terreur et souligne l’importance critique que revêtent la poursuite du dialogue national et le maintien de l’unité du pays.  Il accueille avec satisfaction les observations formulées par le grand ayatollah Sistani accueillant les résidents déplacés d’Anbar à Najaf et Karbala ainsi que l’engagement pris par nombre de communautés sunnites, chiites et kurdes de pourvoir aux besoins des déplacés.


Le Conseil exprime son ferme appui aux efforts que continue de déployer le Gouvernement iraquien pour aider à assurer les besoins en matière de sécurité de la population iraquienne tout entière.  À cet égard, il salue l’action des forces de sécurité et de police iraquiennes, dont les membres sont ciblés et tués lors d’attaques perpétrées par les terroristes.  Le Conseil se félicite que le Gouvernement iraquien se soit engagé à protéger la population civile à Fallouja et ailleurs et à lui fournir des secours humanitaires et l’encourage à continuer d’œuvrer de concert avec la Mission d’assistance des Nations Unies pour l’Iraq (MANUI) et les organismes d’aide humanitaire pour en assurer l’acheminement.  Il s’inquiète des effets de la violence sur les civils et préconise le libre passage des civils pris au piège dans les zones de conflit et le retour en toute sécurité chez eux des déplacés dès que la situation le permettra.


Le Conseil souligne l’importance cruciale que revêtent la poursuite du dialogue national et la préservation de l’unité du pays, le déroulement d’un processus politique sans exclusive, la tenue d’élections libres et régulières en avril 2014 et le droit de manifester pacifiquement comme le garantit la Constitution iraquienne. Il estime cela indispensable à l’adoption d’une position nationale commune contre le terrorisme et à la sécurité à long terme de l’Iraq.


Le Conseil réaffirme que les auteurs, organisateurs et commanditaires de ces actes de terrorisme inqualifiables et ceux qui les ont financés doivent être traduits en justice, et demande instamment à tous les États, conformément aux obligations qui leur incombent en vertu du droit international et à ses résolutions pertinentes, de coopérer activement avec les autorités iraquiennes à cette fin.


Le Conseil réaffirme que l’EIL (QE.J.115.04) est assujetti à l’embargo sur les armes et au gel d’avoirs imposés par ses résolutions 1267 (1999) et 2083 (2012) et insiste sur l’importance de la mise en œuvre rapide et effective de ces mesures.


Le Conseil réaffirme qu’il faut lutter par tous les moyens, dans le respect de la Charte des Nations Unies, contre les menaces que les actes de terrorisme font peser sur la paix et la sécurité internationales et que tout acte de terrorisme est un crime injustifiable, quels qu’en soient les motifs, le lieu, le moment et l’auteur.


Il rappelle aux États qu’ils doivent veiller à ce que toutes les mesures qu’ils prennent pour combattre le terrorisme soient conformes à toutes leurs obligations au regard du droit international, en particulier du droit international des droits de l’homme, du droit international des réfugiés et du droit international humanitaire.


Le Conseil réaffirme son soutien en faveur de l’indépendance, de la souveraineté, de l’unité et de l’intégrité territoriale de l’Iraq.  Il déclare à nouveau qu’aucun acte terroriste ne doit infléchir la poursuite de la paix, de la démocratie et de la reconstruction en Iraq, qui jouit du soutien du peuple et du Gouvernement iraquiens ainsi que de la communauté internationale.


*   ***   *



À l’intention des organes d’information • Document non officiel