21/10/2013
Communiqué de presse
Point de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

POINT DE PRESSE QUOTIDIEN DU BUREAU DU PORTE-PAROLE DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE L’ONU: 21 OCTOBRE 2013


(La version française du Point de presse quotidien n’est pas un document officiel des Nations Unies)


Ci-dessous les principaux points évoqués par Martin Nesirky, Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon:


Conseil de sécurité


M. Martin Kobler, Représentant spécial du Secrétaire général en République démocratique du Congo, et Mary Robinson, Envoyée spéciale du Secrétaire général pour la région des Grands Lacs, ont tenu ce matin une réunion d’information devant le Conseil de sécurité par vidéoconférence.  Mme Mary Robinson a fait le point sur les négociations dans le cadre du dialogue de Kampala.  Elle a déclaré que les parties étaient parvenues à un consensus sur 8 des 12 articles du projet d’accord qui fait l’objet de discussions.  Cependant, ces mêmes parties ont éprouvé des difficultés à trouver un terrain d’entente sur certaines questions controversées et délicates qui ont fait problème tout au long des négociations, à savoir l’amnistie, le désarmement et l’intégration du Mouvement du 23 mars (M23).


Elle a ajouté que les parties avaient convenu de se revoir prochainement afin de surmonter leurs divergences.  Il est essentiel que les deux parties restent attachées à une conclusion rapide du processus de Kampala, a déclaré M. Kobler.


Il a également exhorté le M23 à tirer profit de la dynamique de ces derniers jours pour évoluer de manière constructive et sans délai vers un règlement des questions en suspens, de façon à restaurer la paix dans l’est de la République démocratique du Congo.


Il a affirmé que la situation sur le terrain restait instable et source de graves préoccupations.  Il a noté que la Mission des Nations Unies avait observé ces derniers jours, un renforcement de la présence militaire des deux côtés de la ligne de front.  M. Kobler a également souligné que le M23 avait tiré deux fois sur des hélicoptères non armés de l’ONU et renforcé ses positions offensives en menaçant les Forces de maintien de la paix des Nations Unies. 


Les remarques complètes de Mme Mary Robinson et M. Martin Kobler sont disponibles dans le Bureau du Porte parole du Secrétaire général.


Minova


Toujours au sujet de la République démocratique du Congo, la MONUSCO, Mission des Nations Unies déployée sur place, a déploré l’absence de progrès dans la poursuite des auteurs de violations flagrantes des droits de l’homme et du droit international humanitaire, notamment les viols de masse commis en novembre dernier à Minova, ville située dans la région du Sud-Kivu, ainsi que dans les villages environnants, par les troupes des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC).


Malgré l’appui apporté avec d’autres partenaires aux enquêtes menées par la justice militaire, et en dépit de l’engagement pris par les autorités congolaises de poursuivre les auteurs présumés de ces violations des droits de l'homme, aucun des responsables n’a été déféré à la justice près d’un an après ces incidents.

Le Représentant spécial du Secrétaire général, M. Martin Kobler, a déclaré que les autorités congolaises devaient s’acquitter de leurs obligations conformément au droit international et au droit congolais, notamment à l’égard des victimes de ces actes atroces et de leurs familles, pour lesquels justice doit être rendue.


Un communiqué de presse publié par la mission est disponible en ligne.


Remarques du Secrétaire général


Dans la matinée, le Secrétaire général a pris la parole lors d’une table ronde sur l’innovation en matière de gouvernance en Afrique depuis l’adoption du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs il y a 10 ans.  Il a affirmé que le Mécanisme avait renforcé l’existence d’une culture politique démocratique entre gouvernements africains et qu’il avait favorisé l’émergence d’une direction davantage fondée sur des principes et un dialogue national constructif, en plus d’avoir offert aux citoyens une plus large participation aux décisions les concernant.


Voyage du Secrétaire général


Comme annoncé la semaine dernière, le Secrétaire général quittera New York ce soir pour se rendre au Danemark.  Il prendra la parole demain à l’occasion du Forum mondial pour une croissance verte qui se déroule à Copenhague.  Il rencontrera ensuite le Premier Ministre, le Président du Parlement et le Président de la Commission des affaires étrangères de ce pays.  Il assistera également à une réunion avec des investisseurs institutionnels organisée par le ministère des finances.


Les remarques du Secrétaire général et le détail de ses rencontres de demain devraient être publiés par le Bureau du Porte-parole du Secrétaire général demain.


Kenya


Le Vice-Secrétaire général des Nations Unies se rendra à Nairobi demain pour rencontrer des représentants du Gouvernement kenyan et se rendre au siège de l’ONU en Afrique, l’Office des Nations Unies à Nairobi (ONUN).  Il s’entretiendra avec la direction et le personnel de l’Office des Nations Unies, ainsi qu’avec celui du Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) et du Programme des Nations Unies pour les établissements humains (ONU-Habitat).  Il rencontrera également les chefs des agences, des fonds et des programmes des Nations Unies pour le Kenya, mais également des bureaux régionaux de l’ONU.  Le Vice-Secrétaire général représentera également le Secrétaire général et interviendra lors de l’ouverture de l’Exposition mondiale sur le développement Sud-Sud.


MINUSS


La Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) a fermement condamné les attaques meurtrières perpétrées hier contre des civils dans le département de Twic Est, dans l’État de Jonglei.  Ces attaques ont provoqué un grand nombre de morts et de blessés.  La Mission rapporte que dès la fin des attaques, les Services aériens d’aide humanitaire des Nations Unies ont déployé des personnels de santé dans ces zones.  À la fin de la journée, les Services aériens d’aide humanitaire des Nations Unies avaient évacué au total 31 civils grièvement blessés vers les villes de Bor et Juba.  Ils ont également fait état d’un nombre encore plus élevé de civils blessés toujours présents dans la région et ont, ce matin, dépêché un hélicoptère sur place pour poursuivre les évacuations médicales.


En outre, la Mission a effectué une reconnaissance aérienne afin de déterminer l’ampleur des attaques et de prendre la mesure des déplacements des responsables de l’attaque.  Aujourd’hui, la Mission s’est envolée avec une équipe d’enquêteurs de l’ONU et ses homologues du Soudan du Sud pour enquêter sur ces attaques.  Cette mission travaillera également en étroite collaboration avec les autorités sud-soudanaises pour que les coupables soient sanctionnés.


Plus d’informations sont disponibles dans un communiqué de presse de la Mission de l’ONU.


Syrie


Le Représentant spécial conjoint des Nations Unies et de la Ligue des États arabes pour la Syrie, M. Lakhdar Brahimi, s’est rendu en Iraq aujourd’hui pour poursuivre ses efforts visant à faire en sorte que les dirigeants de la région contribuent à une issue favorable de la Conférence de Genève II qui rassemblera les parties en conflit en Syrie.  Il a désormais quitté l’Iraq pour le Koweït, où il rencontrera demain des représentants du Gouvernement de ce pays.  Au cours du week-end, le Représentant spécial conjoint était au Caire, où il s’est entretenu avec le Ministre égyptien des affaires étrangères et le Secrétaire général de la Ligue des États arabes.


Situation humanitaire en Syrie


Toujours à propos de la Syrie, la Coordonnatrice des secours d’urgence des Nations Unies, Mme Valerie Amos, a appelé toutes les parties à trouver un accord pour une cession immédiate des hostilités à Moadamiyeh, près de Damas.  Il s’agit de permettre aux agences humanitaires de se rendre sans entrave sur les lieux afin d’évacuer les civils restants et de leur offrir un traitement leur permettant de rester en vie, mais aussi des ravitaillements dans les zones où les combats et les bombardements se poursuivent.  Mme Valerie Amos a affirmé que les travailleurs humanitaires se voient refuser depuis des mois l’accès à Moadamiyeh, dans les zones rurales qui environnent Damas.  Malgré l’évacuation de plus de 3 000 personnes il y a une semaine, un nombre semblable d’habitants ou plus y reste encore piégé.  Elle a estimé essentiel de voir toutes les parties au conflit respecter leurs obligations en vertu du droit international des droits de l’homme et du droit humanitaire pour protéger les civils.  Le respect de ces obligations doit permettre aux organisations humanitaires, neutres et impartiales, de se voir garantir l’accès à tous les habitants dans le besoin, où qu’ils se trouvent en Syrie.


Conférence de presse aujourd’hui


Aujourd’hui, à 13 h 15, M. James  Anaya, Rapporteur spécial sur les droits des populations autochtones, M. Paul  Kanyinke Sena, Président de l’Instance permanente sur les questions autochtones, et Mme Myrna  Cunningham, membre de cette même instance, tiendront une conférence de presse.


Conférence de presse demain


Demain, à 13 h 15, M. Juan E.  Méndez, Rapporteur  spécial des Nations Unies sur  la tortureet autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants, tiendra une conférence de presse.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel