6/5/2014
Assemblée générale
AG/AB/4106

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Cinquième Commission                                       

Deuxième partie de la reprise de session                   

36e séance – matin


CINQUIÈME COMMISSION: LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL ADJOINT À LA GESTION PRÉSENTE

UNE SITUATION FINANCIÈRE DE L’ONU SAINE MALGRÉ DES IMPAYÉS IMPORTANTS


Le Secrétaire général adjoint à la gestion a présenté aujourd’hui à la Cinquième Commission chargée des questions administratives et budgétaires une situation financière de l’ONU qui a été saine en 2013.  Au 30 avril 2014, la trésorerie était positive dans les quatre catégories budgétaires, à savoir les contributions à verser, les contributions impayées, les réserves de liquidités et les sommes payées aux États Membres.


M. Yukio Takasu a salué les efforts de nombreux États Membres pour appuyer l’ONU financièrement, même s’il a fallu puiser dans les réserves de liquidités du budget ordinaire pour le dernier trimestre 2013.  Tout en se félicitant de l’augmentation du nombre d’États Membres qui ont payé la totalité de leurs contributions au budget ordinaire en 2013, il a souligné le niveau trop élevé de contributions impayées et le fait qu’elles sont le fait de quelques pays seulement.


Actuellement, l’ONU a une base financière solide mais la situation sera plus difficile vers la fin de l’année.  Aux déficits de liquidités habituels, il faut ajouter ceux entrainés par le plan-cadre d’équipement –rénovation du Siège de l’ONU- tout au long de 2014.


M. Takasu a rappelé que les montants dus par l’ONU aux pays fournisseurs de contingents se sont réduits à la fin de 2013, les prévisions étant aussi à la baisse pour 2014.  Le Secrétariat fait son possible pour accélérer ces paiements en 2014, a-t-il assuré. 


Sa présentation sera commentée à la séance que la Commission a prévue pour le 15 mai.  En attendant, la Commission poursuivra ses travaux demain, mercredi 7 mai, à partir de 10 heures.


AMÉLIORATION DE LA SITUATION FINANCIÈRE DE L’ORGANISATION DES NATIONS UNIES


Déclaration du Secrétariat


M. YUKIO TAKASU, Secrétaire général adjoint à la gestion, a articulé son intervention autour de quatre indicateurs financiers principaux: les contributions à verser -quotes-parts-, les contributions impayées, les réserves de liquidités et les sommes dues aux États.  Il a rappelé que les quotes-parts sont restées au même niveau en 2013 et en 2014, et que les contributions demandées en 2014 pour financer les tribunaux internationaux sont en dessous de celles de 2013.  Pour ce qui est du financement du maintien de la paix, le niveau des contributions en 2013 reflète la décision prise sur le nouveau barème de quotes-parts.


Le solde de liquidités a été positif dans tous les postes budgétaires, a poursuivi M. Takasu, à l’exception du budget ordinaire, au dernier trimestre.  Mais les réserves ont permis de couvrir le déficit.  Les contributions avaient été fixées à environ 2,6 milliards de dollars pour 2013 et pour 2014.  Au 30 avril 2014, les versements d’1,68 milliard ont été supérieurs à ceux reçus à la même date en 2013, soit 1,53 milliard; une large part des impayés étant due par un petit nombre d’États. 


Les liquidités disponibles pour le budget ordinaire comprennent le Fonds de réserve opérationnelle, à hauteur de 150 millions de dollars, et le Compte spécial.  Après une ponction de 26,6 millions de dollars au profit du budget ordinaire 2012-2013, le Compte spécial a été réduit à 234 millions de dollars.  Le Secrétaire général a souligné que l’Assemblée générale a demandé que ces deux comptes ne soient utilisés qu’à titre exceptionnel pour résoudre les problèmes de trésorerie du plan-cadre d’équipement.  Aucun recours à ces comptes n’a encore été fait depuis l’année 2014.


Passant au budget des opérations de maintien de la paix, le Secrétaire général adjoint à la gestion a rappelé qu’à la différence du budget ordinaire, l’exercice budgétaire allait de juillet à juin.  À la fin de 2013, le montant total des contributions non acquittées s’élevait à 2,2 milliards, soit une augmentation par rapport au 1,3 milliard de dollars impayé à la fin de 2012.  Au 30 avril 2014, le niveau des impayés s’est réduit à 1,5 milliard de dollars, soit le même niveau que l’année dernière.  Les impayés sont le fait de quelques États Membres.  Vingt-trois pays ont entièrement payé leurs contributions au 30 avril 2014.  Bien que les liquidités disponibles atteignaient 4,1 milliards de dollars à la fin de 2013, l’Assemblée générale a néanmoins décidé de maintenir des comptes séparés pour chaque opération de maintien et spécifié qu’aucune mission de maintien de la paix ne devait être financée par des emprunts à d’autres missions actives.


Abordant la question des montants à rembourser aux États Membres, le Secrétaire général adjoint a indiqué que les montants ont été réduits de 745 millions au 30 avril 2013 à 513 millions au 31 décembre 2013; une autre réduction à 500 millions de dollars étant attendue d’ici à la fin de l’année 2014.


Concernant les tribunaux internationaux, les impayés étaient, à la fin 2013, de 54 millions de dollars, contre 36 millions de dollars à la fin de 2012.  À la fin 2013, 113 États, soit 9 de plus qu’à la fin de 2012, s’étaient entièrement acquittés de leurs contributions.  Au 30 avril 2014, 54 États Membres avaient déjà payé leurs contributions aux Tribunaux pour l’ex-Yougoslavie et pour le Rwanda et au Mécanisme international appelé à exercer les fonctions résiduelles des tribunaux pénaux, soit 13 de plus que l’an passé.


Quant au plan-cadre d’équipement, au 30 avril 2014, le gros des contributions a été reçu et il ne reste plus que 700 millions de dollars en souffrance, a déclaré M. Takasu, précisant que 174 États Membres avaient entièrement payé leurs contributions à ce titre. 


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel